Réflexion sur la chélation

En 2010, lorsque j’ai commencé à découvrir que mes soucis de santé n’étaient pas psychosomatiques et que je souffrais en fait d’intoxication aux métaux lourds, une longue histoire dont vous trouverez le résumé dans « Ma lutte contre la souffrance physique et psychique », j’ai pris connaissance de ce qui s’appelle la chélation.

Qu’est-ce-que la chélation ?

La chélation vise à sortir les métaux nuisibles du corps grâce à un chélateur qui est une substance organique capable grâce à une « pince » de se lier aux métaux sous forme ioniques, électriquement chargés comme le mercure Hg 2+, l’aluminium Al 3+, Pb 2+, Cd 2+ … le complexe stable est sensé être éliminé dans les urines. En vérité, la meilleure voie de sortie pour les métaux sont les intestins mais personne ne fait d’analyses sur les selles.
Cette « pince » est en fait une molécule de soufre formé d’un groupement thiol qui a une grande affinité avec les métaux lourds.
Il est vanté différents chélateurs, les purement chimiques, tels que le dmps, le dmsa, l’edta ou naturels comme la chlorella, la coriandre, l’ail des ours, la zéolite… des mélanges de plantes ou de molécules dotées de principes actifs comme le TMD (toxic metal detox) ou Xenosulf et d’autres …
Faute de moyens financiers, car ces thérapies ont des coûts que la plupart des personnes devenues invalides ne peuvent supporter, mais aussi car je suis devenu une adepte du dicton « Dans le doute abstiens-toi ! » j’ai décidé de n’écouter qu’Hippocrate qui disait « Que ton aliment soit ton seul médicament ! » et jusqu’ici la vie me le rend bien.

La chélation chimique

La chélation chimique est qualifiée de véritable séisme pour le corps par de nombreux toxicologues eux-mêmes. On s’appuie encore en France sur les travaux du Dr Boyd Haley pour prôner ces produits (dmps, dmsa) alors que lui même les critique aujourd’hui.
Le Dr Shade précise dans sa conférence sur « L’amplification de la détoxication des métaux lourds » qu’en fait ces substances ne seraient pas capables d’aller puiser à l’intérieur des cellules et permettraient de drainer l’extra-cellulaire. Les urines de dentistes ayant travaillé pendant plusieurs décennies avec du mercure ne sont pas plus chargées après test de provocation que des personnes n’ayant même pas d’amalgames, étrange non?
De plus, ces produits chimiques n’attrapent pas seulement les « mauvais » métaux mais aussi tous les oligoéléments comme le fer, le calcium, le zinc etc … ce qui aggrave encore le déséquilibre. On vous dira que l’on supplémente pour cette raison, personnellement cela ne me rassure pas plus et n’empêche pas le problème d’exister. Certains gardent des carences même après supplémentation car les métaux lourds sont plus « forts » pour prendre leur place sur les récepteurs.
De nombreuses personnes suivent des chélations chimiques alors qu’elles ont encore des amalgames en bouche, ce qui est contre le protocole mis en place à la base par les toxicologues. Le chélateur va aller puiser directement dans vos amalgames. Ce qui est sûr c’est qu’ainsi vos tests donneront des valeurs élevées pendant longtemps. Ne vous précipitez pas pour enlever vos amalgames pour autant, lisez cet article « Nouvelles après la dépose des amalgames »
Les chélateurs chimiques semble cependant avoir un bon pouvoir anti-oxydant et c’est pourquoi les personnes ressentent parfois un mieux être lors de leur utilisation sauf, quand justement, les personnes ne les supportent pas et là c’est assez catastrophique. Par contre dès que l’on n’en prend plus les maux reviennent, devriez vous alors prendre ces produits chimiques toute votre vie? Cela ne me semble pas très judicieux ni pour votre santé, ni pour votre porte monnaie.

Les chélateurs naturels

La chlorella, le number one des méthodes naturelles est très controversée et pour cause. Tout d’abord avec sa fonction naturelle à capter les métaux, même avec une méthode de production très protégée, comment être sûr qu’elle est exempt de métaux? Il semble que des analyses montrent que la plupart des échantillons soient chargés en métaux et même ceux supposés croître sous atmosphère ultra protégée et avec eau purifiée. D’ailleurs, regardez les chiffres annoncés par le producteur, êtes-vous sûr que ces chiffres soient réellement bas ?
De plus, notre corps, ne peut assimiler cette algue car la paroi de ses cellules est faite de cellulose et de chitine que l’on ne peut digérer, elle ne peut donc pénétrer dans nos organes. Tout comme les chélateurs chimiques elle a une fonction de drainage mais nullement la capacité à puiser dans l’intracellulaire. De plus, comme les chélateurs chimiques elle entraînera une déminéralisation puisque dans les intestins elle puisera aussi les oligoéléments utiles.

La coriandre possède de grandes qualités, anti-inflammatoire, anti-fongique, anti-oxydante… comme le candida englobe les métaux, tous les anti-fongiques permettent de libérer des métaux (plus ou moins suivant leur qualité et puissance) mais la coriandre n’a nullement cette fameuse pince qui permet de se lier aux métaux.

D’autres produits utilisent les pouvoirs anti-oxydants de certaines plantes.
Mais prendre des anti-oxydants c’est comme jeter de l’eau sur un feu, tout en continuant de rajouter des braises, on engendre des fumées toxiques et en plus on n’éteint pas le feu, on peut alors obtenir un mieux être fictif et passager.
Alors devrions-nous prendre des compléments anti-oxydants ? Vous pouvez lire ma réflexion dans cet article.

Le charbon actif bien connu pour ses capacités d’adsorption des polluants permet de capter différents métaux dans les intestins, il ne permet pas d’aller puiser dans les cellules. Il permet un nettoyage bactérien, utile contre les champignons etc… son gros inconvénient étant son pouvoir constipant qui empêchera alors la bonne évacuation, ce qui est contraire à la détoxication. Il est cependant utile lorsque l’on fait une dépose d’amalgames afin d’empêcher le corps d’absorber le mercure. Il est alors important de prévenir la constipation, par exemple en prenant du sorbitol.

D’autres produits pourront adsorber les métaux dans les intestins mais ils n’ont pas la capacité d’aller dans les cellules.

Et l’alimentation, alors ?

Les adeptes de l’une ou l’autre forme de chélation pensent que l’alimentation seule ne peut pas nous permettre de sortir les métaux. D’après mon expérience, notre corps peut tout à fait sortir les métaux si seulement on lui donne les possibilités de le faire. Notre corps est une pure merveille, encore faut-il lui faire confiance et arrêter de vouloir le faire aller plus vite que la musique.
Les adeptes des méthodes chimiques déconseillent fortement le jeûne qui selon eux déplacent trop de métaux, c’est pour cette même raison que les toxicologues disent de la chélation chimique qu’elle est un véritable séisme pour le corps et il vaut mieux alors avoir des organes d’élimination tel que le foie ou les reins en bonne santé sous peine de prendre de réels gros risques. En fait, plus on est malade et plus on prend de risque avec cette méthode car justement les intoxiqués ont déjà un foie fatigué ou les reins usés.
Plutôt qu’un jeûne (en tout cas les premiers mois) une détoxication par étapes, en supprimant les aliments allergènes et inflammatoires (vous trouverez ici une liste des aliments) permet de renforcer le système naturel de détoxication qui sera toujours le plus efficace. Le glutathion, notre chélateur interne naturel a besoin de retrouver ses fonctions normales et pour cela il faut réduire l’inflammation des intestins.C’est le seul système capable de nettoyer les cellules, le glutathion est fabriqué par notre foie. Des compléments de glutathion ne remplaceront pas la perfection de votre système naturel qui est complexe.Ce système naturel de détoxication sait aussi aller chercher les métaux dans notre cerveau.

Le Dr Shade dit bien à la fin de sa conférence qu’une thérapie de chélation pourrait être la meilleure du monde si l’on ne s’occupe pas des intolérances alimentaires, ce sera peine perdue. Car les allergènes alimentaires entretiennent l’inflammation des intestins et donc du corps et entraînent une rétention des toxiques et un épuisement du foie.
Sortir les métaux des cellules est important mais les transporter vers l’extérieur l’est encore plus. Si vos intestins sont enflammés, cette voie de sortie est alors bloquée, les toxiques retourneront alors vers le foie et une partie ira surcharger vos reins et l’autre sera redistribuée dans le corps ou à nouveau stockée dans le foie, empêchant alors son bon fonctionnement.
Sortir plus de métaux des cellules que vous n’allez en sortir du corps c’est aussi augmenter l’inflammation et c’est donc contre-productif. Je vous invite à lire « Comment je me détoxique des métaux lourds »

Les adeptes de chélation chimique ou naturelle accompagne toujours leur protocole d’un changement d’alimentation, alors lorsqu’ils disent qu’ils se sentent mieux (ceux pour qui ça arrive) grâce à la chélation ou à tel produit, ne sommes-nous pas en droit de nous demander si l’alimentation à elle seule n’aurait pas apporté ce mieux être ? Dans mon cas, elle l’a fait en tout cas.

Les légumes de la famille des crucifères contiennent de bonnes quantités de soufre, notamment l’ail qui est le plus puissant anti-fongique, anti-bactérien, contient du sélénium, de nombreuses vitamines, est vasodilatateur, fluidifie le sang et surtout contient du soufre, sous forme de groupements thiols capables de se lier aux métaux.

Il est intéressant aussi d’aider votre foie avec des aliments connus pour le drainer ou même le régénérer, radis noir, artichaut, pissenlit, chicorée sauvage, desmodium, chardon marie… etc
Chercher à sortir plus de toxiques des cellules alors que les voies d’élimination ne sont pas prêtes c’est entraîner une surcharge inutile qui ne fera que retarder la disparition des symptômes.

L’intoxication aux métaux lourds et autres xénobiotiques en général engendre un marché très lucratif dont de nombreuses professions tirent profit.
Sachant que l’intoxication aux métaux lourds est héréditaire et cumulative, croyez-vous vraiment que grâce à des produits vous allez gagner du temps ?
Comme d’habitude l’être humain croit savoir mieux faire que la nature. Il est fort probable qu’un corps qui a subit des siècles d’intoxication aura besoin de temps pour retrouver ses pleines fonctions et que de vouloir forcer la « machine » c’est prendre des risques inutiles et aussi retarder la renaissance.
Les miracles existent mais pas la pilule magique …

Cultivez votre jardin intérieur pour faire fleurir votre être !

Gwénola

Comment je me détoxique des métaux lourds?

Tout ce qui suit est tiré de mon expérience personnelle, de mes propres recherches, mes lectures, ma compréhension, mes expérimentations, mes observations…cette expérience ne peut servir de diagnostic et ne vous dispense pas d’une visite chez votre professionnel de santé si nécessaire. Si vous deviez décidé de reproduire en partie ou totalité cette expérience, vous seriez bien-sûr seul responsable de vos actes…de plus, je vous invite à ne jamais croire quiconque sur parole (pas même moi, évidemment), je vous invite à vous informer, vous éduquer, reprendre les rênes de votre santé,de votre vie !!! Ceci dit, rien de ce que je décide d’écrire ne l’est au hasard…tout est mûrement réfléchi, étudié, expérimenté, documenté même (en partie en tous cas). Voici ce que je peux partager avec vous à ce jour ; après des années de santé désastreuse (lire le livre « Pour que la roue tourne au nom du père » si vous avez besoin d’être convaincu ou juste pour le plaisir de lire).

La première chose à comprendre est que notre corps a de grandes capacités que vous ne soupçonnez sans doute pas pour la plupart. Notre corps est une merveille, mais il ne sait faire qu’une seule chose à la fois…
Lorsque notre corps se nourrit ou pire qu’il s’intoxique, il ne peut se mettre en fonction nettoyage. Vous comprendrez, qu’on ne lui laisse donc, de nos jours, pas beaucoup de temps pour effectuer son travail de détoxication.
Notre corps est comme une maison, avec ses différentes pièces et des placards de rangement.
Un corps pas trop intoxiqué sort les déchets par les voies de sortie (portes, fenêtres, aérations etc), mais si on lui donne trop de travail, il accumule, et utilise les organes (placards)pour stocker. Les métaux lourds suivent eux aussi ce parcours de gestion et se retrouvent dans les différents organes, y compris le cerveau, les os, les muscles, le coeur etc

Une première étape consiste à nettoyer le circulant et les « lieux de passage » c’est à dire le sang, la lymphe, les intestins etc… et pour se faire j’ai du avant tout dégager les voies de sortie qui étaient débordées de travail.
Ces voies de sortie ont été nommées les émonctoires, il s’agit du foie, les intestins, les reins, la peau, les poumons, les oreilles, l’utérus, les glandes salivaires, les glandes lacrymales, les amygdales et en fait tous les ganglions lymphatiques. Imaginons que notre corps soit un entonnoir avec du côté du petit embout, l’ensemble des émonctoires. Si nous nous lançons trop rapidement dans un changement d’alimentation, les toxines vont affluer vers la sortie et faute de pouvoir toutes être évacuées elles déborderont et seront ramenées dans le corps et se re-déposeront.

Pour dégager ces voies de sortie, j’ai d’abord arrêté de surcharger mon corps et j’ai arrêté plusieurs aliments différents. J’ai du être très stricte puisque mon corps était particulièrement débordé. Vous trouverez le détail de ce changement d’alimentation dans l’article intitulé « Ma lutte contre la douleur physique et psychique ».

Un des émonctoires le plus mis à mal est le système digestif. Il faut comprendre que la première réaction de notre corps face à l’intoxication aux métaux lourds est la prolifération du candida (levure ayant six espèces pathogènes pour l’homme pas seulement l’albican), qui abîme nos intestins et se propage sous forme de mycélium (champignon) dans tout notre corps. Son terrain préféré est celui où se sont logés les métaux lourds dans notre corps. D’ailleurs tout est une question de terrain comme le disait Claude Bernard « Le microbe n’est rien, le terrain est tout » .Certains pensent qu’il est notre nettoyeur mais je crois plutôt que c’est un sale profiteur, c’est un parasite ne l’oublions pas. Sans ces métaux lourds il ne pourrait rester en nous, c’est son port d’attache. Il n’est donc en vérité pas notre nettoyeur mais justement l’inverse. Il s’attache aux métaux lourds, se créant tranquillement une demeure…il n’a nullement l’intérêt de faire sortir ces métaux de notre corps, son intérêt est même plutôt de les accumuler pour croître…et oui, au détriment de notre santé…mais lui se fiche pas mal de cela. Ceci dit avec ce terrain intoxiqué aux métaux lourds que nous avons, notre corps ne trouve pas mieux à faire. Une question de terrain. Il faut admettre aussi (je sais c’est difficile au départ, mais les dernières recherches scientifiques vont dans ce sens) que ce champignon est capable de réclamer de quoi le nourrir lui. Car si il est important d’avoir un lieu de vie (les métaux pour lui) il est aussi important d’avoir de quoi se nourrir pour croître.

Nos intestins abîmés ne permettent plus une bonne digestion. En premier lieu, nous ne pouvons plus digérer le gluten et la caséine. Suivant, notre intoxication et notre état de santé, nous pouvons avoir du mal avec presque que toutes les protéines. D’ailleurs, les allergies ou intolérances alimentaires sont dues à la mauvaise digestion des protéines, entre autre(je reviendrai sur ce sujet plus loin)
Ces molécules (protéines) traversent la paroi intestinale sous forme de gliadinomorphine et caséinomorphine, des toxines, des drogues en fait. Elles peuvent nous créer de nombreux symptômes. Lorsque l’on supprime de notre table, le gluten et les produits laitiers animaux, notre corps nous remercie assez rapidement. Le gluten est une colle, qui tapisse alors nos intestins, empêchant ainsi l’absorption des bons nutriments mais aussi la bonne évacuation des déchets. Les produits laitiers animaux et surtout ceux de la vache posent en vérité plusieurs problèmes. La caséine que l’on digère mal, le lactose qui est un sucre et donc nourrit le candida (les levures adore le sucre), le gras qui chez tous a la capacité de retenir les toxines et le calcium dont on a en vérité pas besoin en aussi grande quantité que l’on veut nous faire croire (de toute façon, on trouve du calcium ailleurs)

En vérité, nombreux sont les aliments qui sont en fait plus nocifs que bénéfiques pour notre santé. Et la toute première chose à faire est de tranquillement les diminuer, jusqu’à les supprimer totalement dans certaines périodes, plus ou moins longues, suivant notre état de santé et notre souhait de perfection de celle-ci. Rien ne sert de se lancer dans une cure de détoxication si en même temps nous continuons d’alimenter notre corps par des aliments créant des toxines. Ce serait comme essayer d’écoper l’eau d’un bateau qui coule ». Vous connaissez sans aucun doute, un bon nombre de ces aliments, comme le sucre, l’alcool, les snacks, les produits tout prêt, etc…mais vous connaissez peut-être moins l’effet délétère des produits laitiers animaux, du gluten, de la viande, des produits de la mer (mercure)…Il faut donc doucement diminuer ces aliments et les remplacer par des aliments plus en adéquation avec une alimentation santé…Je citerai ici la détoxination par palier de Désiré Mérien, sans le savoir c’est le protocole que j’ai utilisé…donc diminuer d’un côté et rajouter de l’autre des légumes (verts de préférence notamment pour la chlorophylle et crus) attention ne consommons pas trop de fruits, à cause du fructose (qui nourrit ce foutu candida) ajoutons du bon gras…(et oui, je le fuyais et m’enfonçais sans le savoir) toutes les huiles, crues et pressées à froid, olive, colza, sésame, chanvre, huile de coco…un mélange colza/olive permet un assez bon ratio oméga 3 et 6 …pour les snacks, préférez les oléagineux,attention celles-ci contiennent beaucoup d’oméga 6, le colza contient beaucoup d’omégas 3. Si vous vous lancez, allez-y DOUCEMENT, continuez d’imaginer un entonnoir.

Donc, en premier, j’ai diminué puis arrêté les toxiques et là, très vite mon corps m’a remercié. Puis, pour ne pas amener trop de travail aux voies de sortie, j’ai éliminé tout ce qui est connu détoxifiant, afin de ne pas sortir plus de déchets des organes et de ne pas encombrer les voies de circulation. J’ai donc arrêté l’oignon, le citron, le chou, les herbes aromatiques, la betterave, etc … en fait tous ces aliments étaient notés plus ou moins problématiques dans mon test d’intolérances alimentaires (vous trouvez ce document dans les annexes)
Cette première phase a duré plusieurs mois chez moi, mais ma toxémie était très importante. Ceci dit, les bienfaits n’ont pas mis beaucoup de temps à se faire sentir mais à chaque écart, je payais très cher.
J’ai pu récemment réintroduire le citron, le chou, des herbes aromatiques, l’oignon, les carottes mais à petite dose afin de ne pas surcharger mes voies de sortie et de ne pas trop forcer sur les organes.

Ceci m’a permis de comprendre que les aliments auxquels nous sommes intolérants sont soient des protéines mal digérées, soient des aliments connus détoxifiants. Le test d’intolérances de ma fille va aussi dans ce sens. Souvenez-vous que le candida englobe les métaux lourds un peu partout dans notre corps. Lorsque l’on cesse de l’alimenter (détoxication par paliers) il commence à mourir et comme tout corps qui meurt, il se décompose et produit des gaz, qui eux donnent des symptômes. Mais aussi en mourant, le candida libère les métaux lourds sur lesquels il vivait. Voilà pourquoi, il ne faut pas se détoxifier trop vite !Rien ne sert de surchauffer le moteur, sous peine de cramer la résistance. Il ne faut donc pas supprimer trop vite le candida sous peine de déverser trop de métaux d’un coup, que le corps ne saura pas gérer, et donc ces métaux repartiront dans la circulation pour se déposer à nouveau, créant ainsi une nouvelle demeure à notre cher parasite. Le serpent qui se mord la queue. Donc dans un premier temps,ne cumulons donc pas, la détoxination par paliers avec l’utilisation trop importante de ces aliments connus détoxifiants.

Une partie des métaux lourds sort par les urines (d’où les infections urinaires de plus en plus fréquentes) boire de l’eau pure pour aider à l’élimination et diluer, afin d’éviter de surcharger les reins et le système urinaire.
Sortir les métaux lourds et ne pas oublier le moyen de les transporter vers la sortie. Le soufre comprend un groupement thiol servant de pince pour attraper les métaux. Par conséquent, nous devrions consommer des légumes de la famille des crucifères ( l’ail, le chou, le brocoli, le chou-fleur, le chou frisé, chou, radis, etc), qui sont riches en soufre. L’ail étant le plus puissant.
Il faut comprendre que d’un côté il faut virer les métaux, et c’est la mort du candida qui libère les métaux, et de l’autre les remplacer par les bons éléments, les acides gras, oméga 3, 6, 9, les vitamines, les bons oligo-éléments, zinc, sélénium, etc…
Il y a plusieurs façons d’assassiner le candida, d’une part l’affamer, d’autre part utiliser des aliments qu’il n’aime pas et aussi augmenter la population de ses ennemis, en nourrissant les bonnes bactéries, en privilégiant les légumes riche en chlorophylle. Il semblerait d’ailleurs, que les bonnes bactéries nous aident à chasser les métaux lourds plutôt que de les accumuler.

Gwénola

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.