Tous les articles par Gwenola Le Dref

Excitotoxines Dr Russell Blaylock

Dr. Russell Blaylock, un neurochirurgien réputé et grand spécialiste des excitotoxines, auteur du livre, « Excitotoxins » (hélas, non traduit en français), définit ces dernières comme un groupe d’acides aminés excitateurs qui peuvent entraîner la mort des neurones.

J’ai déjà écrit un article sur l’une d’entre elles, le glutamate, mais il faut aussi tenir compte de la cystéine et de l’aspartate.

Ces molécules rendent l’aliment savoureux et sont des exhausteurs de goût qui n’ont aucun autre but que de vous pousser à consommer plus. Dans notre corps, ces éléments sont utiles et nécessaires au bon fonctionnement cérébral mais en infimes quantités.

Les récepteurs à glutamate sont aujourd’hui reconnus comme acteur très important dans les addictions et plus seulement la dopamine comme on le pensait jusqu’à récemment.

Vous penserez peut-être dans un soulagement : « heureusement que je mange bio » mais sachez que ces excitotoxines sont partout, dans chaque produit transformé. Si par chance vous connaissez le glutamate monosodique aussi nommé glutamate de sodium (GSM ou MSG) il se cache sous de nombreux autres termes y compris celui, tout à fait trompeur, d’arômes naturels. (voir liste en annexes)
Je peux vous assurer qu’une immense quantité de produits transformés (y compris bio) vous semblerait bien fade sans le glutamate.

Les neurotransmetteurs ont de nombreuses fonctions dans tout le corps. Certains sont excitateurs et accélèrent la conduction électrique entre les cellules alors que d’autres sont inhibiteurs et réduisent l’activité. Comme pour toutes les fonctions corporelles, c’est l’équilibre qui permet une fonction neurologique appropriée. Les neurotransmetteurs stimulants les plus courants sont les acides aminés glutamate (acide glutamique), aspartate (acide aspartique), et cystéine (acide cystéique) tandis que le GABA (acide gamma-aminobutyrique) a le rôle principal de l’effet calmant.

Le glutamate joue de nombreux rôles et il est essentiel pour le goût, la vue, l’ouïe, la résolution de problèmes, l’apprentissage, la mémoire… Seulement, trop de ces neurotransmetteurs excitateurs enflamment vos neurones qui finiront par s’auto-détruire. C’est là, qu’intervient le GABA, pour contre-balancer et calmer votre cerveau.

Le glutamate monosodique est fabriqué par fermentation et les aliments fermentés contiennent beaucoup de glutamate libre. Très souvent recommandé et de plus en plus pour les bienfaits sur le tube digestif, ces produits fournissent de grandes quantités de glutamate sous sa forme libre. Si vous faites partie des personnes qui y sont sensibles, souffrez de troubles du spectre autistique et je dirais, plus généralement si vous êtes l’un des 15 ou 20 % d’hypersensibles, vous aurez sans doute plus d’inconvénients que d’avantages car la forme libre sera 10 fois plus absorbable dans l’intestin. Dans le cadre d’inflammation chronique, la barrière hémato-encéphalique ne fait plus son travail de filtre correctement et laisse entrer plus facilement les excitotoxines.

Le glutamate lié aux protéines n’entrera pas aisément dans la circulation sanguine et ne traversera pas de la même manière la barrière hémato-encéphalique.
Ceci étant, chez certaines personnes, pour différentes raisons, dont génétiques, la sauce tomate, le parmesan, la sauce soja auront malgré tout un effet sur les fonctions cérébrales, le comportement, etc.

Des taux élevés de glutamate sont retrouvés dans bon nombre de maladies neurologiques. Plusieurs études de la dernière décennie ont révélé des taux anormalement élevé de glutamate et une activation chronique du système immunitaire chez les autistes.

Cette activation a plusieurs causes, les risques les plus courants comprennent les infections virales, bactériennes ou fongiques, les vaccins à virus vivants, les métaux lourds tels que mercure, plomb, cadmium ou aluminium. Par exemple, le mercure augmente considérablement les niveaux de glutamate dans le corps tout en supprimant au moins deux transporteurs cruciaux qui bloquent l’excitotoxicité. L’aluminium et le mercure réduisent drastiquement le glutathion, un puissant antioxydant critique dans l’élimination des toxines et des radicaux libres.

Mais les excitotoxines sont également de puissants activateurs immunitaires.

Le glutamate épuise également le glutathion, un antioxydant puissant du corps, une forte consommation entraîne donc des problèmes en cascade.
Nous savons aujourd’hui, que les mutations génétiques peuvent engendrer des perturbations légères à graves dans les voies standard de filtrage et de traitement menant à une atteinte plus rapide du seuil toxique.

Inévitablement, quand on est constamment jeté dans une tempête de toxines environnementales et de maladies infectieuses, ce qui autrefois était un assortiment mineur de lacunes génétiques qui entraînait de petits problèmes de santé, devient maintenant catastrophique.

En analysant mes données génétiques, j’ai compris que chez les autistes on retrouve régulièrement des problèmes de mutations dans tout le système de détoxication, mais aussi sur le métabolisme des neurotransmetteurs comme par exemple le gène GAD, l’enzyme glutamate décarboxylase, responsable de la synthèse de GABA.

L’observation de problèmes imputés au glutamate n’est pas récente et déjà en 1957, deux ophtamologistes, Lucas et Newhouse, découvraient, lors d’une expérience sur des souris, qu’ils attendaient bénéfique, que le glutamate avait détruit toutes les cellules nerveuses dans la couche interne de la rétine, servant à la réception visuelle. Avec cette constatation, cela peut sembler moins
mystérieux que tant de jeunes enfants et des séniors, qui sont les groupes les plus vulnérables de notre population, souffrent d’une variété de troubles visuels.

Après avoir examiné ces résultats inattendus, Dr. John Olney, un neuroscientifique travaillant pour le Département de Psychiatrie, à l’université de Washington, a décidé de répéter cette étude près d’une décennie plus tard. À sa grande surprise, le Dr Olney a découvert qu’une dose unique de glutamate monosodique détruisait non seulement la rétine, mais aussi des cellules spécialisées dans le cerveau qui font partie de l’hypothalamus. Cette région minuscule a un vaste réseau de récepteurs du glutamate et contrôle le système nerveux autonome, ainsi que la glande endocrine maîtresse, l’hypophyse, importante dans la régulation de la température, l’appétit, la soif, la fonction motrice, l’immunité, la glycémie, les hormones sexuelles, le fonction surrénalienne et thyroïdienne, la croissance, le développement, la fertilité, le cycle veille/sommeil.

Malgré son importance, l’hypothalamus n’est pas protégé par la barrière hémato-encéphalique.

En considérant les conditions de santé qui affligent la jeunesse d’aujourd’hui, il n’est pas surprenant que les troubles du déficit de l’attention, l’hyperactivité, l’autisme, l’anxiété, l’obésité, et le diabète augmentent d’une manière alarmante.
Le Dr Olney a effectué de nombreuses enquêtes subséquentes en utilisant différentes espèces et chaque fois le résultat était similaire ; bien que tous ont subi des lésions cérébrales et rétiniennes, les plus jeunes étaient les plus fragiles.

Considérant le déluge des excitotoxines que chacun reçoit dans les pays industrialisés, ce n’est sans aucun doute pas une coïncidence que la plupart des processus biologiques soient sensiblement modifiés, dans une pléthore de maladies médicales.

Il y a plusieurs causes aux maladies, notamment plusieurs différents catalyseurs alimentaires et s’occuper seulement de l’une des causes aidera, mais sans s’occuper aussi des autres le résultat sera souvent décevant. La prise en charge ne peut qu’être globale.

Il faudrait des centres de réadaptation au bien-être, pour prendre soin de soi, en pleine nature.

Le Dr Russell Blaylock explique que la toxicité du glutamate et plus généralement des excitotoxines est aggravée par le manque d’énergie dans le cerveau, donc l’hypoglycémie. Dans le cadre de la myofasciite à macrophages et plus généralement dans celui du syndrome de fatigue chronique, toutes causes confondues, nous faisons face à une hypoglycémie cérébrale, aggravant donc les dangers des excitotoxines. L’augmentation des cas de diabète laisse supposer une neurodégénérescence de plus en plus présente. Et même sans diabète, la surconsommation de produits sucrés ou même d’aliments à haut index glycémique en même temps que la consommation de plus en plus importante d’excitotoxines nous prévoit de plus en plus de maladies chroniques très invalidantes et clairement la mort de nos cerveaux.

Il n’est pas question de tout supprimer complètement, mais de faire de son mieux pour limiter l’ingestion de ces excitotoxines. S’il existe des suppléments pour contrer la toxicité de ces excitotoxines, le plus efficace et le plus sûr reste d’en consommer le moins possible. Il est aussi très important d’éviter l’hypoglycémie.

Le Dr Blaylock donne différents conseils, comme évidemment limiter les sucres simples. Ne pas se diriger vers des régimes riches en protéines et faibles en glucides, notamment parce que les protéines contiennent beaucoup de glutamate et d’aspartate. Dans l’ensemble, il pense que nous n’avons pas besoin d’autant de protéines que conseillé par les instances de santé. Il dit aussi qu’il est important de maintenir une diète pauvre en gras, surtout les gras saturés puisqu’ils peuvent entraîner de l’insulino-résistance mais parle de l’importance des omégas 3.

La complémentation en magnésium ou la consommation d’aliments riches en ce dernier élément, comme le brocoli ou les épinards sont protectrices. Les bains au sel d’Epsom (sulfate de magnésium) sont une bonne façon de se supplémenter sans venir nourrir les pathogènes du microbiote intestinal (commencer avec des petites quantités). De plus, son utilisation permet de faire d’une pierre, deux coups, car les problèmes de sulfatation sont fréquent dans nos pathologies.

Contrairement à la forme libre du glutamate, la glutamine, précurseur de ce dernier, peut passer la barrière hémato-encéphalique très facilement et pas seulement au niveau de l’hypothalamus. Elle aussi souvent conseillée pour la réparation des intestins, pourra tout à fait être contre-productive si vous fait partie des 15 à 20 % d’hypersensibles et surtout si vous souffrez de troubles psychiques même légers.

Le gluten contient 25 % de glutamine et son éviction permet une grande diminution du taux global de glutamate. Si vous n’obtenez pas les résultats souhaités, au-delà de toutes les autres causes, c’est peut-être parce que vous avez remplacé par du maïs, du soja, des fruits à coques grillés. Méfiez-vous des produits sans gluten, souvent très riches en exhausteurs de goût qui sont des excitotoxines.

Souvenez-vous que tout ce qui est délicieux et que vous auriez envie de continuer de manger est sans aucun doute rempli d’excitotoxines, qui déclenchent la voie de la dépendance. Toute nourriture addictive contient une ou plusieurs excitotoxines.

Une fois que ces aliments sont enlevés, les papilles gustatives et les récepteurs s’ajustent pour que les aliments naturels deviennent plus savoureux. Il faut juste un peu de patience.

Les réactions au glutamate sont liées à la dose, c’est-à-dire que certaines personnes réagissent même à de très petites quantités. Les réactions induites par le glutamate peuvent survenir immédiatement après l’ingestion ou après 48 heures. Le laps de temps entre l’ingestion et la réaction est généralement le même chaque fois pour un individu particulier qui ingère une quantité de glutamate qui dépasse son niveau de tolérance individuel.

Ingrédients contenant toujours du glutamate libre :

Acide glutamique
Glutamate
Glutamate monosodique
Glutamate monopotassique
Glutamate de calcium
Glutamate de monoammonium
Glutamate de magnésium
Glutamate de Natrium
Saveurs naturelles
Extrait de levure
Tout ce qui est « hydrolysé »
Caséinate de calcium
Caséinate de sodium
Levure
Gélatine
Protéine texturée
Protéine de soja
Concentré de protéines de soja
Isolat de protéine de soja
Protéine de lactosérum
Concentré de protéines de lactosérum
Isolat de protéine de lactosérum
Sauce soja

Exemples de protéines hydrolysées :
Pois, soja, blé, lactosérum, maïs, et
protéines végétales.

Celles-ci sont les plus nocives car elle contiennent les 3
excitotoxines: glutamate, aspartate et cystéine ainsi que
des produits chimiques connus pour être cancérigènes

Selon le fabricant, le vaccin Varivax et le ROR contient du glutamate L-monosodique et de la gélatine hydrolysée, tous deux contenant de l’acide glutamique libre (GSM) qui provoque des lésions cérébrales chez les jeunes animaux de laboratoire et provoque des perturbations endocriniennes comme l’obésité et les troubles de la reproduction plus tard dans la vie. Il semblerait que la plupart, sinon la totalité, des vaccins à virus vivant contiennent des ingrédients qui contiennent du GSM.

Ingrédients contenant souvent du glutamate :

Carraghénane
La gomme de guar
Gomme de caroube
Les bouillons
Maltodextrine
Acide citrique, Citrate
Malt d’orge
Pectine
Protease
Tout « enzyme modifiée »
Tout ce qui contient des « enzymes »
Extrait de malt
Sauce soja
Tous les aliments fermentés

Tous les ingrédients énumérés
« assaisonnement », « épices », « arôme naturel »
ou enrichi en protéines

Les exhausteurs de goût.
Tous les produits dits de régime, faible en gras ou en calorie

Sources probables de glutamate :

Fécule de maïs
Sirop de maïs
Amidon alimentaire modifié
Graisse de beurre lipolysée
Dextrose
Sirop de riz
Sirop de riz brun
Lait en poudre

Aspartame
L’acide aspartique
Aspartate
L’aspartame est souvent trouvé dans les médicaments


Certains aliments sont naturellement riches en glutamate libre qui feront réagir les plus sensibles :

Tomates
Pois
Champignons
Olives
Parmesan et produits laitiers
Sauce soja
Pâte de haricots noirs
Lait maternel (et oui il faut que le bébé ait envie de boire le lait de sa mère)

Les aliments riches en cystéine ou/et en aspartate sont ceux riches en protéines en général

Afin de compléter cet article, je vous conseille la lecture de celui-ci : Glutamate/Glutamine: ces tueurs de neurones

Maladies digestives et autres pathologies et FODMAP

Les maladies de l’appareil digestif sont fréquentes.

Après 65 ans, 29 % de la population se déclare atteinte et 16 % en dessous de cet âge. 10 % des hospitalisations en services de soins aigus soit près de 1,8 millions de séjour par an, sont dues aux maladies digestives (hors hépatites virales et cancers digestifs).
http://www.santepaysdelaloire.com/chiffres-et-donnees-de-sante/la-sante-observee/maladies-de-lappareil-digestif
http://www.scoresante.org/score2008/sindicateurs.html

Les maladies inflammatoires chroniques intestinales (MICI) qui comprennent la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique sont en progression constante, notamment chez les jeunes. Fin 2012, le nombre total de personnes en ALD (affection longue durée) pour ces affections est estimé à près de 142 600, dont 55 % pour maladie de Crohn.
http://www.observatoire-crohn-rch.fr/wp-content/uploads/2017/07/Maladies_inflammatoires_chroniques_intestinales_2015.pdf

Le syndrome du côlon irritable ne cesse lui aussi de toucher de plus en plus de personnes et atteint environ 10 à 15 % des populations occidentales.
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25255126

La prévalence du reflux gastro-oesophagien est elle aussi en augmentation régulière ; 20 à 40 % des adultes souffrent d’un pyrosis, parfois quotidiennement comme pour 2 à 5 % de la population.

Parmi les malades de MICI, près de 90 % ont une autre pathologie : 10 % une maladie cardiovasculaire, 7 % un diabète, 5 % une maladie psychiatrique, 7 % un cancer, 7 % une maladie respiratoire, 16 % sont traitées pour risque vasculaire, 15 % ont un traitement psychotrope…

À toutes ces maladies typiquement digestives, combien pouvons-nous rajouter aux statistiques ?

Car si la plupart des malades des intestins sont pris en charge pour d’autres pathologies, à l’inverse de nombreux malades souffrant de diverses pathologies ont des problèmes digestifs mais consultent plus pour le problème qui leur semble le plus important et qui est pour eux le plus invalidant, car ils ne font pas le lien entre tous leurs problèmes de santé. La médecine nous ayant effectivement appris à diviser notre corps en morceaux.

La neuroscience des intestins montre de plus en plus l’importance du microbiote intestinal dans bon nombre de pathologies, des maladies neurodégénératives aux troubles psychiatriques, de la fibromyalgie à l’autisme… https://www.inserm.fr/information-en-sante/dossiers-information/microbiote-intestinal-flore-intestinale

Les maladies digestives ont des origines multifactorielles, à la fois génétiques et environnementales.

Dans ces pathologies, une révision de l’hygiène alimentaire est primordiale, après l’éviction du gluten, des produits laitiers, des produits industriels, du sucre, l’élimination des FODMAP est aussi très souvent pratiquée.
Mais l’éviction de ces derniers sur le long terme est-elle souhaitable ?

Car il est connu que les fibres protègent de différentes pathologies comme par exemple l’obésité et le diabète de type 2 et toutes les pathologies liées au syndrome métabolique.

Intolérances alimentaires : Les réactions de la défense cellulaire montrent le lien entre l’alimentation, la réaction immunitaire et l’inflammation

Si vous dites que vous êtes allergique aux cacahuètes, tout le monde sait à peu près de quoi vous parlez, mais si vous dites : « Je suis intolérant à la carotte » on vous répondra sans doute « ah oui, tu veux dire que tu es allergique » ou même « ah bon, on peut être allergique à la carotte ? »

Idée fausse :

Le terme scientifique d’allergie, qui vient du grec ancien signifiant «réaction étrangère», a été introduit en 1906 par le pédiatre viennois Clemens von Pirquet quand il a décrit un type particulier de réponse immunitaire appelée hypersensibilité [1]. Même si le terme est assez large, l’allergie signifie aujourd’hui généralement l’allergie de type 1 ; bien connue (réaction aiguë), par exemple celle aux arachides. Il en résulte des symptômes tels que des difficultés à respirer, l’urticaire et, dans le pire des cas, peut provoquer un choc anaphylactique.

L’envers de la médaille, l’intolérance alimentaire est quelque chose de totalement différent. En raison de la réaction possiblement retardée par le système immunitaire, elle est plus difficile à identifier. En outre, l’intolérance alimentaire suit une voie immunologique différente, où les cellules du système immunitaire inné réagissent aux aliments. La conséquence peut être une cascade inflammatoire, qui peut conduire à plusieurs symptômes tels que le syndrome du côlon irritable (IBS), l’obésité, les migraines ou la fatigue chronique et bien d’autres.
John Freeman, co-fondateur de l’immunothérapie spécifique, a fait preuve d’une grande clairvoyance lorsqu’il a écrit en 1920 que “ les idiopathies toxiques [l’intolérance alimentaire] ouvriront une nouvelle discipline de la médecine, mais je suis confiant qu’elles éclairent sous un angle nouveau un très grand champ de la vieille médecine.  » (La Société royale de médecine, 1920).

Un autre article est disponible sur les différences entre les tests: L’épidémie d’allergies et d’intolérances : comprendre pour agir

Bol alimentaire quotidien

Les produits alimentaires transformés contenant divers colorants et conservateurs artificiels sont consommés par nombre quotidiennement. En janvier 2015, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté un rapport indiquant que chaque année, 16 millions de personnes meurent prématurément de maladies chroniques non infectieuses. Selon l’OMS, cela inclut les maladies cardiovasculaires et le diabète sucré, tous deux liés à l’alimentation. Il est bien connu que l’alimentation a un effet sur le système immunitaire. Dans l’obésité, les cellules graisseuses sécrètent des médiateurs pro-inflammatoires tels que le facteur de nécrose tumorale (TNFα), de sorte que le patient est dans un état d’inflammation chronique [2]. Un phénomène similaire peut être observé avec la malnutrition ou la sous-alimentation, où la concentration de cellules immunitaires phagocytaires telles que les macrophages et les neutrophiles diminue. Zhang et al. a montré un lien entre les concentrations de myéloperoxydase (enzyme inflammatoire dans les neutrophiles) dans le sang et les leucocytes avec une augmentation de l’incidence des maladies coronariennes [3]. Ces dernières années, les chercheurs ont également pu associer le dysfonctionnement du système immunitaire inné au développement de maladies chroniques et, dans certains cas, de maladies liées à l’alimentation (tableau 1).

Tab.1: Maladies chroniques associées à la dérégulation/dysfonctionnement du système immunitaire inné

Maladies gastrointestinales:

Diarrhée/constipation, IBS [4, 5]

Maladies de peau:

Eczema, psoriasis [6]

Maladies neurologiques:

Neuropathies, Alzheimer, autisme, manie [7-10]

Maladie respiratoire:

Asthma [11]

Métabolisme:

Obésité, Diabète, arteriosclerose, syndrome metabolique [12-14]

Maladies musculosquelettiques:

Maladies rhumatoïdes [15]

Système immunitaire et autres maladies:

Autoimmunité, cancer,maladies cardiovasculaires [16-18]

Maladies parodontales:

Gingivite, parodontite [19, 20]

Comment fonctionne le système immunitaire ?

Le système immunitaire protège le corps contre les éléments nocifs et comprend le système immunitaire inné et le système immunitaire adaptatif. Le premier fonctionne de manière non spécifique et a des fonctions importantes en tant que première ligne de défense cellulaire, avec des macrophages et des neutrophiles et la phagocytose (avalement) d’envahisseurs étrangers nocifs entraînant une cascade inflammatoire. Les neutrophiles, le plus grand sous-groupe de leucocytes, sont des acteurs importants en tant que premières cellules effectrices dans n’importe quelle infection ou blessure. Ceci entraîne ensuite le gonflement des cellules qui peuvent éventuellement éclater (salve respiratoire) et des espèces réactives de l’oxygène (ROS), des cytokines (par exemple Interleukine IL-1) et des enzymes lytiques (par exemple des lysozymes qui vont détruire) sont libérées [21]. Le système immunitaire distingue non seulement entre «soi» et «étranger», mais aussi entre «dangereux» et «non dangereux» [22]. Cela signifie que les substances endogènes (fabriquées par le corps) tels que les acides nucléiques (ADN ou ARN) peuvent déclencher des réactions inflammatoires. En revanche, le système immunitaire adaptatif fonctionne plus spécifiquement pour produire des anticorps contre un antigène précis qui neutralise un élément nocif (c‘est cette partie qui est utilisée dans la vaccination). La clé ici est la formation d’une mémoire immunologique, de sorte que le système immunitaire peut répondre immédiatement si exposé à nouveau dans le futur. Le système inné ou non spécifique n’a pas de mémoire.
Notre bien-être dépend en grande partie d’un système immunitaire qui fonctionne bien. Une variété de facteurs peuvent exercer une influence, positive ou négative. Une importance particulière doit être accordée aux aliments qui peuvent moduler le système immunitaire.

Comment les aliments influencent le système immunitaire ?

Les voies immunologiques de l’allergie alimentaire classique de type 1 sont un mécanisme bien caractérisé dans lequel il y a une réaction excessive du système immunitaire adaptatif spécifique. Les allergènes alimentaires (antigènes) sont reconnus par les cellules présentatrices d’antigène (telles que les macrophages) présentées à des lymphocytes T spécifiques, qui à leur tour initient la transformation des cellules B et la formation d’anticorps IgE. Une mémoire immunologique est formée. Une allergie alimentaire peut provoquer une réaction aiguë avec des symptômes potentiellement mortels.
D’autre part, il existe l‘intolérance alimentaire (tableau 2). On distingue d’une part, l’intolérance enzymatique telle que l’intolérance au lactose relevant d‘une insuffisance de l’enzyme lactase, d’autre part, une sensibilité génétique telle que la maladie cœliaque et enfin les incompatibilités immunitaires provoquées par un dysfonctionnement du système immunitaire inné, qui sont médiés par des mécanismes non-allergiques / non-IgE-médiés et sont médiés par les leucocytes polynucléaires tels que les neutrophiles et les éosinophiles.

Tab. 2 : Aperçu et comparaison de l’allergie alimentaire de type 1 et de l’intolérance alimentaire.


Allergies de type 1

Réaction excessive du système immunitaire avec la formation d’anticorps IgE spécifique


Intolérance alimentaire

1. Enzymatique
Carence enzymatique, par exemple la lactase, sans implication du système immunitaire
ou l’intolérance à l’histamine

2. Génétique
Maladie autoimmune chronique, maladie coeliaque
→ prédisposition génétique
→ dysfonctionnement du système immunitaire spécifique sans voies allergiques

3. Immunité à médiation
Réactions alimentaires comme si c’était des pathogènes
→ Mauvaise interprétation du système immunitaire inné
→ activation de processus inflammatoires

Analyse des « aliments inflammatoires » potentiels

Une allergie alimentaire de type 1 classique nécessite l’analyse d’anticorps IgE spécifiques par divers tests, comme un test non radioactif (par exemple un immunodosage enzymatique fluorescent, FEIA) ou un test cutané. La détection d’autres anticorps tels que les anticorps IgG ne semble pas être associée à une intolérance alimentaire, mais seulement indiquer une exposition à un aliment spécifique. [22]
Puisque l’intolérance alimentaire est une réaction non-IgE du système immunitaire inné, elle nécessite une méthode de test différente de l’allergie alimentaire. Dans l’intolérance alimentaire, un régime d’élimination puis réintroduction est considéré comme le meilleur test. Cependant, c’est un voyage très long et souvent difficile pour le patient. Le test cellulaire Alcat offre une méthode plus rapide et bien documentée pour analyser les cellules effectrices susmentionnées du système immunitaire inné.
Des études détaillées sur l’allergie et l’intolérance ont été menées dans la première moitié du 20ème siècle par les allergologues JH Rinkel, TG Randolph et M Zeller [23]. En 1934, Rinkel décrit pour la première fois le «régime de rotation diversifiée». Dans ce contexte, certains médecins ont poursuivi la recherche sur le système immunitaire inné et développé différents tests d’intolérances alimentaires, en commençant par l’indice «leucocytopénique» de Cooke et Vaugn en 1930, jusqu’au développement de l’actuel test d’Alcat.

Alcat Test pour les intolérances alimentaires

Le test Alcat, un test d’activation leucocytaire, permet l’analyse des réponses cellulaires des leucocytes (principalement des neutrophiles) à 490 aliments, produits chimiques et autres substances tels que des médicaments pharmaceutiques, des plantes médicinales, des aliments et des moisissures. À cet effet, un échantillon de sang total est utilisé, de sorte que la communication et la transduction du signal entre les cellules soient conservées. Les réponses cellulaires sont ensuite examinées sous leur forme native dans un processus automatisé utilisant l’impédance. La mesure précise détecte les changements dans le nombre de cellules et le volume après la période d’incubation avec les extraits et est comparée au groupe témoin avec des cellules sanguines non stimulées. Le test Alcat consiste donc à déterminer les processus cellulaires suivants : gonflement des cellules sanguines, diminution du nombre de cellules ou rétrécissement des cellules. Un algorithme mathématique des réponses cellulaires permet de placer les aliments étudiés dans quatre catégories de couleurs (Fig.1). Les aliments ou autres substances mentionnés ci-dessus qui ne causent pas de changements cellulaires sont non réactifs et sont classés dans les résultats des tests comme aliments verts. Ces aliments peuvent être consommés sans danger et dans une rotation tant que la personne ne souffre pas d’une allergie alimentaire de type I ou de problèmes enzymatiques. Les substances jaunes, dites borderline (légères), indiquent un changement cellulaire naissant. En raison du résultat limite, le mieux est de les éliminer quelques temps mais une rotation de quatre jours de ces aliments peut parfois être acceptable. À chacun d‘être observateur de son propre fonctionnement, le mieux étant de tenir un journal. Les extraits réactifs (positifs) montrent des changements cellulaires définis, soit un gonflement et / ou des changements dans le nombre de cellules. Les substances oranges sont donc retirées de l’alimentation pendant une période d’élimination de trois mois. La dernière catégorie montre la réaction la plus positive aux substances et entraîne l’éclatement des cellules et une diminution du nombre de cellules. En raison de la réaction très forte, ces aliments dans la colonne rouge doivent être éliminés pendant une période de six mois. Le but du test Alcat est de soulager le système immunitaire en éliminant les substances inflammatoires de l’alimentation pendant une période définie. ( et quand vous soulagez votre système immunitaire, il peut mieux combattre les infections).
En raison de l’absence de mémoire du système immunitaire inné par rapport au système immunitaire acquis, il est possible de réinitialiser le système immunitaire non spécifique après la période d’élimination. Ensuite, les substances réactives peuvent être réintroduites lentement et une à une dans l’alimentation. Une rotation de quatre jours est recommandée afin de ne pas générer de nouvelles intolérances. Si certaines substances ne sont toujours pas tolérées, une abstention complète est recommandée, sans doute pour toujours.

FlyerAlcat_francais, Alcat tests prix

Avantages de la détection des intolérances alimentaires

L’identification et l’élimination subséquente des déclencheurs potentiels dans le régime alimentaire d’une personne peuvent être utiles pour de nombreux patients souffrant de symptômes vagues tels que fatigue, douleurs articulaires, maux de tête, troubles du sommeil, ballonnements, intestin irritable, diarrhée, éruptions cutanées, ainsi que des troubles métaboliques. comme l’obésité et le diabète sucré (Tab 3).

Table. 3: Maladies associées aux intolérances alimentaires à immunité médiée

Gastrointestinales:

Diarrhée/constipation, MICI, Nausée, Reflux [4, 25-28]

Peau:

Eczéma, Psoriasis, Éruption, Urticaire [6, 29-31]

Neurologiques:

Migraine, Maux de tête, Dépression, Autisme [28, 32]

Métabolisme:

Obésité, Diabète, Surpoids, Sous poids, Syndrome métabolique [13, 33-35]

Système immunitaire et comorbidités:

Autoimmunité, Arthrite, Asthme, Infections Fréquentes [25, 28, 38]

Près de 40 études et articles scientifiques sur le test Alcat présentent une amélioration dans une variété de symptômes de 50 à 98% ainsi qu’une corrélation de 83,4% pour les aliments et 96% pour les produits chimiques entre le test Alcat et en double aveugle , avec tests alimentaires oraux contrôlés par placebo [37, 38]. En outre, des scientifiques de l’école de médecine de Yale ont montré que des biomarqueurs spécifiques sont associés à une intolérance alimentaire [39]. Les résultats montrent une association claire entre les réponses au test Alcat et la régulation positive des molécules CD11 des lymphocytes T. D’autres études sont en cours afin de comprendre les mécanismes complexes de l’intolérance alimentaire.

Gwénola Le Dref

Références
1. Jackson M. Allergy: The History of a Modern Malady. Reaktion Books ltd., London: UK, 2007, p.9.
2. Mraz M, Haluzik M. The role of adipose tissue immune cells in obesity and low-grade
Inflammation. Journal of Endocrinology (2014) 222, R113–R127.
3. Hou W, Zhang Q, Yan Z, et al. Association between myeloperoxidase levels and risk of coronary artery disease. JAMA, 2001. 286(17): p. 2136-42.
4. Fell PJ, Soulsby S, Brostoff J. Cellular responses to food in irritable Bowel Syndrome- an investigation of the Alcat test. Journal of Nutritional Medicine. 1991, 2, 143-149.
5. Sapone A, Lammers KM, Casolaro V, Cammarota M, Giuliano MT, De Rosa M, Stefanile R, Mazzarella G, Tolone C, Russo MI. Divergence of gut permeability and mucosal immune gene expression in two gluten-associated conditions: celiac disease and gluten sensitivity. BMC Med 2011, 9:23.
6. Berardi L, De Amici M, Vignini A, Torre C, Mosca M. Food intolerance in patients with cutaneous diseases: diagnostic value of the Alcat test. Clinical Study 2011 Department of Dermatology, Pavia, Italy
7. Vitte J, Michel BF, Bongrand P, Gastaut JL. Oxidative stress level in circulating neutrophils is linked to neurodegenerative diseases. J Clin Immunol. 2004;24(6):683-92.
8. Jyonouchi H. Food allergy and autism spectrum disorders: is there a link? Curr Allergy Asthma Rep. 2009;9(3):194-201.
9. Rashtak S, Rashtak S, Snyder MR, et al. Serology of celiac disease in gluten-sensitive ataxia or neuropathy: role of deamidated gliadin antibody. J Neuroimmunol. 2011;230(1-2):130-4
10. Dickerson F, Stallings C, Origoni A, Vaughan C, Khushalani S, Yolken R. Markers of gluten sensitivity in acute mania: a longitudinal study. Psychiatry Res. 2012;196(1):68-71.
11. Holgate ST. Innate and adaptive immune responses in asthma. Nat Med. 2012. 18(5):673-83.
12. Bastard JP, Maachi M, Lagathu C, et al. Recent advances in the relationship between obesity, inflammation, and insulin resistance. Eur Cytokine Netw. 2006;17(1):4-12.
13. Akmal M, Khan S, Khan A. The Effect of the ALCAT Test Diet Therapy for Food Sensitivity in Patient’s With Obesity. Middle East Journal of Family Medicine. 2009;7(3).
14. Oodegard JL. Connecting Type 1 and Type 2 Diabetes through innate immunity. Cold Spring Harb Perspect Med. 2012;2(3).
15. Miesel R, Hartung R, Kroeger H. Priming of NADPH oxidase by tumor necrosis factor alpha in
patients with inflammatory and autoimmune rheumatic diseases. Inflammation.1996;20(4):427-38.
16. Tlaskalová-Hogenová H, Tucková L, Stepánková R, et al. Involvement of innate immunity in the development of inflammatory and autoimmune diseases. Ann N Y Acad Sci. 2005;1051:787-98.
17. Li L, Zhang Y, Chen YG, et al. Changes of neutrophil myeloperoxidase in coronary circulation among patients with acute coronary syndrome. Zhonghua Xin Xue Guan Bing Za Zhi, 2005;33(12):1106-8.
18. Wan-Wan L. A cytokine-mediated link between innate immunity, inflammation and cancer. J Clin Invest. 2007;117(5):1175-1183.
19. Bostanci N, Emingil G, Saygan B, Turkoglu O, Atilla G, Curtis MA, Belibasakis GN. Expression and regulation of the NALP3 inflammasome complex in periodontal diseases. Clin Exp Immunol. 2009 Sep;157(3):415-22.
20. Nascimento GG, Leite FR, Correa MB, Horta BL, Peres MA, Demarco FF, Relationship between periodontal disease and obesity: the role of life-course events. Braz Dent J. 2014 Apr;25(2):87-9.
21. Pruchniak MP, Arazna M, Demkow U. Life of neutrophil: from stem cell to neutrophil extracellular trap. Respir Physiol Neurobiol. 2013;187(1):68-73.
22. Pradeu T, Cooper EL. The danger theory: 20 years later. Front Immunol. 2012;3: 287.
23. Rinkel H, Randolph T, Zeller M, Charles C. Thomas Publisher, 1951: „Food Allergy”, Springfield, Illinois, USA.
24. Stapel SO, Asero R, Ballmer-Weber BK, Knol EF, Strobel S, Vieths S, Kleine-Tebbe J; EAACI Task Force. Testing for IgG4 against foods is not recommended as a diagnostic tool: EAACI Task Force Report. Allergy, 2008. 63(7): p. 793-6.
25. Solomon BA. The ALCAT Test- A Guide and Barometer in the Therapy of Environmental and
Food Sensitivities. Environmental Medicine, 1992. 9(1 & 2).
26. Berardi L, DeAmici M, Vignini A, Torre C, Mosca M. ALCAT test identifies food intolerance in patients with gastrointestinal symptoms in The XXVIII European Academy of Allergy and Clinical Immunology Congress Warsaw2009, European Journal of Allergy and Clinical Immunology: Warsaw.
27. Sandberg D, Pasula MJ. A Comparison of the Alcat Test for Food Reactions amongst 2 Population Sub-Groups, in 45th Annual Congress of the American College of Allergy and Immunology1988, Annals of Allergy: Los Angeles.
28. Mylek, D. ALCAT Test results in the treatment of respiratory and gastrointestinal symptoms, arthritis, skin and central nervous system. Rocz Akad Med Bialymst, 1995. 40(3): p. 625-9.
29. Hoj L. Food Intolerance In Patients With Angioedema And Chronic Urticaria. An Investigation By RAST And Alcat Test, in XVI European Congress of Allergology and Clinical Immunology1995, European Journal of Allergy and Clinical Immunology: Madrid.
30. De Amici M, Berardi L, Castello M, et al. Evaluation of ALCAT Test results in the non IgE-mediated pathology of the skin, in 30th Congress of the European Academy of Allergy and Clinical Immunology2011, Allergy: Istanbul.
31. Buczyłko K, Obarzanowski T, Rosiak K, Staśkiewicz G, Fiszer A, Chmielewski S, Kowalczyk J. Prevalence of food allergy and intolerance in children based on MAST CLA and ALCAT tests. Rocz Akad Med Bialymst, 1995. 40(3): p. 452-6.
32. Kotsanis C. Autism – a multidisciplinary approach to treatment, in Annual Meeting of the American Academy of Otolaryngic Allergy1994: Grapevine.
33. Kaats G, Pullin D, Parker L. The Short Term Efficacy of the ALCAT Test of Food Sensitivities to Facilitate Changes in Body Composition and Self-Reported Disease Symptoms: A Randomized Controlled Study. Am J of Bariatric Med, 1996: p.18-23.
34. Angelini F, Marzatico F, Stesina G,Stefanini L, Bonuccelli A, Buonocore D, Rucci S, Tencone F. Rational management of food intolerance in elite soccer club. Journal of the International Society of Sports Nutrition 2011. 8 (Supplement 1).
35. Sandberg D, Pasula MJ. A Comparison of the Alcat Test for Food Reactions amongst 2 Population Sub-Groups, in 45th Annual Congress of the American College of Allergy and Immunology1988, Annals of Allergy: Los Angeles.
36. Sandberg D, Pasula M, Fell P, Inhibitory Effect of Sodium Cromoglycate on Granulocyte Response to Food Antigens In Vitro, in 47th annual meeting of the American College of Allergy & Immunology1990: San Francisco.
37. Fell P, Brostoff J, Pasula MJ. High Correlation of the Alcat Test Results with Double Blind Challenge (DBC) in Food Sensitivity, in 45th Annual Congress of the American College of Allergy and Immunology1988, Annals of Allergy: Los Angeles.
38. Hoj L. Diagnostic Value of ALCAT Test in Intolerance to Food Additives Compared With Double-Blind Placebo-Controlled (DBPC) Oral Challenges, in 52nd annual meeting of the American Academy of Allergy, Asthma & Immunology1996, Journal of Allergy and Clinical Immunology: New Orleans.
39. Ayaz G, Wajahat M, Ather A. Food reactivity on the ALCAT leukocyte activation test is associated with upregulation of CD11b on T cells. J Altern Complement Med. 2014;20(5):A35-A36.

NOURRIR L’AMOUR

Si l’être humain comprenait que son congénère n’est pas son ennemi, même si ses idées ou son comportement, ô combien, l’effraient, il s’unirait à lui dans la bienveillance.
Il s’unirait à lui car ces sentiments d’amour et d’empathie engendrent une transformation physiologique, celle précisément, que notre adversaire commun déteste.

Ainsi, je vois possible la fin des guerres mais aussi de l’auto-destruction. Car que vous soyez en guerre contre votre semblable, rival supposé, ou que vous vous atteliez si rigoureusement à vous autodétruire, vous desservez la même cause : la sienne, pas la vôtre, pas la nôtre.

Il existe de plus en plus de preuves d’un rôle de la flore intestinale (microbiote)sur la réaction au stress, les comportements anxieux, la sociabilité et la cognition.(R)

La flore intestinale influence le développement du cerveau et son fonctionnement.

De ce côté, la science n’a plus de doute, mais à quel point les micro-organismes habitant nos corps peuvent-ils influencer nos pensées, nos comportements et notre société ?

Certaines recherches ont montré que des souris dépourvues de microbiote deviennent des super-souris et certains chercheurs n’hésitent pas à dire que théoriquement le super-humain pourrait exister ; pourrions-nous alors redevenir ces Hommes-Dieux dont parlent les textes anciens ?

Dans quelles mesures les micro-organismes peuvent influencer des choses aussi subtiles que l’amour?

SYSTÈME NERVEUX

Le système nerveux autonome (SNA) est constitué de trois éléments: le système nerveux sympathique (noradrénergique) et le parasympathique (cholinergique) ; et le système entérique, qui se trouve dans la paroi du tractus gastro-intestinal.

Le système entérique contient autant de neurones que la moelle épinière ; on pense qu’il est composé de 200 à 600 millions de neurones.

Si le ventre est aujourd’hui considéré comme le deuxième cerveau (je dirais même le premier), le cœur pourrait être qualifié de troisième cerveau ; sans qu’il nous soit finalement possible de définir un ordre de valeur et de primauté pour l’un ou l’autre de ces cerveaux.

Le cœur est un petit cerveau à part entière. Oui, le cœur humain, en plus de ses autres fonctions, possède en réalité un cerveau-cœur composé d’environ 40 000 neurones qui peuvent sentir, ressentir, apprendre et se souvenir.
Le cerveau du cœur envoie des messages au cerveau de la tête sur la façon dont le corps se sent.

LES CATECHOLAMINES: HORMONES DU STRESS

Toute forme de stress, physique ou psychologique, active le système nerveux sympathique qui libère l’adrénaline, la noradrénaline et la dopamine, nommées les catécholamines. Elles sont présentes dans les voies digestives, respiratoires et génito-urinaires, qui sont les premiers sites de colonisation microbienne et d’infection dans le corps.
Les catécholamines induisent des changements à court terme dans les communautés microbiennes des muqueuses ou modifient le cours d’une infection bactérienne.

Les catecholamines modulent plusieurs paramètres qui occupent des rôles clés dans la régulation de processus physiologiques et le développement de maladies neurologiques, endocriniennes, psychiatriques ou encore cardio-vasculaires.

L’adrénaline et la noradrénaline sont centrales dans la réponse combat-fuite, dont je parlais dans une vidéo sur la peur du changement.Le stress permanent dans lequel nous vivons (pollution étant stress physique) notre système nerveux est constamment en action entraînant des effets diverses et variés.

La réponse au stress accélère ou diminue des mécanismes physiologiques variés tels que le comportement sexuel ou le système digestif, considérés comme non essentiels dans l’urgence.
Le corps se focalise sur la situation stressante, ce qui cause typiquement quelques effets négatifs comme la constipation, l’anorexie, l’impuissance sexuelle, les difficultés à uriner et à maintenir une sexualité.

Des réponses prolongées au stress peuvent conduire à une suppression chronique des réponses immunitaires, laissant le corps sensible aux infections. (R) (R) (R)

STRESS ET MICRO-ORGANISMES

Le stress agit directement sur le système digestif ; ce n’est pas un scoop.

Aujourd’hui, les recherches permettent de mieux comprendre comment le stress induit des changements au niveau des interactions complexes intervenant entre les cellules intestinales, les cellules immunitaires et les cellules nerveuses, modifiant la colonisation microbienne de la surface des muqueuses et la sensibilité de l’hôte aux infections.(R)

L’exposition aux hormones du stress : la dopamine, la noradrénaline et à l’adrénaline rend les bactéries pathogènes encore plus virulentes. Les catécholamines peuvent même améliorer la récupération de certaines bactéries gravement endommagées par un traitement antibiotique.(R)

La colère, la haine, mais encore la fierté, le dédain ou encore l’idolâtrie, la culpabilité participent à ce tempérament morbide qui entretient nos démons, nos parasites. Nous ne devons pas négliger le poids et la force de la matière, car c’est là que tout commence. C’est l’arme la plus redoutable de nos détracteurs. Cette arme est insidieuse.

Le plus terrible, c’est que ces autres qui sont en nous, ont pris nos sens, nos pensées, nos vies, nous connaissent mieux que nous-mêmes. Les pathogènes nous poussent à nous comporter de manière à satisfaire leurs besoins vitaux. L’intention pouvant n’être qu’un mécanisme de survie, sans aucune conscience mais nous l’avons vu dans l’article “Libre arbitre et parasites” les parasites sont très sophistiqués.

MICROBES SE NOURRISSENT ET PRODUISENT DES NEUROTRANSMETTEURS

Les neuromédiateurs produits par les neurones, sont activés par les besoins de l’organisme et sont responsables des émotions ressenties : joie, peine, colère, peur ou stress…

Le GABA est un neurotransmetteur qui calme l’activité du cerveau (sauf chez le nourrisson)

Avoir des niveaux anormalement bas de GABA est lié à la dépression et aux troubles de l’humeur.

Les espèces Lactobacillus et Bifidobacterium produisent du GABA alors que d’autres bactéries ont besoin de GABA pour croître et se reproduire.(R)

Les espèces Candida, Streptococcus, Escherichia, et Enterococcus produisent de la sérotonine, impliquée entre autre dans la régulation de l’horloge interne, dans la mobilité digestive et dans divers désordres psychiatriques tels que stress, anxiété, phobies, dépression.(R)

Les espèces Bacillus peuvent produire de la dopamine dans l’intestin hôte. Il a été démontré que l’ingestion de L.rhamnosus pouvait réguler le comportement émotionnel via le nerf vague.

Donc, suivant les espèces que nous nourrissons, notre microbiote produira plus de sérotonine ou dopamine, ou ce dernier nous volera notre GABA ou d’autres éléments essentiels à notre bien-être

NOURRIR L’AMOUR

Notre bien-être et celui que l’on rayonnera autour de nous, dépend de l’équilibre entre nos différents cerveaux.

Choisir une alimentation hypotoxique, anti-inflammatoire, diminue les agressions du système nerveux entérique et cela agit donc sur tout le corps et le mental.

Nous devons nourrir les micro-organismes qui produisent les neurotransmetteurs du bien-être, de la joie et de la bonne humeur. Ne plus laisser les parasites entretenir la peur dans nos sociétés en poussant notre système nerveux à produire les hormones du stress qui accroissent la virulence des pathogènes.(R)

Nourrir le cœur d’émotions positives et sincères, de compassion, d’empathie, de don de soi.

Pratiquer la cohérence cardiaque (je vous invite à faire une recherche) car cela présente toutes sortes d’avantages, parmi lesquels un rythme cardiaque plus harmonieux, une plus grande clarté mentale et une capacité intuitive développée, y compris une meilleure prise de décision.

Si l’esprit a besoin d’un corps sain pour s’exprimer, l’amour ne saurait s’en priver pour se manifester pleinement !

Le plus grand combat que nous ayons à mener ne peut se faire que dans l’empathie, envers soi-même avant tout, car sans cela, on ne peut aimer vraiment.

Nous sommes, sans doute, bien plus que ce que nous croyons, que ce que ces autres qui sont en nous veulent nous laisser entendre.

Nous avons été envahi, il y a sans doute bien longtemps et nous avons la société que nous nourrissons.

Personnellement, j’ai depuis toujours senti cette double identité et c’est d’ailleurs cette façon de voir qui me permet de m’en sortir aussi bien aujourd’hui, de vivre sans douleur.

Ce qui m’a fait croire toute ma vie que je devais être folle, me donne aujourd’hui accès à une autre vision de notre existence, de ce que pourrait être le monde, sans le parasitage de notre être.

Être libre, maître de soi, délivré de toutes addictions même la plus « bénigne »; il est difficile de rendre compte de cette liberté avec des mots. Je ne peux et ne veux oublier mon expérience de quelques semaines, faîte en 2012. J’ai vécu alors une liberté autant qu’un amour universel, sans condition. Mais mes démons, ces agents pathogènes qui me pourrissent la santé, savent que je sais, et si je leur donne suffisamment de force, ils ne manqueront pas de m’emporter avant que je n’ai atteint l’harmonie solide.

Accepter le don, le don de soi, mais aussi l’offrande de la vie. Concéder et faire grandir le bon, le beau, le bien ; c’est aussi nourrir les bons micro-organismes qui permettent de ne se sentir qu’Un en Soi, avec chacun et avec le Tout.

Comme disait Nietzsche « Tu ne mangeras pas seulement avec la bouche mais aussi avec la tête,
afin que le désir de ta bouche ne te ruine pas
 »

Nous pourrions nous appliquer à la transmutation de notre chair afin de déterrer la conscience universelle dissimulée sous des couches successives de non-soi (vous ne trouvez pas ça fun?)

Je me souhaite d’être utopique et de croire au Saint Graal encore longtemps et de ne fléchir le genou, ni trop souvent, ni trop longtemps, m’accrochant aux mots de Lamartine : “Les utopies ne sont souvent que des vérités prématurées”

Heureux celui qui ne se sait pas prisonnier.

Sortir du système et vivre selon d’autres valeurs, c’est bien, car c’est le leur, mais s’échapper de sa propre taule des sens dénaturés et des plaisirs fictifs, serait encore plus épanouissant et c’est un sacré programme.

Chaque cerveau interagit avec les deux autres (pour ne parler que de ceux-là). Les meilleurs soins de l’un et de l’autre donnent les meilleurs résultats de fonctionnement harmonieux.

En se rapprochant mieux de l’harmonie, le super-humain pourrait-il exister? Pourrions-nous alors redevenir ces Hommes-Dieux dont parlent les textes anciens ?

J’ai cette conviction, tout en ayant conscience que si cela doit arriver un jour, il faudra quelques générations avant que l’humain récupère ses pleines capacités.

Gwénola Le Dref

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Stress oxydatif, radicaux libres et antioxydants dans la maladie et dans la santé

Notre corps a besoin d’oxygène mais son utilisation donne naissance à des éléments nocifs nommés les radicaux libres. Ces radicaux libres sont des atomes qui se baladent dans notre corps avec un électron solitaire et cherchent pour être stable à « se marier », alors ils captent un électron sur d’autres molécules qui deviennent elles-mêmes instables. Un phénomène de cascade a ainsi lieu.

Ces radicaux libres sont comme la rouille sur le métal.

D’ailleurs, je me souviens de cette fois en 2011, face à une grosse carence en fer, suite au vaccin fait quelques mois auparavant, où prenant du lithothamne prescrit par un médecin phytothérapeute, je m’étais mise en deux jours à sentir véritablement la rouille. Le professeur Exley, grand spécialiste de l’aluminium déconseille d’ailleurs la complémentation en fer chez les intoxiqués à l’aluminium, ceci aggravant l’oxydation dit-il.

Les antioxydants sont des éléments sensés contre-carrer l’oxydation entraînée par ces espèces réactives à l’oxygène ou radicaux libres. Sensés donc offrir un électron à ces éléments.

En fait, ces radicaux libres et les oxydants peuvent être nocifs ou utiles pour le corps. Ils sont produits soit à partir de métabolismes cellulaires internes, soit à partir de sources externes (pollution, facteurs environnementaux, alimentation (intolérances alimentaires), fumée de cigarette, radiation, médicaments). Si la production des radicaux libres dépassent leur destruction alors leur accumulation dans le corps génère un phénomène appelé stress oxydatif. Ce processus joue un rôle majeur dans le développement des maladies chroniques et dégénératives telles que le cancer, les maladies auto-immunes, le vieillissement, la cataracte, la polyarthrite rhumatoïde, les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives.

Contre le stress oxydatif, le corps produit naturellement des antioxydants, ou ils sont fournis par l’alimentation voire par l’apport de suppléments.

À petites doses, ces radicaux libres participent au processus de maturation des cellules et peuvent agir comme des armes pour le système de défense de l’hôte. En effet, certains globules blancs, les phagocytes (neutrophiles, macrophages, monocytes) libèrent des radicaux libres pour détruire les microbes pathogènes.

Mais, quand les radicaux libres sont produits en excès alors le phénomène du stress oxydatif commence. Ce stress oxydant altèrent réellement les cellules, les protéines, les lipides et même l’ADN.

Cancer :
Par exemple, le tabagisme est une source de dommages oxydatifs de l’ADN qui peuvent contribuer au développement du cancer du poumon et d’autres tumeurs.
La corrélation hautement significative entre la consommation de graisses et les taux de mortalité dus à la leucémie et aux cancers du sein, de l’ovaire et du rectum chez les personnes âgées peut refléter une plus grande oxydation des lipides (peroxydation lipidique).

Maladies cardiovasculaires :
Des études ont fourni des preuves précieuses soutenant le rôle du stress oxydatif dans un certain nombre de maladies cardiovasculaires telles que l’athérosclérose, l’ischémie, l’hypertension, la cardiomyopathie, l’hypertrophie cardiaque et l’insuffisance cardiaque congestive.

Problèmes neurologiques :

Le stress oxydatif a été étudié dans des maladies neurologiques incluant la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, la sclérose latérale amyotrophique (SLA), la perte de mémoire, la dépression.

Maladies pulmonaires :

Il existe maintenant des preuves substantielles que les maladies pulmonaires inflammatoires telles que l’asthme et la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) sont caractérisées par une inflammation chronique et un stress oxydatif.

La polyarthrite rhumatoïde :

C’est une maladie auto-immune caractérisée par une inflammation chronique des articulations et du tissu environnant avec une infiltration de certaines cellules activées du système immunitaire. Le stress oxydatif dans diverses maladies rhumatismales est prouvé par des niveaux élevés de lipides oxydés (isoprostanes et prostaglandines).

Néphropathie :

Le stress oxydatif joue un rôle dans une variété de maladies rénales telles que la glomérulonéphrite et la néphrite tubulo-interstitielle, l’insuffisance rénale chronique, la protéinurie, l’urémie.
La néphrotoxicité de certains médicaments tels que la cyclosporine, le tacrolimus (FK506), la gentamycine, la bléomycine, la vinblastine, est principalement due au stress oxydatif par peroxydation lipidique.
Les métaux lourds (cadmium, mercure, aluminium, plomb…) et les métaux dits de transition (Fer, Cuivre, Cobalt, Chrome) sont de puissants inducteurs de radicaux libres.

Maladie oculaire :

Le stress oxydatif est impliqué dans la dégénérescence maculaire liée à l’âge et les cataractes en modifiant divers types de cellules dans l’œil.

Diabète : Les résultats expérimentaux ont montré un lien entre le vanadium et le stress oxydatif dans l’étiologie du diabète.

Le stress oxydatif et l’inflammation sont donc mis en cause dans de multiples pathologies pour ne pas dire presque toutes. Pour réduire l’impact et la survenue de ces maladies le premier pas est donc de réduire la production des radicaux libres.

Le meilleur chemin, plutôt que de prendre des compléments afin de pallier le problème, sera de s’éloigner le plus possible des producteurs de stress oxydant : pollution, facteurs environnementaux, alimentation (intolérances alimentaires), fumée de cigarette, radiations, médicaments non nécessaires…

C’est ce qui m’a permis de remonter la pente mortelle sur laquelle j’étais. Comme chaque année pour les fêtes et toujours dans le souhait de passer le message d’espoir de mon expérience personnelle, vous pouvez acheter mon livre à moins 25%.
Cette promotion sera disponible jusqu’au 31 décembre.
PROMO DE NOËL POUR QUE LA ROUE TOURNE AU NOM DU PÈRE

Vous trouverez de nombreux articles pouvant vous aider dans une révision de votre alimentation sur la page d’accueil www.pourquelarouetourne.com
Et quelques vidéos sur la chaîne youtube Pour que la roue tourne

Gwénola Le Dref

Quelques références:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3614697/ Free Radicals, Antioxidants in Disease and Health
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15892631 Metals, toxicity and oxidative stress
https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0248866300800569 Isoprostanes: nouveaux marqueurs du stress oxydant

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.