Les dents des bébés montrent comment l’exposition à divers métaux peut être liée à l’autisme

Les chercheurs cherchent depuis des décennies pourquoi certains enfants développent l‘autisme – parfois même leur jumeau – mais une nouvelle étude indique que les dents des bébés peuvent fournir des indices.

La nouvelle étude publiée dans Nature Communications met en lumière certains facteurs possibles du risque d’autisme, révélés dans les dents des enfants : l’exposition à divers métaux, à la fois toxiques et nutritionnels, comme le plomb et le zinc et les changements d’exposition à différents stades du développement de l’enfant.

La petite étude a examiné les dents de bébé de 32 paires de jumeaux pour voir si les niveaux de plomb et d’autres métaux étaient en corrélation avec un risque accru de développer l’autisme. Le trouble du spectre autistique continue d’affecter 1 à 2 % des enfants nés en Europe, en Amérique du Nord et dans d’autres régions développées, selon les auteurs de l’étude.

Bien que de nombreuses recherches aient été faites sur le terrain, il y a eu peu d’étude sur la façon dont les facteurs environnementaux spécifiques peuvent affecter le risque d’autisme.
« Nous pensons que l’autisme commence très tôt, probablement dans l’utérus, et la recherche suggère que notre environnement peut augmenter le risque d’un enfant. Mais au moment où les enfants sont diagnostiqués à l’âge de 3 ou 4 ans, il est difficile de revenir en arrière et de savoir ce à quoi les mamans ont été exposées « , a déclaré Cindy Lawler, Ph.D., responsable de la division NIEHS Genes, Environnement et Santé, dans un communiqué publié aujourd’hui. « Avec les dents de bébé, nous pouvons réellement faire cela. »

Dans l’étude, les chercheurs de l’École de médecine d’Icahn au Mont Sinaï ont examiné si l’exposition à certains métaux, identifiée dans la matrice des dents de bébé, a montré une association avec le risque d’autisme.

Les chercheurs ont recruté des jumeaux d’une base de données nationale de jumeaux en Suède afin de mieux comprendre quels étaient les modes d’absorption des métaux chez les enfants à la fois diagnostiqués et non diagnostiqués avec un trouble du spectre autistique.

L’étude a été menée par Manish Arora, Ph.D., un scientifique environnemental et un dentiste de l’École de médecine d’Icahn au mont Sinaï à New York. Arora et ses collègues avaient déjà développé une méthode qui utilisait des dents de bébé qui étaient tombées pour mesurer l’exposition des enfants au plomb et à d’autres métaux in-utéro et pendant la petite enfance. Avec le soutien de l’Institut national des sciences de la santé environnementale (NIEHS)

Les chercheurs utilisent des lasers pour extraire des couches précises de la dentine, la substance dure sous l’émail dentaire, pour l’analyse des métaux.

« Ce qui est nécessaire, c’est une fenêtre dans notre vie fœtale », a-t-il déclaré. « Contrairement aux gènes, notre environnement change constamment et la réponse de notre corps face aux facteurs de stress environnementaux dépend non seulement de la façon dont nous étions exposés, mais à quel âge nous avons connu cette exposition ».

Les chercheurs ont examiné les métaux qui sont des nutriments clés tels que le zinc et le manganèse, ainsi que des métaux toxiques comme le plomb. Ils ont également été en mesure d’estimer à quel stade du développement de l’enfant, ils ont été exposés à certains métaux et à quels niveaux.

Ils ont utilisé des dents de bébé de 32 paires de jumeaux pour établir un modèle d’absorption des métaux. Parmi ces 32 paires de jumeaux, six avaient un seul jumeau avec des troubles du spectre autistique, sept avaient deux jumeaux avec autisme et 19 ne sont pas affectés. Les chercheurs ont trouvé des différences plus faibles dans les modes d’absorption des métaux lorsque les deux jumeaux avaient des troubles autistiques. Ils ont trouvé des différences significatives dans les paires où un seul jumeau a été diagnostiqué avec autisme.

Les chercheurs ont pu montrer des différences concernant six métaux, dont le plomb, le zinc, l’étain, le chrome et le manganèse sur les dix métaux étudiés et leur lien avec les taux d’autisme. Le plomb et le manganèse étaient statistiquement significatifs dans la façon dont ils impactaient le risque d’autisme.(l’aluminium n’ayant pas été analysé)

Les niveaux de plomb étaient constamment plus élevés dix semaines avant la naissance à vingt semaines après la naissance chez les enfants atteints d’un trouble du spectre autistique comparés à ceux des enfants sans autisme.

La plus grande différence a été observée 15 semaines après la naissance des jumeaux : les niveaux de plomb étaient 1,5 fois plus élevés chez les enfants atteints de troubles du spectre autistique que chez les enfants sans autisme.

Les niveaux de manganèse étaient systématiquement plus faibles chez les enfants souffrant de troubles du spectre autistique pendant deux fenêtres critiques : 10 semaines avant le naissance et de 5 à 20 semaines après la naissance. La plus grande différence a été notée à 15 semaines après la naissance, lorsque les taux de manganèse étaient 2,5 fois plus faibles dans les cas de troubles du spectre autistique.

Des études antérieures ont montré des résultats mitigés sur le lien entre l’autisme et l’exposition aux métaux, notamment le plomb, mais beaucoup sont limitées par les possibilités d’autres facteurs, y compris la génétique, qui pourraient affecter le trouble. En étudiant les jumeaux, les scientifiques espéraient éliminer la génétique comme facteur et isoler les expositions aux métaux de l’environnement.

Cette étude comprend un petit groupe d’enfants mais les chercheurs ont été encouragés par les résultats, qui apporte un éclairage sur les origines de l’autisme et pourrait permettre d’établir des lignes directrices supplémentaires pour la profession médicale afin de conseiller les parents inquiets au sujet de l’exposition aux métaux.

« Nous avons identifié la période de temps à laquelle nous sommes les plus susceptibles », a déclaré Arora. « Nous espérons aider et être en mesure de fournir des recommandations cliniques pendant que nous continuons les recherches. »

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Laisser un commentaire