Témoignage d’une française vivant en Norvège

Suite à l’article que j’ai écrit sur le Paradoxe norvégien, j’ai reçu un témoignage intéressant d’une jeune femme vivant là-bas avec sa famille.

Le voici:

Suite à ton article à propos du paradoxe norvégien. Je suis bien d’accord avec le terme paradoxe. J’adore aussi la Norvège, les norvégien, leur calme, leur bienveillance à l’égard des enfants (pas pour tous bien sûr mais l’ambiance est bien plus paisible qu’en France). Ils ont une nature fantastique, des jardins d’enfants où les enfants sont en contact avec l’extérieur et
beaucoup moins stressés qu’en France, les gens rentrent en général tôt du travail et passent du temps en famille. Mais en même temps tout le monde est malade, fatigué, épidémie de cancers, tout le
monde a les intestins en vrac, beaucoup de dépression…

Le manque de soleil joue un rôle. Je l’ai vraiment ressenti physiquement cet été (quand il n’y a pas eu d’été, j’habite dans l’Ouest où il pleut tout le temps), mais ce n’est pas la seule explication.

Et leur alimentation est plus que catastrophique. Au début je pensais surtout au lait, gluten et sucre. Quand je vois l’effet que le gluten a sur mon humeur, et que le lait me donne le nez et la
gorge prises quasiment immédiatement, je me disais pas étonnant qu’ils soient tous déprimés et enrhumés tout l’hiver. Jusqu’ici on s’en est pas trop mal sortis en mangeant essentiellement des fruits
et légumes , en commandant en gros avec des amis des aliments bio de qualité, et en ne mangeant que du poisson pêché depuis le jardin, oeufs de nos poules, et éventuellement du gibier que des amis nous ont donné.

Mais depuis peu je travaille dans un petit magasin d’alimentation (Landhandleri), ma fille grandit et commence à découvrir la charcuterie, chez la nounou ou des amis… On a mangé un peu moins
bien (car je récupère plein d’aliments dont la date est dépassée, dur de jeter et de dire non à de la nourriture gratuite dans un pays où la vie est très chère), et on s’est rapidement sentis moins bien.

Bon, ma fille a testé le gluten, alors qu’elle en avait très peu mangé jusqu’à présent, mais vu le résultat on a complètement arrêté. C’est simple, d’habitude on a une petite fille vive, joyeuse,
coopérative (avec du caractère, certes, mais la vie avec elle est très agréable), et quand elle mange un peu de pain ou de biscuits, ça devient une furie qui hurle comme une démente à la moindre
contrariété, se roule par terre… On a vécu 10 jours d’enfer quand on a décidé de la laisser manger un peu de gluten pour voir si ça avait vraiment un effet sur elle et que nos conclusions précédentes
n’était pas juste un hasard. Maintenant au moins on est sûrs.

Je me demande si d’autres parents ont constaté la même chose, et dans quelle mesures les colères des enfants sont normales, et dans quelles mesures elles sont dues à l’alimentation. J’ai trouvé assez
peu de témoignages sur ces troubles de l’humeur et crises de rage.

Pour en revenir à nos norvégiens, je me suis acheté le livre de Corinne Gouget sur les additifs alimentaires et j’ai vérifié un peu les produits qu’on vend (et donc ce qu’ingèrent les norvégiens au
quotidien). Le moins que je puisse dire c’est que je suis horriblement choquée. Dans quasiment toutes les viandes, dans toutes les charcuteries, il y a des additifs classés en rouge dans ce livre (j’ai retenu surtout le E407 et le E250), qui provoquent des ulcères et sont cancérigènes. Plus bien sûr du glutamate un peu partout (bien camouflé en « extrait de levure »)… Et les gens n’ont pas l’air de connaître. Personne n’a entendu parler du glutamate par exemple. J’ai cherché sur Wikipédia en norvégien, il y a 3 lignes pour dire que c’est un additif qui a des effets sur la satiété chez les animaux mais pas chez les humains et donc il ne posait pas de problèmes et était autorisé !

Et la charcuterie ils en consomment des quantités gigantesques. Ils ont trois fois par jour des « brødmåltid », matin, midi et le soir avant d’aller se coucher. Sans parler des glaces et sucreries…
Depuis que je me suis rendue compte de ça, je me suis dit que le gluten était finalement un moindre mal pour eux. Il y aurait déjà du boulot à sensibiliser les gens et leur apprendre à lire les
étiquettes avant de parler des problèmes liés au lait de vache et au gluten (certes l’un n’empêche pas l’autre, mais les gens mangent du poison 3 fois par jour dans leurs pålegg ! et en donnent à leurs
enfants !). Quand je vois la composition des produits qu’ils mangent, et la très pauvre diversité de leurs repas, je trouve ça juste tout à fait cohérent avec leur état de santé. Et je me demande
: mais pourquoi personne ne réagit ? Pourquoi est-ce que vous vous laisser empoisonner et dépérir comme ça ? Pourquoi les médecin ne se penchent pas plus sur la question et se contentent d’envoyer des chimios et des antidépresseurs à tour de bras sans chercher un tout petit peu pourquoi les gens vont mal ?

Bref, pour nous le retour en France est prévu l’été prochain. On a hâte, on a l’impression de vivre en apnée depuis quelques mois. Le manque de soleil, la pauvre diversité en fruits et légumes, la qualité générale de la bouffe nous pèse vraiment. Ce n’est pas tout rose en France non plus mais il y a au moins la possibilité de trouver des paniers bio, de cultiver soi-même plus de choses (ici on
n’arrive à rien, il a fait tellement froid tout l’été que rien n’a poussé à part les pommes de terres et quelques poireaux), et surtout de voir le soleil plus souvent.

Voilà, je te souhaite une bonne journée. Je viens d’écrire un gros
pavé où je raconte beaucoup ma vie mais je suis tellement choquée
par tout ça, et irritée que ça ne se sache pas plus ! »

Cette femme préfère témoigner anonymement

Vous pourriez être intéressé par différents articles :

L’addiction au gluten à la caséine et aux aliments a haut index glycémique
Au-dela du gluten votre pain quotidien vous rend t-il malade?
lintolerance-au-gluten-pourrait-etre-plus-dangereuse-que-la-maladie-coeliaque

Glutamine et glutamate, ces tueurs de neurones

Pour que la roue tourne : changeons d'alimentation !