La face sombre d’octobre rose

Source de cet article
http://www.greenmedinfo.com/blog/dark-side-breast-cancer-unawareness-month

L’histoire des origines surprenantes du mois de la sensibilisation au cancer du sein relève du dossier public :

« NBCAM a été fondée en 1985 en tant que partenariat entre l’American Cancer Society et la division pharmaceutique d’Imperial Chemical Industries (qui fait maintenant partie d’AstraZeneca, fabricant de plusieurs médicaments contre le cancer du sein). L’objectif du NBCAM était dès le départ de promouvoir la mammographie comme l’arme la plus efficace dans la lutte contre le cancer du sein.  » ~ Wikipedia

AstraZeneca, fabricant des médicaments anti-cancer du sein Arimidex et Tamoxifen, a été formé par la fusion d’Astra AB et de Zeneca Group (filiale pharmaceutique d’Imperial Chemical Industries) en 1999. Imperial Chemical Industries, société multinationale chargée de produire des dérivés pétrochimiques comme le chlorure de vinyle et pesticides, a fondé le mois national de sensibilisation au cancer du sein en 1985, en partenariat avec l’American Cancer Society, afin de promouvoir l’adoption généralisée de la mammographie aux rayons X, dont nous avons documenté les horreurs ailleurs.

Malheureusement, le mois de la sensibilisation au cancer du sein est une période de sensibilisation accrue non pas aux causes évitables du cancer du sein, mais au besoin insatiable de l’industrie du cancer du sein de collecter des fonds pour la recherche d’un remède pharmaceutique et de promouvoir ses principaux moyens de prévention : la détection précoce par mammographie aux rayons X.

À première vue, un « remède » pharmaceutique est aussi improbable qu’oxymoronique. Les médicaments ne guérissent pas plus les maladies que les balles ne guérissent les guerres. Sous l’étalage des outils de diagnostic de la médecine moderne, des procédures héroïques de « sauvetage » et une panoplie de drogues exotiques d’origine et de pouvoir étranges, c’est toujours la capacité du corps à se soigner – sous le faste et les circonstances – succès apparents de la médecine. Trop souvent, malgré ce que la médecine fait pour « traiter » ou « sauver » le corps, c’est le corps qui, contre les interventions médicales et chirurgicales invasives, traite et se sauve silencieusement.

Si ce n’était pas les capacités d’auto-guérison véritablement miraculeuses du corps, et le processus incessant d’autocorrection qui se produit à chaque instant dans chaque cellule, nos corps périraient en quelques minutes. Le mystère ne réside pas dans la façon dont notre corps succombe au cancer ; le mystère réside plutôt dans la façon dont, après des années et même des décennies d’exposition aux produits chimiques et de privation d’éléments nutritifs, notre corps prévient si longtemps contre le cancer.

Les causes principales du cancer du sein : les déficiences nutritionnelles, l’exposition à la toxicité environnementale, l’inflammation, la dominance en œstrogènes et la dégradation de l’intégrité génétique et de la surveillance immunitaire, sont totalement ignorées par la pharmacothérapie et ses « balles magiques ».

Des milliards de dollars sont mobilisés et consacrés à la recherche sur les médicaments, alors que de fortes consommations de curcuma, de chou humble et de soupe de miso peuvent être beaucoup plus prometteurs dans la prévention et le traitement du cancer du sein que tous les médicaments toximoléculaires sur le marché.

En ce qui concerne l’industrie du cancer du sein qui met l’accent sur la «prévention» et la «détection précoce» par mammographie aux rayons X, l’idéologie intrinsèquement pathologique de la médecine allopathique n’est nulle part plus évidente. Non seulement les rayonnements très ionisants utilisés pour discerner les lésions pathologiques dans les tissus mammaires, constituent l’un des facteurs de risque de développement du cancer du sein, mais l’identification du mot «prévention» par «détection précoce» est une façon malhonnête de dire tout ce que nous pouvons faire pour prévenir le cancer du sein est de détecter sa présence inévitable plus tôt que possible sans cette technologie.

Si les femmes succombent à l’idée de prévention en ne faisant qu’attendre la détection de la maladie, beaucoup trouveront plus tard une logique dérangée de la même manière lorsque la prophétie auto-réalisatrice de la prévention par la pratique, rien n’est accompli et que le «traitement» est maintenant requis. Le traitement, lorsqu’il n’est pas strictement chirurgical, implique l’utilisation de produits chimiques très puissants et de fortes doses de rayonnements ionisants qui « empoisonnent » les cellules cancéreuses.

Le problème évident avec cette approche est que l’application de l’une ou l’autre forme d’énergie de la mort n’est pas suffisamment sélective et qu’à long terme, beaucoup de femmes meurent des effets secondaires de la «thérapie» oxymoléculaire plutôt que du cancer lui-même. Pourquoi la question évidente n’a jamais été posée : si l’exposition génotoxique et délétère des produits chimiques sur le système immunitaire est en cause dans le cancer du sein , alors pourquoi nhibant les effets des produits chimiques et des rayonnements, alors pourquoi envahir le corps avec plus de produits chimiques et plus de rayonnements toxiques est considéré comme un traitement sain?

La réponse à cette question a beaucoup plus à voir avec l’ignorance qu’un désir intentionnel de faire du mal. Mais les résultats sont les mêmes: douleur, souffrance et mort inutiles.

Face à une situation où les notions médiévales de prévention et de traitement du cancer du sein sont la norme, il n’est pas étonnant que plus de 40% des femmes interrogées pensent qu’elles contracteront un cancer du sein au cours de leur vie, soit trois fois plus que le risque réel. Après tout, certaines d’entre elles ont-elles eu l’impression qu’elles pouvaient faire quelque chose pour prévenir leur maladie en dehors de l’attente vigilante?

Obstruant les véritables mesures préventives à la disposition des femmes pour lutter contre le cancer du sein, et tous les cancers d’ailleurs, ont fait confiance à des sources telles que la Fondation Susan G. Komen qui publie des déclarations irresponsables comme celle-ci :

« On ne sait pas exactement quelle est la relation entre la consommation de fruits et légumes et le risque de cancer du sein … peu, si aucun lien n’a été trouvé entre les deux dans une analyse groupée combinant les données de huit grandes études. »

Le site Web du National Breast Cancer Foundation est un autre exemple atroce de ce complot contre l’identification des causes évidentes et des remèdes pour des maladies comme le cancer du sein. Allez en haut de leur page d’accueil et tapez « cancérogène » dans leur champ de recherche. C’est ce qui apparaîtra sur la page de résultats :

« Votre recherche – cancérogène – ne correspond à aucun document. Aucune page contenant « cancérogène » n’a été trouvée. »
Ce qui est vrai sur les sites américains l’est tout autant sur nos sites français ou francophones (Belgique par exemple) Voyez ici, sur le site de l’Arc https://www.fondation-arc.org/liste?fulltext=canc%C3%A9rigene

Si vous pouvez supprimer la réalité de la cancérogénicité en effaçant de l’esprit des personnes potentiellement atteintes du cancer le mot cancérogène, et masquer ainsi le lien entre les expositions environnementales et alimentaires d’une multitude de toxines, le « remède » évident de ces organisations massives des milliards de dollars de dons chaque année, à savoir l’élimination des substances cancérigènes et la détoxification du système, ne seront jamais découverts.

Des exemples comme ceux-ci font de plus en plus apparaître que la médecine orthodoxe, et la vision du monde qu’elle représente, se rapproche de la fin des temps théoriques que l’on décrit le mieux avec Pharmageddon. À l’horizon de cette perspective, les vitamines sont considérées comme toxiques, les fruits et les légumes ne sont qu’une source de contenu calorique (pauvre à ce point) et les médicaments cancérigènes sont considérés comme les seuls moyens légitimes et légaux de combattre le cancer.

Sommes-nous vraiment au point de basculement ou y a-t-il encore de l’espoir ?

Heureusement, il existe aujourd’hui des milliers d’études scientifiques sur la valeur thérapeutique des aliments, des herbes et des épices pour la santé du sein, dont beaucoup peuvent être trouvées dans la base de données biomédicale du gouvernement, appelée MEDLINE. Des décennies de recherches ont confirmé la véracité de la phrase hippocratique: «Que la nourriture soit ton médicament», et jusqu’à ce qu’une ordonnance soit nécessaire pour obtenir et consommer des aliments biologiques, on peut encore puiser dans une vaste corne d’abondance de substances naturelles dont l’innocuité et l’efficacité fait honte à la pharmacopée conventionnelle.

Tout ce mois d’octobre je publierai des articles sur les causes et la prévention que nous pouvons réellement mettre en place. Car si certaines causes sont difficilement évitables, étant informés et conscients, plusieurs autres sont tout à fait accessibles. Les causes et la prévention étant similaires d’une maladie à l’autre, si vous ne craigniez pas le cancer, vous pouvez toujours vous inscrire aux lettres informatives.

Maladies environnementales

30 questions pour évaluer votre risque

En soumettant ce formulaire, j’accepte que mes informations soient utilisées uniquement dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale éthique et personnalisée qui peut en découler.

Laisser un commentaire