Archives de catégorie : Non classé

OFFRES SPECIALES ALCAT ET CNA

D’abord ne pas nuire ! Que la nourriture soit ta médecine !

Avec le test Alcat, vous pouvez éviter les réactions alimentaires pro-inflammatoires et ainsi soulager le système immunitaire qui se défendra mieux contre les virus et autres pathogènes.

Atteindre vos objectifs de poids idéal, de bien-être et de vitalité sera facilité.
Offres spéciales complètes – maintenant jusqu’au 1 juin 2021

301 éléments de différentes catégories, dont le gluten, les substituts sans gluten, le lait, les substituts du sucre, les additifs, le glyphosate et bien d’autres encore.

TOUTES LES OFFRES HABITUELLES SONT DISPONIBLES

Vous trouverez les détails concernant les tests Alcat dans ce fichier

DESCRIPTIF ET PRIX ALCAT

L’offre CNA est cumulable avec les offres IMMUNEVITAL et SPRINGVITAL par contre, ces offres ne peuvent pas être transformées.

Vous trouverez toutes les informations nécessaires concernant le CNA dans ce fichier

PRIX pour Immunevital ou SpringVital

600 euros + 44,50 € (transport express UPS) = 644.50 €

 PRIX pour une offre ImmuneVital ou SpringVital et un CNA

600 + 260 + 65.50     (correspondant aux différents frais de livraison dont 2 transports internationaux UPS).

= 925,50 €

Sur le CNA vous profitez d’une économie de 40 € en passant par la société Pour que la roue tourne

Les tests CNA sont effectués par Cell Science Systems Corp. Floride / USA. Les résultats au test CNA sont en anglais mais vous en tirerez les meilleurs profits grâce à la consultation offerte après la réception des résultats. Une consultation complète qui permet d’élargir et d’avoir une vision globale sur toutes les intolérances.

Pour toutes demandes d’informations : gwenolaledref@pourquelarouetourne.com

Afin de répondre aux besoins nutritionnels des patients au niveau cellulaire, Alcat a mis au point trois tests qui peuvent fournir aux patients des informations complètes sur les carences en nutriments, la fonction antioxydante globale et les antioxydants qui peuvent être particulièrement utiles.

DOSAGE DES MICRONUTRIMENTS CELLULAIRES (CMA)

47 vitamines, minéraux, acides aminés et autres substances validées en ce qui concerne les carences​

REDOX ASSAY​

Test de la capacité antioxydante protectrice individuelle​

TEST DE PROTECTION ANTIOXYDANTE (APA)​

40 antioxydants, nutriments anti-inflammatoires, acides gras, enzymes et plus particulièrement nutriments protecteurs

Vous souhaitez plus d’informations concernant ces tests, voyez sur cette page et suivez les différents liens pour approfondir.

Vaccins anti-covid, lequel est le moins pire ?

Chaque vaccin comme chaque médicament a des effets secondaires chez une partie de la population. Il suffit de lire la liste des effets secondaires potentiels mentionnés sur les notices d’utilisation.

Le plus important étant de pouvoir évaluer la balance bénéfice-risque pour soi-même avant de prendre une décision.

Pour évaluer cette balance, il faut regarder l’efficacité de chaque vaccin et ses risques potentiels. La durée de la protection conférée par les vaccins reste inconnue, les essais cliniques étant toujours en cours.

Cet article fait suite à VACCINS ANTI-COVID : COMMENT ÇA MARCHE ? que je vous invite à lire puisqu’il détaille déjà les vaccins qui sont à ce jour (07 avril 2021) sur le marché.

Jansenn de Johnson-Johnson

L’efficacité annoncée est de 85 % contre les formes graves et 66 % contre les formes modérées de covid 19.

C’est un vaccin à vecteur viral vivant non réplicatif, exprimant la glycoprotéine Spike donc jamais approuvé auparavant, tout comme les vaccins à ARN que sont les vaccins Pfizer ou Moderna. Le produit contient des organismes génétiquement modifiés (OGM).

 Il fait l’objet d’une surveillance particulière. (R)

Spoutnik V, le vaccin russe

Selon une étude publiée par la revue médicale britannique The Lancet mardi 2 février 2021, et validée par des experts indépendants, le vaccin russe Spoutnik V réduit de 91,6% le risque de contracter une forme symptomatique de la Covid-19. Une efficacité qui serait similaire chez les personnes âgées. (R)

Comme le vaccin AstraZeneca (qui s’appelle maintenant le Vaxzevria), le Janssen et le Spoutnik V sont des vaccins dits « à vecteur viral. » (voir l’article proposé au-dessus) Mais contrairement au vaccin du laboratoire britannique qui se base sur un adénovirus de chimpanzé, le vaccin russe utilise deux adénovirus humains qui diffèrent entre la première et la deuxième injection. Selon le fabricant, cette technique permet d’obtenir une meilleure réponse immunitaire.

Sinopharm, le vaccin chinois

Le vaccin a été adsorbé sur 0,5 mg d’hydroxyde d’aluminium et les essais cliniques comparent -– un groupe recevant le vaccin avec l’antigène et l’hydroxyde d’aluminium et un groupe placebo qui contient une solution saline stérile tamponnée au phosphate et l’adjuvant (hydroxyde d’aluminium) Comme d’habitude d’ailleurs, ce qui présente un énorme problème scientifique puisque justement l’aluminium est l’adjuvant neurotoxique qui peut déclencher des myofasciite à macrophages. (R)

Effets secondaires

La plupart des effets indésirables sont considérés légers et comprennent souvent des syndromes pseudo-grippaux, des réactions cutanées au point d’injection, des céphalées ou de l’asthénie. Donc, la balance bénéfice/risque est estimée positive.

Allons voir ce que présente les données de l’ANSM.

Vous trouverez sur cette page un point de situation sur la surveillance des vaccins sur la période du 19 mars au 25 mars et en téléchargement un suivi des cas d’effets indésirables.

1 652 000 injections ont été réalisées cette semaine là et au total 9 815 000 depuis le début de la vaccination

Les effets secondaires sont répertoriés suivant leur gravité et éventuellement la survenue des décès possiblement imputables.

Au total, depuis le début de la vaccination, plus de 20 000 effets indésirables ont été notifiés et 25% d’entre eux sont considérés graves, c’est-à-dire environ 5000 et 389 décès.

Voici un tableau qui permet une comparaison plus aisée entre chaque vaccin

Les effets indésirables graves sont des troubles du rythme cardiaque, des accidents vasculaires cérébraux, insuffisance cardiaque, maladie pulmonaire, maladie hémorragique, thrombose, paralysie faciale et parfois le covid 19 (119 cas avec le vaccin Pfizer)

3,77 fois plus de vaccins Pfizer ont été injectés par rapport à l’Astrazeneca, mais 10,41 fois plus de décès ont été notés. Il faut se souvenir que la population visée n’est pas la même, pour cette raison je ne tiens pas compte des tranches d’âge particulièrement touchées par l’un ou l’autre vaccin.

Le site politologue qui répertorie tous les chiffres mondiaux concernant le Covid   annonce 144.32 morts pour 100 000 habitants en France, ce qui donne 0.14% de morts. En comparaison, le Cominarty fait 4.8 morts pour 100 000 injections. Le Covid est donc 30 fois plus mortel que le vaccin Pfizer.

Je me permets de mettre ces chiffres en lumière face à la pandémie de diabète, de cancer, de maladies vasculaires, de fibromyalgie, de troubles de l’attention, de maladies intestinales, thyroïdiennes, d’autisme, etc. Au total, plus de 20 millions de malades chroniques, ceux-là même qui sont les plus susceptibles de développer des formes graves de la Covid, soit près de 30% de la population française. Des maladies chroniques qui selon l’INVS (Institut National de Veille Sanitaire) ont en grande partie pour causes l’environnement et nos comportements.

Prendre soin de son hygiène de vie, limite les risque de maladies chroniques, renforce le système immunitaire (une vidéo à visionner) et cerise sur le gâteau, améliore grandement le bien-être en augmentant la joie de vivre.

Risques particuliers

75% des effets secondaires sont chez les femmes, c’est un phénomène déjà connu et le professeur Shoenfeld, spécialiste mondial des maladies auto-immunes, précise que les femmes ont un système immunitaire plus fort.

Effectivement, le principal risque des vaccins, c’est qu’ils peuvent déclencher une réponse immunitaire innée excessive. Il peut y avoir une forte production d’interférons de type I, associés à l’inflammation ainsi qu’à des manifestations auto-immunes. (R) Si vous ou quelqu’un de votre famille proche souffrez déjà de maladies auto-immunes ou y êtes prédisposé, vous êtes plus à risque de déclencher des effets indésirables avec les vaccins à ARN. Les personnes avec un groupage HLA DRB1 restent donc plus à risque de développer des réactions inflammatoires excessives comme avec les vaccins avec adjuvants. (R) (R)

Alors, si vous voulez (ou devez) vous faire vacciner, lequel choisir?

En ce qui me concerne, étant une femme, avec un HLA DRB1 (entre autre), une myofasciite à macrophages due à l’aluminium des vaccins et ayant toujours eu d’importants effets secondaires suite à chaque vaccin, une prédisposition génétique à l’inflammation, un système nerveux ultra-réactif, une fragilité indéniable, je ne pourrais choisir entre la peste ou le choléra, je préfère prendre le risque du Covid. Alors malgré ce que j’entends ici et là, je préfère rester optimiste.

Si on me mettait un pistolet sur la tempe et que je devais vraiment en choisir un, je crois que j’éviterais les vaccins à ARNm dont on ne sait rien encore finalement, je ne pourrais me tourner vers un vaccin avec aluminium ni les vaccins à vecteur viral donc je sortirais ma carte Joker et tout irait bien. Dans mon cas, aucun n’est moins pire que l’autre, chacun présente les mêmes risques de tempête cytokinique comme vous l’avez sans doute compris. Je vous invite à évaluer avec votre médecin de confiance, vos risques personnels par rapport à vos fragilités.

Bonne réflexion et bonne chance, que votre décision soit éclairée ! Si tant est qu’il y ait un jour le choix du vaccin et que l’on soit vraiment obligé de choisir.

Gwénola Le Dref

Suite à la lecture de cet article, plusieurs actions possibles.Vous pouvez continuer d’apprendre et poursuivre la lecture du site, vous trouverez la liste de tous les articles en suivant ce lien Ou vous pouvez ci-dessous vous inscrire aux courriels de Pour que la roue tourne et recevoir une série d’emails.

Peut-être avez-vous besoin d’un soutien plus personnalisé, je vous propose des consultations

Si vous avez besoin de croire qu’une démarche de révision de votre hygiène de vie et alimentaire peut grandement soutenir votre santé ou de retrouver l’espoir, vous pouvez vous procurer mes livres

Vous avez déjà fait beaucoup de changements d’alimentation et les réels bienfaits se font attendre ou vous préférez avoir des données écrites noir sur blanc avant de vous lancer ? Peut-être qu’un test d’intolérances alimentaires Alcat pourraient vous aider.

Nous pouvons aussi être en contact sur Facebook où je publie régulièrement différents articles.

Les enfants non vaccinés ont moins de troubles du développement, d’allergies, d’otites…

Bien que la sécurité à court terme soit évaluée sur les vaccins avant leur approbation, les effets à long terme reste inconnus et sous-estimés.

La balance bénéfice/risque

Si l’on reconnaît des risques d’effets indésirables graves, notifiés sur les notices, ils sont considérés si rares que l’on pense que la balance bénéfice-risque l’emporte largement pour pratiquement tous les enfants. Mais il existe très peu d’études randomisées sur la sécurité des vaccins et la morbidité et mortalité. La pharmacovigilance se base sur les déclarations volontaires, officiellement reconnue défaillante puisque seulement 1 à 10% des effets indésirables des médicaments feraient l’objet d’une déclaration et les effets secondaires des vaccins feraient partie des moins pris en compte par les médecins ; moins de 1% des effets indésirables graves seraient relevés par VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System aux Etats Unis) (R)

Entre 2013 et 2018, une étude italienne a montré que la détection active au vingtième jour après la vaccination peut repérer jusqu’à 400 fois plus d’effets indésirables graves que les déclarations volontaires (Dr Vincent Reliquet, AIMSIB, 2020).

Nous pouvons donc imaginer ce que cela pourrait être si un suivi sur du plus long terme était effectué, sachant que selon l’ANSM « les délais moyens d’apparition des premiers symptômes sont de 4,7 mois chez l’adulte et 3,9 mois pour l’enfant » E3M, 2020

Plusieurs études montrent les effets indésirables

Une étude de 2017, a réuni des données sur 666 enfants, dont 261 (39 %) n’étaient pas vaccinés. (R)

Les enfants vaccinés avaient moins de varicelle et de coqueluche que les non vaccinés, mais avaient plus de pneumonies, d’otites, d’allergies et de troubles du développement.

Après ajustement, la vaccination était le seul facteur qui élevait les risques de troubles du développement et ceux-ci étaient 6,6 fois plus élevés lorsque la vaccination était associée à une naissance prématurée. Précisons que la naissance prématurée ne présentait pas à elle seule une augmentation du risque.

L’étude Mawson a cependant une limitation, elle est basée sur des données d’enquête complétées par les familles.

Beaucoup rétorquent que cette augmentation des troubles de développement, qualifiée de « pandémie silencieuse » par certains, est le résultat d’un changement dans le diagnostic ; mais si une part peut lui être attribué, l’étendue géographique de l’augmentation suggère plutôt le rôle de facteurs environnementaux auxquels quasiment tous les enfants sont exposés et pour certains de plus en plus. (R) (R)

Dans une étude de 2014, Cynthia D. Nevison dit : « 75 à 80% de l’augmentation de l’autisme depuis 1988 est due à une augmentation réelle du trouble plutôt qu’à un changement des critères de diagnostic. »

Elle conclue que parmi les toxines suspectes étudiées, « les éthers diphényliques polybromés, les adjuvants à base d’aluminium et l’herbicide glyphosate présentent des tendances à la hausse qui sont en corrélation positive avec l’augmentation de l’autisme. »

Une autre étude toxicologique faite par plusieurs chercheurs (Shaw CA, Seneff S, Kette SD, Tomljenovic L, Oller JW Jr, et al.) dit que l’aluminium agit négativement sur le système nerveux central chez toutes les espèces qui ont été étudiées, y compris les humains. (R)

J’en profite pour vous inviter à visionner une série de vidéos sur l’aluminium des vaccins et l’autisme. Une conférence zététique d’excellente qualité et ne loupez pas L’alu total, un autre travail à visionner et diffuser.

Une étude publiée en octobre 2020 par James Lyons-Weiler et Paul Thomas vient valider l’étude Mawson (celle basée sur une enquête dont je parlais plus haut). C’est une étude rétrospective sur les visites chez le médecin et les diagnostics posés. (R)

Ils ont constaté des taux plus élevés de visites chez le médecin et de diagnostics de maladies chroniques courantes chez les enfants les plus vaccinés du cabinet par rapport aux enfants qui ne sont pas du tout vaccinés. Ils concluent ainsi : « les enfants non vaccinés sont globalement en meilleure santé que les vaccinés. »

La vaccination semble avoir eu l’impact le plus important sur l’anémie et l’infection par des virus respiratoires ; les personnes vaccinées en souffrant plus que les non vaccinés.

Concernant ce dernier point, les virus sont connus pour interférer avec la circulation d’autres virus. Ce qui d’ailleurs pourrait expliquer le faible nombre de grippe depuis l’arrivée du covid. Cependant, un phénomène a été observé récemment, « l’interférence du virus associé au vaccin » et traité dans plusieurs études et paradoxalement le risque d’infection augmente chez les personnes vaccinées par le vaccin anti-grippe par rapport aux personnes non vaccinées parce qu’ils ne bénéficient pas de l’immunité non spécifique associée aux infections. (R)

Beaucoup d’autres études par le passé ont analysé les effets secondaires de la vaccination et vous pouvez en trouver 50 sur le site de la Vaccine Safety Commission. Aux Etats Unis, le Fonds d’indemnisation des victimes de vaccins a versé plus de 3 milliards de dollars pour des blessures causées par des vaccins.

Vous trouverez un fichier pdf qui les répertorie sur mon site https://www.pourquelarouetourne.com/wp-content/uploads/2017/07/50etudessurlesvaccinsquelesdecideursdoiventconnaitre.pdf

Toutes ces études montrent les effets indésirables déjà constatés mais qu’en sera-t-il de ceux que ces nouveaux vaccins déclencheront ? Je vous propose deux minutes d’une interview de Nexus du Dr Louis Fouché sur les risques d’infertilité.

Conclusion

D’après toutes ces études, la vaccination augmente les risques de troubles du développement et d’autres maladies chroniques. Certaines d’entre elles montrent que la vaccination a un fort impact sur les infections respiratoires dont les coronavirus.

Les formes graves du covid touchent particulièrement les malades chroniques ou les personnes âgées dont le système immunitaire est affaibli.

N’avons-nous pas là, un bel exemple du serpent qui se mord la queue ?

La vraie prévention est sans doute ailleurs, dans l’hygiène de vie et l’alimentation et cela règlerait un certain nombre d’autres problèmes auxquels nous faisons face et ce même au-delà des maladies chroniques qui touchent près de 40% de la population française.

Puisse notre société faire de meilleurs choix dans un avenir proche !

Gwénola Le Dref

Suite à la lecture de cet article, plusieurs actions possibles.Vous pouvez continuer d’apprendre et poursuivre la lecture du site, vous trouverez la liste de tous les articles en suivant ce lien Ou vous pouvez ci-dessous vous inscrire aux courriels de Pour que la roue tourne et recevoir une série d’emails.

Peut-être avez-vous besoin d’un soutien plus personnalisé, je vous propose des consultations

Si vous avez besoin de croire qu’une démarche de révision de votre hygiène de vie et alimentaire peut grandement soutenir votre santé ou de retrouver l’espoir, vous pouvez vous procurer mes livres

Vous avez déjà fait beaucoup de changements d’alimentation et les réels bienfaits se font attendre ou vous préférez avoir des données écrites noir sur blanc avant de vous lancer ? Peut-être qu’un test d’intolérances alimentaires Alcat pourraient vous aider.

Nous pouvons aussi être en contact sur Facebook où je publie régulièrement différents articles.

une application pour prouver votre statut de vacciné

Vous ne voulez pas du vaccin COVID-19 ? Vous pourriez perdre l’accès à une vie normale, comme l’a déclaré le ministre britannique et il n’est pas le seul.

Les personnes qui refusent un vaccin contre le COVID-19 pourraient voir leur vie normale réduite car les restaurants, les bars, les cinémas et les salles de sport pourraient bloquer l’entrée à ceux qui n’ont pas la preuve qu’ils sont vaccinés, a déclaré le nouveau ministre britannique chargé des vaccins. (R)

Le ministre britannique responsable du déploiement des vaccins, Nadhim Zahawi, a déclaré que la vaccination devrait être volontaire, mais que Google, Facebook et Twitter devraient faire plus pour vérifier les faits et les opinions contraires sur les vaccins.

A la question de savoir si le Royaume-Uni allait introduire un passeport d’immunité, M. Zahawi a répondu que le statut de vaccination COVID-19 d’une personne pourrait être inclus dans une application téléphonique, similaire à l’application Test and Trace utilisée par le National Health Service, qui informerait les médecins locaux du statut d’une personne.

La pression viendra des deux côtés : des fournisseurs de services qui diront « regardez, montrez-nous que vous avez été vacciné », mais aussi, nous rendrons la technologie aussi facile et accessible que possible ».

Sur cette page, vous pouvez déjà mettre en place votre carnet de vaccination électronique. Mes vaccins

Ces dernières années, les autorités sanitaires de nombreux pays sont devenues de plus en plus préoccupées par la croissance des groupes anti-vaccins, qui sont particulièrement actifs sur les médias sociaux.

Les personnes qui reçoivent les deux doses requises d’un vaccin COVID-19 peuvent recevoir une « carte de type OMS-CDC » par l’intermédiaire de leur clinique pour servir de preuve de vaccination – très similaire au papier « carte jaune » actuellement délivré après que quelqu’un ait reçu le vaccin contre la fièvre jaune, a déclaré M. Adalja.

Un passeport sanitaire numérique est proposé par IATA qui est une association qui représente 290 compagnies aériennes. Une application, « Lab App » permettra aux « laboratoires et centres de test autorisés de partager en toute sécurité les certificats de test et de vaccination avec les passagers ». (R)

Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ont, jusqu’à présent, parle une carte d’enregistrement de vaccination, destinée à servir de rappel lorsque la deuxième injection est prévue, mais elle n’est pas destinée à être utilisée comme « passeport vaccinal ».

Le gouvernement s’était demandé si l’application officielle du NHS Covid-19 devait ajouter une telle fonctionnalité, mais il a dû faire face à un violent contrecoup de la part des défenseurs des libertés civiles.

Mais à partir de février, elle sera déployée par l’application MyGP – présentée comme « la plus grande application indépendante de gestion des réservations et des soins de santé pour les médecins généralistes du Royaume-Uni ».

Cette application, disponible dans toute l’Angleterre, affichera le statut des vaccinations sur la page du profil du patient, avec une coche verte. (R)

Si vous n’êtes pas vacciné, vous risquez donc de devenir un paria.

L’Organisation mondiale de la santé a critiqué les « passeports d’immunité » dans le cadre de COVID-19.

Les médecins sont encore en train d’apprendre à connaître le nouveau coronavirus et à savoir combien de temps une personne peut être immunisée soit après avoir reçu le vaccin COVID-19, soit après avoir survécu à une infection.

« Nous commençons à voir des cas de réinfection chez des personnes qui avaient été infectées auparavant et il y a au moins une suggestion théorique que les vaccins ne protègent peut-être pas toute la vie. Il y a donc un certain nombre de choses à régler avant que nous puissions aller de l’avant avec cette idée ».

Si l’idée d’un carnet de vaccination numérique est controversée, elle était déjà prévue avant l’arrivée de la Covid. Ecoutez les résolutions de la Commission européenne en janvier 2020 (2 min)

Suite à la lecture de cet article, plusieurs actions possibles.Vous pouvez continuer d’apprendre et poursuivre la lecture du site, vous trouverez la liste de tous les articles en suivant ce lien Ou vous pouvez ci-dessous vous inscrire aux courriels de Pour que la roue tourne et recevoir une série d’emails.

Peut-être avez-vous besoin d’un soutien plus personnalisé, je vous propose des consultations

Si vous avez besoin de croire qu’une démarche de révision de votre hygiène de vie et alimentaire peut grandement soutenir votre santé ou de retrouver l’espoir, vous pouvez vous procurer mes livres

Vous avez déjà fait beaucoup de changements d’alimentation et les réels bienfaits se font attendre ou vous préférez avoir des données écrites noir sur blanc avant de vous lancer ? Peut-être qu’un test d’intolérances alimentaires Alcat pourraient vous aider.

Nous pouvons aussi être en contact sur Facebook où je publie régulièrement différents articles.

Témoignage autisme

A sa naissance, nous fûmes surpris de sa taille et de son poids car c’était un petit bébé alors que le gynéco m’avait annoncé à la dernière échographie qu’il serait au contraire grand et costaud.. J’ai mon explication sur cette bizarrerie, j’ai fait des soins dentaires à la fin de ma grossesse.
J’ai accouché à domicile par faute de temps, Xavier (le prénom est changé pour préserver l’anonymat) est arrivé très rapidement après la perte des eaux. Il était certes petit mais très tonique car à notre grande surprise, il se tenait sur ses avant-bras dans son couffin et relevait tant bien que mal sa tête. Malheureusement, il a été vacciné à l’âge de 2 mois et alors le cauchemar commença. Il n’arrêtait pas de pleurer, il était inconsolable. La campagne de vaccination pour l’hépatite B venait de commencer, et en juillet 1994 toute la famille fût vaccinée y compris Xavier âgé de 4 mois et un peu fiévreux. Ce fut la descente aux enfers, Xavier avait sans arrêt la diarrhée, il refusait de boire ses biberons, sa courbe de croissance se cassait. On le vit se replier, il ne souriait plus. Jusqu’à ses 6 ans, j’ai passé mon temps dans les hôpitaux pour des tests pour des éventuelles maladies métaboliques  à découvrir ou pour tout simplement le réhydrater à cause de ses nombreuses diarrhées. En 2001, nous avons acheté notre premier ordinateur et grâce à internet j’ai découvert le régime sans gluten sans caséine. Au début, je ne le faisais pas de façon stricte puis en 2003 je suis allée en Suisse à une conférence sur l’approche biologique de l’autisme qui me convainquit de l’urgence et de la précision à faire ce régime. Xavier qui avait un retard mental, qui s’exprimait peu, changea. Son regard se fixa, il était présent, plus joyeux et avait surtout moins de diarrhées. A cette même époque, il fit des examens de selles et de sang envoyés au  Dr SHAW du Great plains laboratory aux USA pour définir ses intolérances alimentaires et ses intoxications. Le laboratoire m’appela pour me dire qu’il avait énormément de candidas albicans et qu’il était intoxiqué aux métaux lourds, mercure, cadmium… Le médecin lui prescrivit du Nystatin pour dégommer les champignons, Xavier se mit à mieux comprendre, à être pertinent, à mieux parler et à avoir même de l’humour à notre grande joie mais hélas à chaque fois qu’on arrêtait les prises de Nystatine, il replongeait. J’appris aussi que le candida albicans s’adaptait voire mutait et s’enkystait de plus belle après de tels traitements, on cessa donc les prises. J’essayais alors avec l’aide d’un médecin la méthode de Klinghart avec la chlorella pour le désintoxiquer des métaux lourds mais après bien des espoirs, les résultats n’étaient pas franchement au rendez vous. Persuadée que le régime sans gluten sans caséine n’était pas suffisant je me suis tournée vers le régime sans salicylate, je me suis mise à tester tous les aliments pour voir s’ils provoquaient une réaction sur Xavier et bingo ! La plupart sinon tous lui donnaient une rougeur à la joue gauche jusqu’à l’oreille sauf la pomme de terre… Grosse erreur de ma part me direz vous, pendant 10 ans Xavier mangea essentiellement des pommes de terre à tous ses repas. Il en mangea presque 14 kg par semaine jusqu’en 2015 ou patatras! En septembre, il tomba malade d’une grave pneumopathie qui dégénéra au point de l’hospitaliser. Il fut placé dans le coma, les médecins de la réa ne comprenaient pas pourquoi il était dans cet état. Pour eux la cause venait de l’intérieur de son organisme et non de l’extérieur. Les examens révélèrent des mycoplasmes… Xavier reçut des doses de cheval d’antibiotiques mais rien n’y faisait. On nous a annoncé à plusieurs reprises la fin de sa vie car il faisait complications sur complications et puis il s’en est sorti comme par miracle.. Cela fait maintenant 5 ans. Persuadée que le candida était responsable de sa complication pulmonaire, je me suis lancée dans le régime Gaps mais encore une fois j’ai fait une erreur j’ai tenté de suivre à la lettre le régime, c’était surement plus reposant pour moi car après cet épisode j’étais exténuée. Rien ne s’est passé comme prévu.
Voila pour les grandes lignes de l’histoire.

Madame X, préfère garder l’anonymat