Autisme, Alzheimer et aluminium

Plutôt que de rechercher une cause particulière à l’autisme ou la maladie d’Alzheimer ou d’autres pathologies neurologiques, nous voyons aujourd’hui que les causes sont multifactorielles, génétiques, épigénétiques et environnementales.

Mon cas personnel m’a rapidement fait voir la pluralité des origines: une génétique familiale déjà problématique, une forte intoxication in-utéro, des antibiotiques à de nombreuses reprises et dès la naissance, modelant une épigénétique fragile, tout ceci me prédisposant aux problèmes liés aux vaccins, et pour finir, la cerise sur le gâteau, les abandons.

Diagnostiquée fibromyalgique, bipolaire, syndrome Asperger, les deux existant effectivement souvent ensemble j’ai reçu un diagnostic de myofasciite à macrophages en 2011. On retrouve d’ailleurs dans les troubles envahissant du développement une comorbidité importante de troubles physiques. J’ai fait pratiquer un test génétique, un métagénome (adn de la flore intestinale) qui corroborent les causes multiples.

Malgré tout cela, et même si ce n’est pas toujours simple, certaines particularités ne pouvant être changées, aujourd’hui je vis plutôt heureuse et loin des douleurs physiques ou psychiques. Une histoire de vie, somme toute pleine d’espoir, que vous pourriez avoir envie de lire si vous avez besoin d’être encouragé dans votre démarche personnelle.

Une étude de juillet 2017 montre l’importance que tient l’aluminium en général et en particulier celui des vaccins dans les deux pathologies sus-citées. Cet aluminium vient perturber tout le métabolisme générant aussi une inflammation chronique et je vous invite suite à cet article à lire celui que j’avais écrit sur le sujet en 2015.

Le rôle putatif de l’aluminium environnemental dans le développement de la neuropathologie chronique chez les adultes et les enfants. Quelles sont les preuves et les mécanismes impliqués?

La conceptualisation des troubles du spectre autistique et de la maladie d’Alzheimer a subi un changement de paradigme ces dernières années, et plutôt que d’être perçus comme des maladies uniques avec une pathogénie et physiopathologie unitaire, ils sont de plus en plus considérés comme des syndromes hétérogènes avec une étiopathogenèse multifactorielle complexe, impliquant une combinaison très complexe et diversifiée de facteurs génétiques, épigénétiques et environnementaux.

L’un des facteurs environnementaux impliqués comme cause potentielle dans les deux syndromes est l’aluminium, à titre d’élément ou sous forme d’un sel, reçu, par exemple, sous forme orale ou sous forme d’adjuvant. Une telle administration a le potentiel d’induire une pathologie via plusieurs voies pouvant provoquer un dysfonctionnement et/ou une activation des cellules gliales qui jouent un rôle indispensable dans la régulation de l’homéostasie du système nerveux central et du développement neurologique.

D’autres voies comprennent la génération de stress oxydatif, l’épuisement du glutathion, les réductions directes et indirectes de la performance et de l’intégrité mitochondriale et l’augmentation de la production de cytokines pro-inflammatoires dans le cerveau et périphériquement. Les mécanismes par lesquels l’aluminium de l’environnement pourrait contribuer au développement du modèle très spécifique de la neuropathologie observée dans la maladie d’Alzheimer sont décrites. Plusieurs mécanismes par lesquels des quantités importantes d’aluminium introduites par la vaccination pourrait produire une neuropathologie chronique chez les enfants génétiquement sensibles sont analysés. Par conséquent, il est recommandé d’interrompre l’utilisation de sels d’aluminium dans les vaccins et que les adultes prennent des mesures pour minimiser leur exposition aux deux formes d’aluminium de l’environnement.

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Laisser un commentaire