Mangez, ceci est mon corps, buvez ceci est mon sang Jésus a t-il vraiment dit cela?

Certains de prime abord se demanderont pourquoi choisir de traduire un tel article, alors que ceux qui ont lu mon livre ou qui me suivent depuis quelques temps comprendront la continuité.
Quand on a conscience de l’immense importance de ce que l’on mange sur ce que nous sommes physiquement, psychiquement mais aussi spirituellement, on comprend aisément que ce sur quoi s’appuie nos sociétés doit être questionné.
L’historien James Daniel Tabor fait un excellent travail afin de retrouver les débuts du christianisme et le message original qui est finalement bien loin de celui que l’on connaît aujourd’hui. Vous trouverez certains de ses livres traduits en français et de nombreux articles sur son site mais en anglais.
Celui que j’ai traduit a toute son importance puisque l’eucharistie est un élément central. J’ai déjà parlé des travaux de Monsieur Tabor dans un autre article « La haine, la violence…et le fruit défendu »
Un article de James Daniel Tabor Eat my body, drink my blood

« L’un des arguments les plus controversés, mais significatifs que je fais dans mon nouveau livre, Paul et Jésus, est que les mots traditionnels attribués à Jésus lors du dernier souper « Ceci est mon corps», «Ceci est mon sang» – sont ceux de Paul pas de Jésus! Voici un résumé des raisons qui me permettent d’arriver à cette conclusion et j’invite les lecteurs à explorer en profondeur ceci et d’autres façons dont Paul et Jésus différaient par la lecture du livre lui-même. (je l’aurai bientôt terminé)

C’est le plus central de tous les rites chrétiens – l’Eucharistie ou la Sainte Communion – impliquant de manger la chair et de boire le sang du Christ, même compris, il est aussi familier qu’il est étrange. Voici ce que Paul écrit aux Corinthiens vers l’an 54 :

Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai remis, que le Seigneur Jésus, la nuit où il fut livré, prit du pain, et, après avoir rendu grâce, il le rompit, et dit: «Ceci est mon corps qui est [rompu] pour vous. Faites ceci en mémoire de moi. « De la même manière, il prit la coupe, après le souper, en disant:  » Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang. Faîtes ceci, aussi souvent que vous en boirez, en mémoire de moi « (1 Corinthiens 11: 23-25).

Marc, notre première évangile, écrit entre 75-80 AC de la dernière Cène de Jésus qui suit:
Et comme ils mangeaient, il prit le pain, et après la bénédiction, il le rompit et le leur donna, en disant: «Prenez, ceci est mon corps. « Et il pris une tasse, et quand il avait donné grâce, il la leur donna, et ils en burent tous. Et il leur dit: « Ceci est mon sang de l’alliance, qui est répandu pour la multitude» (Marc 14: 22-24).

Les similitudes verbales précises entre ces deux comptes sont tout à fait remarquables compte tenu du fait que la version de Paul a été écrite au moins vingt ans plus tôt que Marc. Où Paul aurait-il eu une telle description détaillée de ce que Jésus avait dit la nuit où il fut trahi ? L’hypothèse communément admise est que cette tradition de base, si fondamentale pour le mouvement d’origine de Jésus, avait circulé oralement pendant des décennies dans les diverses communautés chrétiennes. Paul l’aurait reçu directement de Pierre ou James, lors de sa première visite à Jérusalem vers l’an 40, ou appris de la congrégation chrétienne d’Antioche, où, selon le livre des Actes, il a d’abord lui-même établie (Actes 11:25) .

Ce que Paul dit clairement est facile à oublier: «Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai remis. » Son langage est clair et sans équivoque. Il ne dit pas, « je l’ai reçu de l’un des apôtres, et donc indirectement il est venu du Seigneur», ou «Je l’ai appris à Antioche, mais ils l’avaient obtenu par la tradition du Seigneur. » Paul utilise précisément le même langue pour défendre la révélation de son Evangile et comment elle lui est venu. Il dit qu’il ne l’a reçu d’aucun homme, ni qu’elle lui a été enseignée, mais jure avec serment, « je l’ai reçu par une révélation de Jésus-Christ» (Galates 1: 11-12). Cela signifie que ce que Paul dit ici en ce qui concerne la Cène du Seigneur, y compris les paroles de Jésus sur le pain et le vin, nous vient de Paul et Paul seul !

Nous avons toutes les raisons de le prendre au mot. Bien que cela puisse sembler étrange pour nous que quelqu’un puisse prétendre avoir reçu par la révélation un récit du dernier repas de Jésus avec ses disciples, des années après l’événement, Paul considérait ce genre de chose une manifestation normale de sa connexion prophétique avec l’Esprit du Christ . L’un des dons de l’Esprit était une « parole de connaissance », et une telle révélation pourrait s’appliquer au passé, au présent ou à l’avenir. De la même façon Paul affirme avoir reçu un scénario détaillé de ce qui se passera dans l’avenir, lorsque Jésus reviendra. Il fait précéder sa révélation par : « Pour cela, je vous le déclare, par la parole du Seigneur» (1 Thessaloniciens 4:15). Paul dit qu’il entend Jésus. Pour spéculer sur l’origine des idées de Paul, qu’il prétend être fournies par la révélation est d’entrer dans sa psychologie personnelle à un degré auquel nous avons pas accès. La tâche de l’historien est d’analyser ce que l’on pourrait prétendre, mais toute tentative de rendre compte rationnellement de ce qu’une revendications visionnaire de «voir» est en dehors du domaine de la recherche historique.

Alors que les écrits de Paul sont les premiers que nous ayons de la dernière Cène, nous devons être très prudents dans la lecture des évangiles de Marc, Matthieu et Luc, qui enregistrent des choses similaires, mais qui ont été écrites des décennies plus tard. En d’autres termes, nous ne pouvons pas commencer par Marc, notre première évangile, et supposer que Jésus a réellement dit ces mots à la dernière Cène, et puis aller à Paul, qui vient après Jésus, comme s’il était juste l’écho des dires principaux. Les choses sont précisément l’inverse. Nous avons toutes les raisons de croire que Marc a obtenu la tradition des paroles de Jésus de Paul ! Matthieu et Luc, qui ont ensuite utiliser Marc en tant que source, ne font aussi, indirectement, que répéter ce que Paul avait dit des décennies plus tôt.1

Une façon d’aiguiser ceci est de poser deux questions qui nous ramènent à Jésus au-delà de Paul. Est-il historiquement probable que Jésus a tenu une Cène avec ses disciples la nuit avant sa mort? Est-il historiquement probable que Jésus a prononcé ces mots sur le pain étant son corps et la coupe de vin son sang?

Pour la première question, nous avons deux sources anciennes indépendantes : Marc (qui est repris par Matthieu et Luc) et l’évangile de Jean. Ils déclarent tous deux que Jésus mangeait un tel repas et il est raisonnable de supposer que tel est le cas. Pour la deuxième question Paul est notre seule source de rapports que Jésus ait parlé du pain comme son Corps et du vin comme son sang – car Marc, Matthieu et Luc tirent leurs rapports à partir du sien. Jean rapporte un repas intime de Jésus avec ses disciples, mais ne dit jamais rien à propos des mots sur le pain et le vin. Il est difficile d’imaginer Jean, qui était au courant des autres évangiles, délaissant une telle tradition importante de son évangile, sauf par intention. Son silence est essentiellement son «non» au référendum sur la fiabilité historique de notre seule source – Paul.
Mais il y a une autre raison de douter de la validité historique des écrits de Paul. Un rapport tout à fait différent des mots prononcés lors d’une célébration d’Eucharistie chrétienne sur le pain et le vin nous vient du texte paléochrétien que nous appelons la Didaché qui est complètement différent du texte que Paul nous livre comme paroles de Jésus.

Vous donnerez grâce comme suit : d’abord, par rapport à la coupe: « Nous te rendons grâce, notre Père, pour la sainte vigne de David, votre enfant, que vous nous avez fait connaître par Jésus, votre enfant. Pour vous la gloire pour toujours ». Et en ce qui concerne les fragments de pain : « Nous te rendons grâce, notre Père, pour la vie et la connaissance que vous nous avez fait connaître par Jésus, votre enfant. À vous la gloire à jamais » (Didachè 9: 2-3) .2

Ce précieux texte, découvert par hasard dans la bibliothèque de Constantinople en 1873, nous fournit des preuves claires que les premières communautés chrétiennes ont été rassemblées pour un repas de Thanksgiving communément appelé l’Eucharistie, bénissant le pain et le vin, mais sans aucun lien avec les mots de Paul qu’il a associé à la Cène du Seigneur qui est devenu la norme au sein du christianisme. Il est également intéressant de noter que Jésus et David sont assimilés à cette prière comme «votre enfant», montrant la compréhension pleinement humaine de Jésus comme un descendant de la lignée de David, et donc héritier de sa dynastie royale. La Didachè dans son ensemble, ne montre aucune influence des enseignements ou des traditions de Paul. Il correspond bien à l’image plus large que nous avons vu sur la base de la source Q, la lettre de Jacques, et les textes épars que nous pouvons identifier des sources judéo-chrétiennes ultérieures.

Eat My Body, Drink My Blood–Did Jesus Ever Really Say This?

Ce que Jésus a dit à son dernier repas avec ses disciples, nous n’avons aucun moyen de le savoir, mais il existe des preuves qu’il voyait ce repas comme un «banquet messianique» en prévision de leur communion dans le futur royaume de Dieu. Il dit aux Douze :
« Vous êtes ceux qui avez persévéré avec moi dans mes épreuves: et je vous attribue, comme mon Père m’a attribué, un royaume, vous pouvez manger et boire à ma table dans mon royaume, et assis sur des trônes pour juger les douze tribus d’Israël »(Luc 22:28).

Cette parole de Jésus est issue de la source Q (notre première collection des paroles de Jésus), pas de Paul, mais Luc, qui la connecte à la dernière Cène. La version de Luc dans Q est généralement considérée comme plus précise dans la préservation de la structure de Q.

Luc repose ses écrits sur ceux de Marc à propos de la Cène, y compris la tradition paulinienne des paroles de l’institution au sujet de manger le corps et boire le sang de Jésus. Mais, étonnamment, Luc connaît une autre source de remplacement sans un tel langage ! Il finit par placer les deux dans son récit, juxtaposés les uns après les autres :

[Tradition A: Source Alternative] Et il leur dit : « Je l’ai ardemment désiré de manger cette Pâque avec vous avant de souffrir. Car je vous dis que je n’en mangerai pas jusqu’à ce qu’elle soit accomplie dans le royaume de Dieu. Et il a pris une tasse, et quand il eut rendu grâce, il dit : «Prenez et partagez entre vous. Car je vous dis que désormais je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’à ce que le royaume de Dieu vienne « (Luc 22: 15-18).
[Tradition B: Source Marc ] Et il prit du pain, et, après avoir rendu grâce, il le rompit et le leur donna, en disant: « Ceci est mon corps, qui est donné pour vous. Faites ceci en mémoire de moi »
Luc 22:20 Et de même la coupe, après qu’ils eurent mangé, en disant : « Cette coupe qui est versé pour vous est la nouvelle alliance en mon sang » (Luc 22: 19-20)

Quand on lit les deux traditions comme une unité, il n’a guère de sens, parce que Jésus finit par prendre la tasse deux fois, mais en disant des choses totalement différentes. Lorsque les deux traditions sont séparées chacune forme une unité distincte.

Cela devient d’autant plus important que la Tradition A de Luc correspond à ce que nous pourrions attendre que Jésus ait dit dans un contexte messianique juive.
Curieusement, Marc apparaît préserver un peu de cette tradition juive plus primitive, puisque Jésus conclut le repas en disant: « En vérité, je vous le dis, je ne boirai plus du fruit de la vigne jusqu’au jour où je le boirai de nouveau dans le royaume de Dieu »(Marc 14:25). Matthieu inclus ce verset aussi, copiant à partir de Marc (Matthieu 26:29). Ce qui est étrange c’est que cela ne cadre pas bien avec les mots de Paul « ceci est mon corps » et « ceci est mon sang » tradition que Marc met au centre de sa dernière scène de la Cène. Jésus n’anticipe évidemment pas un jour de boire son sang avec les disciples dans le royaume. Évidemment Marc savait quelque chose des deux traditions, mais tait l’une en exacerbant l’autre. Il était peut-être gêné par l’idée de deux scènes différentes de Jésus bénissant la coupe, mais avec des mots différents d’interprétation, donc il laisse tomber la première. Luc laisse les deux, juxtaposées, même si elles pourraient être considérées comme contradictoires. Cette convolution de Luc était suffisamment gênante pour certains scribes que le texte traditionnel occidental (sur la base du 5ème siècle après JC Bezae Codex) supprime entièrement la deuxième scène de la tasse (versets 19b-20); laissant une combinaison contradictoire de la Tradition A et B qui a peu de sens. 3

La Tradition A de Luc, soutenue par la conclusion de Marc sur les paroles de Jésus à la fin du repas, est probablement aussi proche que nous puissions arriver à ce que Jésus aurait pu dire le dernier soir de sa vie. Ce qu’il attend est un repas de retrouvailles dans le royaume de Dieu.
Cette idée, souvent désignée comme le « Banquet messianique » est clairement décrit dans Les manuscrits de la mer Morte. Quand le Messie viendra tous ses élus s’assieront à une table commune avec lui, dans le Royaume, avec des bénédictions du pain et du vin :

Quand Dieu fait naître le Messie, il doit venir avec eux à la tête de toute l’assemblée d’Israël avec tous ses frères, les fils d’Aaron, le prêtre. . .et les chefs des clans d’Israël seront assis devant lui. . . Et quand ils se rassembleront pour la table commune, à manger et à boire du vin nouveau. . . ne laissez aucun homme n’étendre sa main sur les prémices du pain et du vin avant le prêtre; car il bénira les prémices du pain et du vin. . .Ensuite, le Messie d’Israël étendra sa main sur le pain et toute l’assemblée de la Communauté doit prononcer une bénédiction. 4

Une chose semble claire. L’idée de manger le corps et le sang du fils de dieu, même d’une manière symbolique, ne correspond à rien que nous savons de Jésus ou de la culture juive dont il est issu.

Le terme technique théophagie se réfère à « manger le corps de ceux de dieu », soit littéralement ou symboliquement, et divers chercheurs ont noté des exemples de l’idée dans les traditions religieuses grecques dans lequel la divinité a été symboliquement consumée.5 Bien que certains chercheurs ont essayé de localiser la version de Paul de l’Eucharistie dans la tradition plus large des «banquets sacrés » communs dans la société gréco-romaine, son langage spécifique sur la participation à l’efficacité spirituelle du sacrifice du corps et du sang de Jésus en mangeant le pain et buvant le vin semble nous emmener entièrement dans une autre arène. 6 Les parallèles les plus proches que nous ayons de ce genre d’idées sont trouvées dans les matériaux magiques grecs formés cette période. Par exemple, dans l’un des papyrus magiques, nous lisons d’un sort dans lequel on boit un verre de vin a été rituellement consacré pour représenter le sang du dieu Osiris, afin de participer à la puissance spirituelle de l’amour qu’il avait pour son épouse Isis.7

Jésus a vécu comme un Juif pratiquant, en suivant la Torah ou les lois de Moïse et enseignant aux autres à faire de même. Les juifs avaient l’interdiction stricte de consommer le sang ou même de manger de la viande qui n’avait pas eu le sang adéquatement drainé et enlevé (Lév 7: 26-27.). Les disciples juifs de Jésus, dirigés par le frère de Jésus- Jacques, étaient très strictes sur ce point, en insistant qu’il s’appliquait aux non-juifs autant qu’aux Juifs, sur la base de l’interdiction de Noé et tous ses descendants après le Déluge. Ils interdisaient aux disciples non-juifs de Jésus de manger de la viande qui avait été tué en l’étranglant, ou de consommer du sang (Actes 15: 19-20). Paul était de l’aveu général laxiste sur ces restrictions et dit à ses disciples qu’ils peuvent manger tout type de viande vendue sur le marché, sans doute même les animaux tués par strangulation, tant que personne n’était présent pour le remarquer et objecter sur la base des enseignements bibliques (1 Corinthiens 10: 25-29).

Compte tenu de ce contexte, je pense que nous pouvons conclure qu’il est inconcevable que Jésus aurait amené ses partisans à boire une coupe de vin, même symboliquement, comme une représentation de son sang, ou de rompre le pain pour représenter son corps, sacrifié pour leurs âmes.8 »

1. The idea of two distinct forms of the Eucharist, one from Paul and the other from the Jerusalem church, was effectively argued by Hans Lietzmann in 1926. Needless to say it stirred up a whirlwind of controversy though overall I find it quite convincing. For an updated discussion see R. H. Fuller, “The Double Origin of the Eucharist,” Biblical Research 8 (1963): 60-72. 
2. Translation from Ehrman, The Apostolic Fathers, vol. 1, p. 431. 
3. See Bruce Metzger, The Text of the New Testament, 3rd edition (Oxford: Oxford University Press, 1992), pp. 156-185, for a discussion of various New Testament manuscript traditions. The Western Text (Codex Bezae, designated D) has a number of significant omissions, particularly in Luke, that some scholars have argued are more authentic but the example of Luke 19b-20 seems to be a clear attempt by the textual editors to remove the difficulty of the two cups. It is more likely that Luke’s original text had both than that a later manuscript tradition would have added the second cup. Additions and omissions are almost always in the service of harmonization, when the scribes see difficulties they wish to help resolve with the text they are copying. 
4. See The Messianic Rule 2. 10-20 (1QSa), in Vermes, The Dead Sea Scrolls, pp. 159-160. 
5. See Preserved Smith, A Short History of Christian Theophagy (Chicago: Open Court Publishing Co., 1922). Parallels have been suggested with Attis the Phrygian god, Mithras, and particularly Dionysus, where an animal was torn apart and eaten raw. 
6. Dennis Edwin Smith, From Symposium to Eucharist: The Banquet in the Early Christian World (Minneapolis: Augsburg Fortress Press, 2003).  
7. See the discussion and references in Morton Smith, Clement of Alexandria and a Secret Gospel of Mark (Cambridge: Harvard University Press, 1973), pp. 217-219. 
8.  Bruce Chilton has suggested that Jesus did indeed refer to “body” and “blood”; not to his own, but to that of the Passover sacrifice that he was rejecting as part of a corrupt Temple system: “This is my body”—the bread; “This is my blood”—the wine, so no need for the literal flesh and blood sacrifice of a lamb. As attractive as I find this alternative in the end it seems to me unlikely since the juxtaposition of the terms bread/body and wine/blood come from Paul and have no independent source. See Bruce Chilton and Craig A. Evans, Jesus in Context: Temple, Purity, and Restoration (Leiden: E. J. Brill, 1997), pp. 59-89. 

Laisser un commentaire