Témoignage de Joëlle, douleurs, épuisement, lyme

Octobre 2008, j’ai 42 ans , je suis au top de ma carrière professionnelle; j’assure sur tous les fronts : à la maison, avec mes 4 enfants, plus deux enfants de l’ASE et 3 enfants gardés en tant qu’assistante maternelle.
Je dois faire mes vaccins obligatoires dans le cadre de ma profession mais j’appréhende l’état dans lequel je suis après chacun d’eux. Je décide de ne faire que celui contre le tétanos, mon médecin m’indiquant que c’est sûrement celui contre la diphtérie qui me rend malade; je me retrouve avec un gonflement au bras puis une impossibilité de lever le coude, je suis très très fatiguée, mais je n’ai pas le temps de m’occuper de moi.

En pensant que tout ça n’est que passager, je me bourre de compléments alimentaires pour pallier à mes soucis mais les symptômes s’installent, troubles du sommeil alors que j’étais une grosse dormeuse, impression d’être divisée en deux, beaucoup de sensations étrangères du coté gauche, coté de la vaccination, mon médecin me fait faire une IRM qui n’indiquera rien.

En 2012, je réduis mon activité professionnelle de moitié, je n’assure plus sur tous les fronts. Bon an mal an, je continue jusqu’à l’été 2013 où je me fais piquer par une tique, commence alors la descente aux enfers, je résiste jusqu’en février 2014. Malgré les 3 semaines d’antibiotiques de septembre 2013, je suis devenue une loque humaine , j’ai pris 40 ans d’un coup et je souffre dans toutes les parties de mon corps, tout mon corps est perturbé, il est devenu fou.

Mon médecin me met en arrêt de travail, les médecins de l’hôpital, du service infectieux disent ne rien pouvoir faire pour moi et me laissent dans un désarroi total. Je me tourne vers une association de malades de Lyme qui m’indique le nom d’un médecin généraliste connaissant bien la maladie dans un département voisin. Malgré les traitements que je dois payer de ma poche, je vais devenir dépendante de ma famille, mon mari mes enfants mes amis, je vais me retrouver clouer sur place pendant 9 mois comme avec une grosse grippe, je vais passer par des moments de paralysie des mains et des pieds, j’ai froid dans tout le bas de mon corps, un froid sibérien. J’ai très chaud en haut du corps à tombé parterre de malaise, j’ai mal aux articulations, aux muscles, aux tendons, aux os, les douleurs migrent sans cesse ne me laissant aucune minute ni seconde de répit.

Mon corps ne semble plus pouvoir gérer ses activités habituelles, je suis obligé de me forcer à respirer quand mes poumons ne se déploient plus instinctivement et mon cœur semble lui aussi faiblir. J’ai peur de mourir, je perds la mémoire, je ne sais plus écrire, je ne sais plus me concentrer, ma tête est dans un flou pas du tout artistique mais flippant à l’extrême. J’écris une lettre à mes enfants, à mon mari au cas où la vie me quitterait sans prévenir.

Tous les médecins que je rencontre, se cachent derrière un « c’est le stress madame, il faut consulter». Qui ? Un psy bien-sûr. Je décide de tout tenter, je prends soigneusement tout ce que me propose la médecine parallèle. Je vais de moins en moins pire, mais ce n’est que de la survie. Je sens que mon corps ne résistera pas bien longtemps à tous ces dysfonctionnements. Moi qui voulais vivre jusqu’à 120 ans, j’ai peur. Mon optimisme viscéral en prend un coup mais je suis une battante, la vie m’a bien flagellée en d’autres temps et je m’en suis sortie, je dois résister.

Je me mets à lire des livres, des articles scientifiques. Mes résultats sanguins indiquent que j’ai la maladie de Lyme, des problèmes de thyroïde, une maladie auto-immune, des candidas, bref tout déconne en moi. Je découvre que je suis aussi intoxiqué aux métaux lourds.

Avril 2015, je trouve enfin un dentiste qui veut bien m’enlever toutes mes dents remplies de métaux lourds, j’en ai 15.
Et là, ma vie, ma santé vont basculer, je me rends compte qu’en ne mangeant que des potages, je vais beaucoup mieux. Je repense aux écrits de Gwénola Le Dref, je relis son livre «Pour que la roue tourne» et tout son blog. Tout correspond à mon cas, je pars pour une « diète cétogène verte» tout en me sevrant progressivement de tous mes traitements phytothérapiques, homéopathiques, compléments alimentaires.
« MON ALIMENT DEVIENT MON MÉDICAMENT »

Voilà 5 mois que je suis sur ce chemin que je sens prometteur, enfin !!!! Mon corps a du mal à y croire !!! Un sentiment de liberté m’envahit petit à petit, je retrouve la chaleur dans mes jambes, la mobilité, l’énergie gagne chacun de mes muscles.

CERTES LA PROGRESSION EST TRÈS LENTE MAIS ELLE EST CONSTANTE DEPUIS 5 MOIS . Je suis toujours très fatigable et très handicapée mais l’espoir d’une guérison et d’une vie agréable est là enfin !!!!!!!!!!!!!!!!!! JE REMERCIE GWENOLA D’AVOIR PRIS LE TEMPS d’étudier et de nous transmettre ce qui lui a permis de retrouver la santé.

Je vous souhaite , à vous tous, malades ou pas, de connaître ce bonheur de sentir la vie regagner petit à petit l’espace de votre corps. Recevez toute mon empathie. Et que tous ceux qui font l’autruche et qui nous empoissonne aillent au diable. « Ils auront voulu nous enterrer mais ils ne savaient pas que nous étions des graines ». Semons à tout vent, la VIE !!!!!!!!

J’ai eu le résultat de mes dernières prises de sang ce samedi 26 septembre 2015. TOUT EST OK !!!!! et cerise sur le gâteau la CRP n’a jamais été aussi basse, les anticorps anti-péroxidase aussi sont en chute libre depuis le régime, et la thyroïde est au mieux, c’est très encourageant tout ça.
La maladie de Lyme serait aussi combattue par mon système immunitaire manifestement en meilleur forme . Elle est pas belle la vie ? En tout cas pleine d’espoir !

Joëlle Le Tournel Pironnet

Pour que la roue tourne : changeons d'alimentation !