Vouloir manger sain n’est pas une pathologie mais une médecine efficace

Les personnes ayant décidé de prendre en main leur santé par l’alimentation ne s’imposent pas un régime restrictif : au contraire, elles découvrent en général de nouvelles saveurs, de nouvelles façons de cuisiner et d’accommoder les mets,ce qui est très enrichissant et met les papilles en éveil !
Cerise sur le gâteau : elles se sentent tellement mieux dans leur corps et dans leur tête : fini acné, maux de tête, fatigue chronique, problèmes digestifs de tout ordre pour ne citer que quelques uns des troubles bénins dont beaucoup de monde se plaint.

Et que dire de toutes ces personnes qui justement ne se sont pas lancées dans la prise en charge de leur santé par l’alimentation sans raisons médicales le justifiant (j’en fais partie).
Avec 25 millions de malades chroniques en France dont un enfant sur deux : fibromyalgie, maladie de Crohn, trouble bipolaire, polyarthrite rhumatoïde, hyperactivité, asthme, autisme, cancer …. enfin la liste est trop longue. De nombreux malades voient leur santé vraiment améliorée, alors que personne ne leur offre d’alternatives efficaces.
Certains bien au contraire retrouvent le plaisir de sortir de chez eux et de rencontrer à nouveau leurs amis, leur famille, puisqu’ils se sont éloignés de la souffrance continuelle.

Et puis, ne serait-il pas important de préconiser un peu de prévention et de retrouver le sens des paroles d’Hippocrate, père reconnu de la médecine « Nous sommes ce que nous mangeons » et « Que ton aliment soit ton seul médicament »

Éprouver du plaisir est important et nous ne sommes pas en reste ! En évitant les aliments les plus néfastes, cela n’empêche pas de continuer à aimer manger, le plaisir peut même être amplifié : on peut savourer le « vrai » bon goût des aliments, sans qu’ils ne soient dénaturés par les additifs, un excès de sucre, ou de sel. On découvre de nouveaux aliments, on apprend à manger autrement… et le partage reste le même, seul le choix des aliments est différent.

Une personne qui prête attention à ce qu’elle mange, ne souffre absolument pas d’un égo sur-dimensionné, elle sait juste qu’elle ne peut faire confiance en ce système de consommation. Car derrière se cache un système de perversion, des intérêts financiers énormes qui passent bien évidemment avant la sécurité du citoyen.

La consommation qui veut que tu aies plus, mais avec moins de qualité. D’ailleurs c’est ce que propose une grande enseigne, un minimum d’euros pour un caddie plein.

Alors les personnes qui veulent manger sain souffriraient d’une pathologie nommée l’orthorexie, c’est merveilleux tout de même.
Nous refusons d’avaler les salades qui nous sont servies et cela serait maladif…
Soit, et comment appelle-t-on les individus qui consomment sans lire une étiquette, sans faire attention aux apports journaliers, aux additifs etc… ?
Citoyens, parents, consommateurs, patients ?
Sarcasme, extrapolation, satyre, oui … et des deux côtés.

Article co-écrit avec Jennifer Kapfer et Darya Jolasels. Merci les filles pour votre collaboration

Laisser un commentaire