Témoignage de Stéphanie: TDHA

TDAH :

Avoir un enfant est la plus belle chose qui me soit arrivée. Avec des
désagréments. Il y a eu ce moment, quand j’ai compris que quelque chose ne
tournait pas rond.
Oui, les chiens ne font pas des chats, oui le fruit ne tombe jamais loin de
l’arbre…. Mais tout de même ! Personne ne voyait donc ?
Entre le caractère dit fort, les boutons qui sortaient 20 à 30 mn après un
repas, les consultations et les tests d’allergies, les histoires de
tyramine et d’histamine et de fausses allergies alimentaires, les soucis
comportementaux dès l’école maternelle….
J’en pouvais plus !

Il avait 2 ans quand il a commencé les « boutons d’allergie »et 4 ans et 1/2
à la 1ère consultation psy.
Bilan psy, à 6 ans et 1/2, le couperet : TDAH. QI dans les moyennes hautes.
Mais s’il est très doué en mathématiques, le français pose problème ! La
dérive cognitive.
Solution proposée : ritaline. Quoi ? Une amphétamine interdite depuis 40
ans ?
Là j’ai décidé de chercher moi-même une autre solution.
Et de lecture en lecture, de découverte en découverte, j’ai fini par
comprendre.
Oh non, pas tout ! Et je cherche encore !

Ses boutons sortaient après une prise alimentaire. J’ai trouvé logique
l’idée qu’il fallait changer l’alimentation. Mais quoi ?
Je l’ai enlevé de la cantine, il avait 6 ans et 1/2. Même pas 2 semaines
après ses boutons « d’allergies » ne réapparaissaient plus !
Observation de mon p’tit cas d’amour. On a supprimé le lactose. On a réduit
le gluten. On mange + de bio, moins raffiné, plus de légumes et de fruits,
plus de cru, végétarien/lien sans lactose pour moi, le petit me suit mais
de temps en temps lorsqu’il le souhaite il a droit à un morceau de viande
ou de poisson.

Pour l’hyperactivité c’est simple à contrer. Rien d’industriel ! Surtout
aucun additif. Et s’il y a dérogation pour cause de sociabilité ambiante,
anniversaire, fête, invitation… Le soir une cuillère à café de vinaigre
de vin rouge dans de l’eau, avec un peu de miel, ou un pur jus de raisin.
Car rien n’est acquis !

C’est un travail de tous les jours ! Et ce n’est pas facile de le faire
avec un enfant de 7 ans.
Pour le déficit d’attention c’est encore la galère. C’est lent, moi je juge
que c’est trop lent, parce que je connais son potentiel et je me désespère
car une année scolaire ça passe si vite…. Et je voudrais lui épargner un
redoublement, car d’après moi c’est avant tout une leçon d’échec donné à un
enfant déjà sensible.

Mais comment le corps d’un petit bout peut être si vite atteint ? Par moi.
C’est vous Gwénola qui me l’avait écrit sur votre page facebook.
Le choc de la vérité. Merci ! J’avais négligé les métaux lourds !

J’ai privilégié le dialogue franc, avec des mots adaptés. La vérité sort de
la bouche des enfants, rendons-leur la pareille !
Je lui ai expliqué les métaux lourds, dans mon corps, qui sont passés dans
le sien.
Sans m’excuser, sans culpabilité et avec des solutions, alimentaires.
Nous mettons en place des nouvelles habitudes. Ce dialogue en fait un petit
garçon différent, mais il savait déjà qu’il l’était.

Pour les parents qui douteraient, qui seraient perdus, faites le test du vinaigre rouge sur 4 jours, contre l’hyperactivité. Vous comprendrez qu’en atténuant les effets d’une mauvaise nourriture votre
enfant sera apaisé, le mien était méconnaissable, je pensais qu’il couvait
une maladie, monsieur « pile » était posé, calme, serein…. J’ai rien
compris !
Repensez aux solutions des camisoles chimiques proposées par des soit
disant experts. Et refusez !
La solution est dans l’assiette et en vous. Aussi difficile et long que
cela soit, je ne le sais que trop bien. C’est aussi ça, être parent !

Stéphanie Eck

Pour que la roue tourne : changeons d'alimentation !