Stimuler l’immunité peut-il vous rendre plus intelligent?

Les cellules de défense du corps engagent avec le cerveau
un dialogue complexe qui pourrait élever le QI.

SOURCE:
http://discovermagazine.com/2013/march/18-immunity-intelligence

Après avoir passé quelques jours au lit avec la grippe, vous avez l’impression que votre cerveau marche au ralenti. À première vue, cependant, cela n’a pas beaucoup de sens. D’une part, les virus de la grippe infectent la muqueuse des voies respiratoires, et non les neurones dans notre cerveau. D’autre part, le cerveau est isolé du reste du corps par une série de défenses microscopiques connue comme la barrière hémato-encéphalique. Elle bloque la plupart des virus et des bactéries tout en permettant aux molécules essentielles comme le glucose de rentrer. Autrement dit, ce qui indispose le corps ne devrait pas interférer avec notre façon de penser.

Mais au cours de la dernière décennie, Jonathan Kipnis, un neuroimmunologiste à l’Université de Virginie, École du département de médecine des neurosciences, a découvert un lien possible, une touche de modernité sur la notion séculaire de la connexion corps-esprit. Ses recherches suggèrent que le système immunitaire engage avec le cerveau un dialogue complexe qui peut influencer notre processus de pensée et encourager notre cerveau à être plus performant.

Kipnis a eu l’idée d’un lien entre l’intelligence et l’immunité lorsqu’il était doctorant à l’Institut des sciences Weizmann en Israël. Son conseiller, Michal Schwartz, faisait des expériences pour savoir comment s’effectuaient les réparations du cerveau après une blessure. Elle a trouvé que le cerveau dépend d’un type de cellule immunitaire connue sous le nom de cellule lymphocyte T, qui normalement tue les cellules infectées ou conduit d’autres cellules immunitaires dans une lutte contre les intrus. Ses recherches suggéraient que les lymphocytes T peuvent également envoyer des signaux qui activent les cellules immunitaires du cerveau, la microglie et les macrophages du sang leur demandant de protéger les neurones lésés des toxines libérées par la blessure.

Sans les lymphocytes T, Schwartz et d’autres chercheurs ont trouvé que le cerveau fait un mauvais travail d’auto-guérison. Kipnis a été fasciné par la découverte parce qu’il savait que les cellules T ne peuvent pas franchir la barrière hémato-encéphalique. Pourtant, apparemment, elles pouvaient influencer, de manière significative, le cerveau à distance. Il s’est demandé si les cellules T faisait plus pour le cerveau que juste l’aider à guérir les blessures. « L’idée folle m’est venue: Et si nous avions besoin des lymphocytes T pour un fonctionnement optimum du cerveau ? », dit Kipnis.

«Je n’ai jamais vu des souris aussi idiotes»

Pour tester l’idée, Kipnis a effectué une expérience sur des souris. Il a élevé deux groupes d’animaux, un groupe qui était normal et un autre qui manquait de cellules T. Sinon, elles étaient génétiquement identiques. Kipnis a ensuite envoyé les souris à un collègue, Hagit Cohen à l’Université de Ben-Gurion du Negev, pour voir à quel point elles pouvaient apprendre un nouveau tour.

Cohen a soumis les souris à un test d’apprentissage connu sous le nom de labyrinthe d’eau de Morris. Elle les a mis dans un bassin d’eau, où elles ont commencé à nager frénétiquement. Juste sous la surface de l’eau se trouvait un support caché. Si les souris pouvaient trouver le support, elles pouvaient s’y reposer et arrêter leur nage désespérée. Au cours de plusieurs essais, les souris ont appris où le support était caché et y nageait directement.
Après avoir testé les animaux, Cohen – qui ne connaissait pas les détails de la recherche de Kipnis – appela son collègue. Elle a dit : « Un des groupes de souris que vous m’avez envoyées sont de vrais idiotes. Je n’ai jamais vu des souris aussi idiotes  » se rappelle Kipnis. Ces souris ne réussissaient pas à trouver le support ; elles étaient aussi celles sans cellule lymphocyte T.

Si l’idée folle de Kipnis était juste alors il devrait être capable de rendre les souris idiotes plus intelligentes en leur remettant leurs cellules T. Il a injecté les cellules dans la circulation sanguine de la souris et a donné aux cellules le temps de se multiplier et de se propager. Ensuite, lui et ses collègues ont à nouveau testé les souris. Avec leurs cellules T restaurées, elles n’étaient plus stupides. Elles performaient presque aussi bien que les souris nées avec des systèmes immunitaires normaux.

Parce que la barrière hémato-encéphalique empêchait les cellules T d’affecter le cerveau de l’intérieur, Kipnis s’est demandé si elles augmentaient leur influence en se rapprochant le plus possible du cerveau.

On sait depuis longtemps que les membranes entourant le cerveau, appelé les méninges, sont chargées de lymphocytes T et d’autres cellules immunitaires. Kipnis et ses collègues se sont demandés comment les souris performeraient si elles avaient un approvisionnement normal en cellules T partout dans leur corps, à l’exception des méninges, alors il a injecté un composé qui empêchait les cellules T d’atteindre les méninges chez les souris. Lorsque ces animaux ont été placés dans le labyrinthe aquatique, elles ont à nouveau agit stupidement – tout comme Kipnis l’avait prédit.

Garder le cerveau

Kipnis étudie maintenant ce que font exactement les cellules T qui entourent le cerveau pour faire fonctionner le cerveau. Une forte possibilité : elles empêchent le reste du système immunitaire de lui nuire par inadvertance.

Lorsque nous apprenons quelque chose de nouveau, nos neurones détruisent les anciennes connexions et en développent de nouvelles. Dans le processus, elles rejettent beaucoup de molécules. Pour le système immunitaire, ces déchets peuvent ressembler à une infection ou à un autre type de problème, entraînant une inflammation et la libération de composés dangereux qui combattent normalement les virus mais qui peuvent également interférer avec le cerveau et sa fonction.

Kipnis suggère que les lymphocytes T maintiennent ce processus en échec, en différenciant la maladie du stress ordinaire et, lorsque cela est justifié, en disant à d’autres cellules immunitaires de rester au repos en libérant des molécules antagonistes qui empêchent une inflammation erronée.

Les mêmes lymphocytes T qui protègent le cerveau de l’inflammation travaillent également à nous garder vif ; et dans ce qui semble être une boucle de rétroaction, le simple acte d’apprentissage renforce l’effet. Alors que les souris apprennent quelque chose de nouveau, les lymphocytes T dans les méninges produisent des niveaux élevés d’une molécule appelée interleukine 4 (IL-4). L’IL-4 est un signal du système immunitaire qui freine la réponse inflammatoire et, selon les recherches de Kipnis et d’autres, améliore également l’apprentissage. En effet, lorsque les souris manquant du gène pour fabriquer l’IL-4 passent le test du labyrinthe de l’eau, elles le font mal, peut-être parce que leurs cellules T n’ont pas de signal critique impliqué dans l’apprentissage rapide.

Cette théorie pourrait expliquer pourquoi nous perdons nos capacités mentales lorsque nous sommes malades, dit Kipnis. Lorsque nous sommes en bonne santé, les cellules T empêchent les cellules immunitaires dans les méninges d’enflammer le cerveau. Mais quand on tombe malade, les lymphocytes T relâchent leur attention pour permettre au système immunitaire d’attaquer les agents pathogènes. L’inflammation qui en résulte aide à éliminer les envahisseurs, mais elle empêche également l’apprentissage. Lorsque nous sommes malades, propose Kipnis, il est plus important de lancer une attaque immunitaire puissante que d’avoir un esprit pointu. « Tout dans la vie est une question de priorité » dit-il.

Kipnis a récemment commencé à enquêter sur ce qui arrive au cerveau des gens quand ils commencent à perdre des cellules T. Les personnes atteintes de cancer, par exemple, souffrent souvent d’une perte de cellules T lorsqu’elles subissent une chimiothérapie. Ce n’est peut-être pas une coïncidence, affirme-t-il, que la chimiothérapie est connue pour causer le «cerveau-chimio» – un état mental flou où les patients ont du mal à penser clairement. Kipnis propose que sans les cellules T pour maintenir l’inflammation en échec, les cellules immunitaires dans les méninges absorbent des composés nuisibles au cerveau.

La vieillesse diminue également nos cellules T. Le thymus, une glande de la taille d’une fraise dans la poitrine, produit un courant régulier de précurseurs de cellules T dans notre jeunesse. Mais au fil des décennies, elle diminue jusqu’à ce qu’elle soit à peine visible. Kipnis propose qu’avec moins de cellules T, les personnes âgées ne peuvent pas réprimer efficacement l’inflammation autour de leur cerveau, ce qui pourrait jouer un rôle dans le déclin cognitif chez les personnes vieillisantes.

Il existe de nombreux autres facteurs dans la façon dont nous apprenons et nous souvenons des choses, mais pour la plupart, ils sont très difficiles à modifier. Les médicaments susceptibles de rebooster les neurones à l’intérieur du cerveau et d’améliorer la netteté mentale sont souvent trop gros pour passer la barrière hémato-encéphalique. La dopamine, une molécule cruciale pour la signalisation entre les neurones, ne peut pas traverser cette barrière, c’est pourquoi son précurseur chimique, la L-dopa, est utilisée à la place pour traiter la maladie de Parkinson. Mais le système immunitaire offre une nouvelle façon de changer notre cognition et de traiter les maladies affectant le cerveau.

Une expérience que Kipnis et ses collègues ont menée récemment sur des souris chez qui ils manquaient des cellules T préfigure comment la future médecine immunitaire du cerveau pourrait fonctionner. Les scientifiques ont tiré du sang de vieilles souris, dont l’offre en cellules T était épuisée et ont isolé les cellules immunitaires. Ils ont ajouté des IL-4 dans les flacons où ils ont élevé ces cellules immunitaires. Ensuite, les scientifiques ont injecté les cellules exposées aux IL-4 dans les souris. Par la suite, les souris ont pu apprendre correctement, vraisemblablement parce que leurs cerveaux ne souffraient plus d’inflammation.

« Aujourd’hui, nous ne pouvons pas vraiment entrer dans le cerveau et réparer les choses. Mais nous pouvons prendre le système immunitaire hors du corps, nous pouvons le remettre, nous pouvons faire presque tout ce que nous voulons » dit Kipnis.
« Nous pourrions cibler le système immunitaire et obtenir des bénéfices dans le cerveau. Ce pourrait être un outil thérapeutique incroyable. »

Ainsi se termine l’article de Discovermagazine.

Je rajoute quelques mots afin de vous inviter à faire des liens avec les autres sujets traités sur ce site.
Du côté de mon expérience personnelle, je ne peux que confirmer ce dont traite cet article. Je garde mes troubles cognitifs au minimum possible grâce à cette diète cétogène verte. Dès que je m’en éloigne je perds en fonctionnement et pas seulement au niveau de l’intelligence. La conférence du Dr Russell Blaylock montre très bien comment l’inflammation due aux allergènes alimentaires, au glutamate, à l’aspartame, etc. agit sur nos comportements. Dans l’autisme, dont les causes sont multiples on retrouve un problème d’infections et il est aisé de faire le lien avec l’article ci-dessus. On peut alors comprendre pourquoi le syndrome d’Asperger (voir l’attestation diagnostic) est moins visible quand je fais attention à ce que je mange. Même si tout n’est pas réglé bien-sûr. On peut aussi comprendre comment cette alimentation différente me permet de garder une part (oui, seulement une part) de fonctionnement cérébral très supérieur malgré mes nombreux problèmes innés de métabolisme, d’intoxication, d’infections, de souci avec l’histamine…

Si j’écris cela, c’est que quand je vois d’où je reviens, et ce avec quoi je dois faire, je me dis quel potentiel vous avez, bon sang !

Cultivons notre jardin intérieur pour faire fleurir notre être !

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Laisser un commentaire