Les 4 problèmes majeurs du gluten

Selon le baromètre du sans gluten, 8% de la population française mange sans gluten. Et contrairement à ce qu’on entend souvent, ce n’est pas un effet de mode mais la majorité suivent un régime sans gluten pour réduire ou faire disparaître des symptômes digestifs ou extra-digestifs. (R)

Les maladies pouvant être liées à la consommation de gluten sont multiples : la maladie cœliaque, bien sûr, mais pas seulement, également la maladie de Crohn, le syndrome du côlon irritable, la colite ulcéreuse, le diabète, la malnutrition, l’anémie, l’ostéoporose, les calculs rénaux, la neuropathie, l’infertilité, l’arthrite, certains types de cancer gastro-intestinal, troubles mentaux. (R)

Le gluten se trouve dans le blé, le seigle, l’orge, l’épeautre, le kamut, le triticale et l’avoine s’il n’est pas certifié sans gluten.

Dans cet article vous verrez que les problèmes provoqués par le gluten ne sont pas uniquement immunitaires comme dans la maladie cœliaque ou la sensibilité au gluten.

Gluten et immunité

La maladie cœliaque est une maladie auto-immune où le système immunitaire réagissant au gluten se met à s’attaquer lui-même. Cela entraîne une destruction de la paroi intestinale, une mauvaise digestion et une mauvaise assimilation des nutriments comme les vitamines, es minéraux et les acides aminés.

Pour un cas de maladie cœliaque, 6.4 ne seraient pas diagnostiqués.

L’intolérance au gluten pourrait être plus dangereuse que la maladie cœliaque

La sensibilité (allergie de type 3) au gluten est une réponse inflammatoire à retardement (plusieurs heures ou jours) du corps face à l’allergène. Un test Alcat peut détecter cette sensibilité en analysant les réponses du système immunitaire inné.

Si votre test Alcat ne montre aucune réaction immunitaire au gluten, cela ne signifie cependant pas qu’il est sans effet chez vous. Nous allons voir les autres façons dont l’éviction du gluten peut nous aider à éviter certains symptômes.

Gluten et dysbiose intestinale

La dysbiose, c’est-à-dire le déséquilibre de la flore intestinale est présente dans toutes les pathologies chroniques.

Pour rééquilibrer le microbiote il convient de changer ses habitudes alimentaires. L’alimentation est le facteur majeur modulant les microbes de notre intestin.

Les fibres nourrissent plus particulièrement les microbes de notre colon. Très utiles, elles permettent notamment de produire des acides gras à chaînes courtes, comme le butyrate, reconnu antiinflammatoire.

Mais trop de fibres peut aussi venir entretenir une dysbiose. Une étude danoise montre qu’un régime faible en gluten (2 grammes dans l’étude) réduit les ballonnements chez des personnes en bonne santé. (R)

Gluten et addiction

La digestion des céréales à gluten produit des peptides opioïdes – molécules similaires à la morphine – qui vont agir sur le fonctionnement du cerveau. En se liant aux récepteurs opiacés, ces peptides vont avoir une action sur nos comportements.

L’action sur les récepteurs opiacés peut littéralement entraîner une addiction au gluten. C’est pour cette raison qu’il est si difficile d’arrêter le pain, les pâtes et autres aliments avec du gluten.

ADDICTIONS AU GLUTEN, À LA CASÉINE ET AUX ALIMENTS À HAUT INDEX GLYCÉMIQUE

La surstimulation permanentes des récepteurs opioïdes entraîne un phénomène d’habituation et vous rend sensible aux autres addictions. Je me souviens qu’en 2011, j’ai réussi à arrêter cigarette et cannabis après mes changements d’alimentation mais ce n’était pas manque d’avoir essayé à maintes reprises auparavant. Je me souviens également d’u ami -aujourd’hui abstinent – qui me disait que l’arrêt du gluten l’aidait à rester sobre. 

Gluten et perméabilité de l’intestin

L’intestin est une barrière entre le monde extérieur et votre corps. On y trouve 70% du système immunitaire. Il est sensé laisser passer les nutriments utiles au bon fonctionnement de votre organisme, tel que les vitamines, minéraux, acides aminés mais il doit aussi empêcher certaines substances ou certains microorganismes de pénétrer dans votre circulation sanguine.

On peut mesurer l’intégrité de la paroi intestinale en mesurant la zonuline. Plus la zonuline est élevée et plus l’intestin est perméable et laisse traverser des molécules mal digérées, des toxines, des bactéries pathogènes, etc.

C’est alors que l’on peut parler d’hyperperméabilité intestinale

Le gluten fait partie des éléments qui augmentent la zonuline et ceux chez tout le monde. D’autres substances naturelles provoquent cette augmentation de la zonuline, telles que les lectines, que vous pouvez découvrir dans cet article

Conclusion

La meilleure façon d’éviter les effets du gluten est de ne pas consommer de gluten et l’éviction doit être vraiment stricte si vous avez une maladie cœliaque ou une réaction immunitaire au gluten. Pour les opioïdes ou la zonuline, plus vous en consommez et plus vous entretiendrez un cercle vicieux de détérioration de votre santé.

Si vous n’avez pas une santé parfaite, l’éviction du gluten reste un premier pas fiable. Si le sans gluten ne donnait pas de résultats, il est évident qu’il n’y aurait pas autant de personnes à accepter de subir les contraintes.

Certaines personnes se sentent déjà mieux en consommant uniquement des céréales anciennes telle que le kamut mais les blés anciens sont-ils de meilleures alternatives ?

Gwénola Le Dref

Laisser un commentaire