Les problèmes d’intestins sont-ils la cause de la fibromyalgie?

De plus en plus de personnes se voient attribuer le diagnostic de fibromyalgie et la prévalence est estimée à environ 2 % de la population générale. Le syndrome de fatigue chronique très similaire à la fibromyalgie touche de 1 à 2 % de la population occidentale. Cela représente pour ces deux pathologies plus de deux millions de personnes.
La fibromyalgie s’exprime par des douleurs musculaires, de la fatigue chronique et différents troubles fonctionnels comme les troubles du sommeil, la raideur matinale, les maux de tête, les engourdissements ou les picotements dans les mains et les pieds, les irrégularités menstruelles et le syndrome prémenstruel, les troubles digestifs, les troubles cognitifs dont le brouillard mental. Des symptômes que l’on retrouve aussi chez les malades ayant un diagnostic de myofasciite à macrophages.
Toutes ces maladies sont reconnues très invalidantes.

Quelle est l’approche classique de la fibromyalgie?

Il n’y a pas de test de laboratoire pour diagnostiquer la fibromyalgie. Au lieu de cela, les patients sont diagnostiqués en fonction de leurs symptômes, de l’histoire, et après l’exclusion d’autres maladies qui peuvent présenter des symptômes similaires, comme la polyarthrite rhumatoïde, le trouble dépressif majeur, la sclérose en plaques et d’autres maladies auto-immunes.

Il n’y a pas de consensus dans la communauté médicale sur les causes de la fibromyalgie. Cependant, la théorie actuelle est que cela peut impliquer une variété de facteurs, y compris : la génétique, les infections, un traumatisme physique ou émotionnel. Le syndrome de stress post-traumatique a été lié à la fibromyalgie.

Parce que la cause de la fibromyalgie est inconnue, le traitement conventionnel est axé sur la gestion des symptômes. Les médicaments couramment prescrits sont des analgésiques, les antidépresseurs et les médicaments anti-épileptiques (qui sont parfois utiles pour réduire certains types de douleur).

Fibromyalgie et intestin malade

Que ce soit la fibromyalgie ou les autres maladies lui ressemblant les médecins remarquent que la majorité des patients souffrent de problèmes digestifs, d’infections intestinales, de dysbiose, de prolifération bactérienne intestinale (SIBO), et d’intestin hyper-perméable.

Il y a plusieurs études reliant la fibromyalgie avec les problèmes d’intestin. Par exemple:

– 73% des patients atteints de fibromyalgie ont rapporté des symptômes gastro-intestinaux, comparativement à 37% des personnes souffrant d’arthrose. (1)
– Le syndrome du côlon irritable (IBS) est présent dans 30-70% des patients atteints de fibromyalgie. (2)
– 33% des patients atteints du syndrome de l’intestin irritable répondent aux critères de diagnostic de la fibromyalgie, comparativement à seulement 4% des sujets témoins. (3)
– Jusqu’à 50% des patients atteints de fibromyalgie ont la dyspepsie fonctionnelle, qui est un terme de fantaisie pour « l’indigestion » sans cause connue. (4)
– Une étude réalisée en 2008 a révélé une relation entre les altérations du microbiote intestinal (à savoir «flore intestinale») et la fibromyalgie. (5)
– Les chercheurs du Centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles ont constaté que 100% (42/42) des patients atteints de fibromyalgie ont étudié avaient une prolifération bactérienne intestinale (SIBO). (6)
– Une étude de 40 patients atteints de fibromyalgie, 28 (70%) avaient la hyper-perméabilité intestinale (à savoir leaky gut). Fait important, 12 des 28 patients avec un leaky gut n’avaient pas de symptômes de l’intestin. Je crois que c’est une des raisons pour laquelle l’intestin est souvent négligé comme cause potentielle sous-jacente de la fibromyalgie. (7)

Les problèmes d’intestin comme cause ou conséquence de la fibromyalgie?

Bien sûr, on peut se demander si les problèmes intestinaux causent la fibromyalgie, ou est-ce l’inverse?

Au moins une étude a directement abordé cette question. Un groupe de patients atteints de fibromyalgie qui étaient positifs pour la prolifération bactérienne intestinale (SIBO) ont été divisés en deux groupes. Un groupe a reçu des antibiotiques pour traiter la prolifération bactérienne, et l’autre groupe a reçu un placebo. Une amélioration significative des symptômes de la fibromyalgie a été observée chez les patients qui ont obtenu l’éradication de la surpopulation bactérienne avec des antibiotiques, alors qu’aucune amélioration n’a été observée chez les patients qui ont pris un placebo ou qui testaient positifs pour surpopulation bactérienne après les antibiotiques. (8) Ceci suggère que les bactéries jouent un rôle causal dans la fibromyalgie au moins chez certains patients.

L’inflammation a plusieurs sources principales, les toxiques, l’alimentation, l’infection et le stress. Tout ceci dans une boucle rétroactive infernale. L’inflammation des intestins engendre une rétention des toxiques et augmente les infections.
Il y a donc plusieurs causes et pour commencer à aller mieux il faut déjà supprimer tout ce qui représente un facteur de risque.

Vous pouvez trouver de nombreux articles sur mon site mais voici un bref résumé des étapes les plus importantes:

– Évitez le plus possible les produits chimiques, les médicaments, sauf ceux qui sont vraiment nécessaires évidemment, qui irritent l’intestin.
– Évitez les produits industriels
– Augmentez doucement votre consommation de fibres, donc de légumes, en préférant les verts
et ceux à index glycémique faible
– Diminuez, voire supprimer totalement (le mieux +++), le gluten et les produits laitiers
– Mangez moins de produits animaux et plus de légumes
– Limitez grandement tout ce qui est sucré car dès que l’insuline monte, l’inflammation
aussi
– Utilisez des huiles bio pressées à froid sur vos légumes en limitant celles riches en
omégas 6, élément pro-inflammatoire (tournesol, maïs, soja, arachide…) Un mélange
colza/olive semble permettre un bon ratio oméga 3/6
– Faites de l’exercice doux, pensez à vous étirer tranquillement et régulièrement,
30 minutes de marche chaque jour est un minimum
– Prenez l’air et aérez vos habitations
– Prenez le soleil mais avec parcimonie et aux bonnes heures sans produits chimiques sur la
peau
– Faites tout votre possible pour dormir plus et mieux au moins 7-8 heures de sommeil
chaque nuit. Changer d’alimentation, après le temps d’adaptation, permet de mieux dormir.
– Gérez votre stress : de nombreuses techniques existent, trouvez la vôtre (les vôtres)
– Évitez autant que possible les situations stressantes, les personnes qui vous tirent vers
le bas
– Trouvez des occupations qui vous plaisent à vous
– Apprenez à dire non

Cultivez votre jardin intérieur pour faire fleurir votre être !

Gwénola Le Dref

Source
Is fibromyalgia caused by SIBO and leaky gut

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Ces aliments « sains » qui percent vos intestins Attention aux lectines et à l’histamine

Des aliments estampillés sains voire super-sains peuvent ne pas l’être pour vous.
Les végétaux ont aussi développé des moyens de défenses afin de se protéger des prédateurs. Il y en a plusieurs et pas seulement les lectines traitées dans cet article. J’ai déjà écrit des articles sur les amines, les salicylates, le glutamate, la tyramine et il me faudrait aussi vous parler des inhibiteurs de protéases, des oxalates, des saponines, des phénols etc.… ceux-ci agissant en synergie.

J’ai bien conscience qu’à lire mes articles on peut se dire que l’on ne peut plus rien manger mais vous allez voir que les aliments incriminés restent très souvent les mêmes. Aussi, cette histoire de lectines apportent des précisions qui me semblent importantes afin de faire des choix mieux éclairés et d’appliquer certaines règles que vous omettez peut-être. D’autant que dans votre quête de santé vous pourriez avoir introduit des éléments qui vous desservent.

Dans certains articles, alors que je m’y suis refusée pendant très longtemps, suite à de nombreuses demandes, j’ai donné des idées de menus. Seulement, ces idées étaient le reflet de ce que je peux me permettre après 18 premiers mois d’une hygiène alimentaire très stricte et en continuant de maintenir la majorité du temps une très grande frugalité. Alors, en partie par ma faute, vous pourriez poursuivre certaines pratiques alimentaires qui vous empêchent d’obtenir un réel mieux être. Je me devais bien-sûr d’y pallier. Je continue de penser qu’il n’existe sans doute pas une alimentation valable pour tous et à chaque instant de notre vie mais certaines règles me semblent quand même plutôt universelles.

Aujourd’hui, je sens bien que mon corps accumule rapidement mais je réussis à garder l’équilibre en maintenant une alimentation et une hygiène de vie en adéquation avec mon métabolisme la majorité du temps. Aussi, je prends soin d’aller marcher ou de faire du vélo chaque jour, d’être en lien avec la nature, de prendre le soleil quand il est là mais aux bonnes heures, de fuir le mieux possible le stress en tout genre et les personnes plombantes, de m’intéresser à tout ce et ceux qui motivent, de prendre du temps pour moi ou pour mon entourage, je fais attention à mon sommeil et repos. Beaucoup de personnes peuvent vous aider à gérer votre stress et l’offre est large, chacun peut trouver ce qui lui convient le mieux. Pour les moins fortunés, l’EFT est une méthode qui a fait ses preuves, vous pouvez trouver des vidéos sur la toile.

L’hypersensibilité est multifactorielle, une part génétique, une autre environnementale. Et dans l’environnement on retrouve de nombreux paramètres dont la teneur de l’aliment en lui-même qui peut insidieusement rendre malade tout un chacun.

QUE SONT LES LECTINES ET L’HISTAMINE ?

Les lectines sont des molécules qui vont activer les globules blancs qui vont alors libérer (entre autre) de l’histamine.

Les lectines sont des protéines ou glycoprotéines appartenant à la famille des prolamines ou des agglutinines plutôt d’origine végétale mais aussi animale ou microbienne. Ces lectines se lient à des fragments de sucre des membranes cellulaires et par conséquent changent la physiologie de la membrane pour provoquer l’agglutination (agglomération), la prolifération cellulaire, ou d’autres changements biochimiques dans la cellule.
Les lectines sont le système de défense des plantes contre les prédateurs.
Les lectines sont omniprésentes dans la nature, il est donc impossible de toutes les supprimer de notre alimentation. Certaines d’entre elles pourraient même dans certaines circonstances être utiles.

L’histamine fait partie des amines biogènes, elle est sécrétée par certaines cellules de l’organisme, majoritairement des globules blancs. Elle est libérée lorsque l’organisme est en contact avec un élément étranger, comme un allergène et donc les lectines. Elle régule aussi la sécrétion d’acide gastrique, contrôle le niveau d’attention et la fonction d’éveil. L’histamine a donc bien son utilité, mais en cas de débordement, le corps nous fera savoir sa souffrance. Il y a plusieurs raisons pour qu’elle atteigne des niveaux corporels dangereux pour notre santé. Principalement, des mutations génétiques vous privant d’un bon fonctionnement enzymatique ou des métaux le bloquant, la pollution en générale, les ondes, un microbiote producteur d’histamine, des parasites occasionnant une activation des globules blancs, une trop forte consommation d’aliments hauts en histamine dépassant vos propres capacités à l’éliminer du corps ou d’aliments remplis de lectines…


LEURS ACTIONS

Les lectines se lient aux glucides et aussi dans notre corps directement sur les récepteurs à l’insuline. Si vous souffrez de diabète, d’hypertension, de surpoids, de cholestérol élevé qui tous ensemble représentent le tableau du syndrome métabolique, le mieux est de limiter les glucides sous toutes leurs formes.

Les lectines se lient aux cellules de l’intestin grêle, où elles peuvent contribuer à la mort cellulaire, au raccourcissement des villosités, à une diminution de la capacité d’absorption et de digestion, l’interférence avec l’hormone de croissance et une détérioration de la flore microbienne.

Elles vont altérer la paroi intestinale et permettre leur passage ainsi que d’autres protéines dans le flux sanguin. Ceci peut entraîner différentes réactions, dont les maladies auto-immunes et dégénératives.

La susceptibilité aux lectines ne peut pas être assurément déterminée par le groupe sanguin comme l’avait pensé D’adamo, les réactions d’intolérances ont lieu dans l’intestin, le cerveau, les différentes glandes ou organes, les globules rouges, le cartilage… La sensibilité d’un type de cellule ne détermine pas nécessairement la réaction d’une autre cellule.

Les lectines, en se liant sur les sites récepteurs d’insuline, augmentent la vitesse de transport du glucose dans les cellules graisseuses et le foie, tout en bloquant leur utilisation. Ceci peut rendre la perte de poids impossible et augmenter les quantités de triglycérides dans le sang.

L’agglutinine du blé empêche aussi la liaison de la vitamine D aux récepteurs.

PEUT-ON LES INACTIVER?

Le trempage, la fermentation, la cuisson peuvent prendre soin d’une bonne partie des lectines mais les lectines qui n’y succombent pas sont peu susceptibles d’être perturbées par les processus digestifs normaux. Contrairement aux protéines alimentaires ordinaires, les lectines ne sont pas facilement dégradées par les enzymes de l’intestin.
Les lectines non inactivées restent biologiquement actives et immunologiquement intactes, une combinaison qui peut représenter une bombe à retardement dans le tractus digestif.

Les lectines peuvent être inactivées par des hydrates de carbone spécifiques qui peuvent s’y lier et empêcher sa liaison avec la membrane de nos cellules. La glucosamine est spécifique pour la lectine de blé et elle peut protéger l’intestin et le cartilage de l’inflammation.

Les suppléments peuvent inactiver certaines de ces lectines toxiques mais il est impossible pour ces substances de complètement protéger le corps. Le chemin le plus sûr est l’éviction mais cela peut dans certaines circonstances vous aider.

Les lectines sont résistantes à la chaleur sèche, attention donc à l’utilisation des farines de légumineuses ou de farine de riz pour faire vos pains sans gluten. Je sais, dans un premier temps vous aurez sans doute besoin de cela mais vous verrez qu’avec le temps les goûts changent.

L’acide gastrique peut désactiver une part des lectines mais pas la plupart et si vous prenez des anti-acides vous leur donnez l’accès libre.

UNE ATTENTION PARTICULIÈRE À LA FERMENTATION ET L’HISTAMINE

La fermentation est utilisée pour inactiver les anti-nutriments comme les lectines et rendre les aliments plus facilement digestibles.

Les lectines, comme je vous le disais plus haut, font réagir certains globules blancs qui vont libérer des médiateurs chimiques comme l’histamine. La fermentation va elle aussi produire beaucoup d’histamine. Si vous souffrez d’inflammation et donc d’un trop plein d’histamine, les produits fermentés ne seront d’aucune aide pour vous. Vous ne ferez que remplir encore un peu plus le vase.

Le Dr Belpomme, spécialiste de l’électro-sensibilité explique que les électro-sensibles ont des taux trop élevéS d’histamine. Ce qu’il n’explique pas c’est que réduire les autres sources que les ondes et donc en tout premier lieu celles provenant de l’alimentation pourrait permettre de soulager les malades.

S’il est possible de souffrir d’un faible taux d’histamine c’est très rarement le cas.


OÙ TROUVE T-ON LES LECTINES ET L’HISTAMINE ?

Rassurez-vous, pas de surprise pour certains aliments déjà bien connus des intolérants et que vous avez déjà pu noter dans d’autres articles ici, ici, ici par exemple.

Certains aliments contiennent de l’histamine, d’autres entraînent sa libération par activation des globules blancs et même parfois cumulent les deux, potentialisant leurs actions. Pour les libérateurs d’histamine on retrouve très logiquement tous les aliments riches en lectines.

Les aliments qui contiennent de l’histamine :

– les aliments bien mûrs, fermentés ou vieillis
– l’alcool
– les aliments marinés ou en conserve
– la choucroute
– les fromages affinés
– les produits fumés à base de viande – salami, jambon, saucisses ….
– les fruits de mer
– les haricots et les légumineuses – pois chiches, fèves de soja, arachides, noix de cajou..
– les fruits à coque
– chocolat et autres produits à base de cacao
– le vinaigre
– les colorants, conservateurs
– les plats préparés

Les aliments qui entraînent la libération d’histamine :

– les céréales y compris le riz et les germes de blé
– les produits laitiers
– le soja
– les solanacées (pomme de terre, tomate, aubergine, poivron, piment)
– les haricots et les légumineuses y compris cacahuète et noix de cajou
– les fruits à coque
– les pseudo-céréales comme le quinoa, le sarrasin, le millet, les graines de chia etc
– les graines (sésame, tournesol, courge…)
– les agrumes et les fruits acides en général (kiwi, ananas, prunes, groseille, cassis, framboise, cerise, abricot, certaines pommes …)
– l’avocat
– la levure
– les légumes acides : tomate, épinards, oseille, rhubarbe, cresson
– le cacao et le chocolat
– les œufs
– les poissons et crustacés
– la papaye
– les additifs – benzoate, sulfites, nitrites, glutamate, des colorants alimentaires

Les légumes et fruits contenant le plus de lectines sont :

– patate douce, courgette, carotte, betterave, champignon, asperge, navet, concombre, citrouille, poivron, radis.

– agrume, baies, rhubarbe, grenade, raisin, cerise, coing, pomme, pastèque, banane, avocat, papaye, prune, groseille, baie de Goji.

De plus en plus de personnes évitent de manger du gluten et c’est une très bonne chose pour la santé. Cependant, le gluten n’est pas le seul composé toxique qui se trouve dans le blé. L’agglutinine (lectine) des germes de blé peut être tout aussi dangereux que le gluten. Et pourtant l’herbe de blé est conseillée comme aliment super sain. Elle contient aussi des benzoxazinoides comme le maïs et le seigle. Le mieux est de faire vos propres tests.

Les agglutinines sont une partie des défenses immunitaires des plantes et comme la nature prend soin de ses enfants, les jeunes pousses tout comme les graines en contiennent parfois de grandes quantités. L’alfafa, elle aussi estampillé aliment santé, contient aussi beaucoup de lectine.

Les plantes génétiquement sélectionnées pour leur résistance contiennent donc de plus grandes quantités de lectines.

De nombreux épices dont la muscade, le cumin, la menthe poivrée, la marjolaine, l’ail, la moutarde, le curry, le massala etc…..

La diamine oxydase est une enzyme qui comme la monoamine oxydase doit normalement se trouver en grande quantité dans l’intestin grêle, la première partie du gros intestin et les reins. Son travail consiste à décomposer l’histamine que nous mangeons. Il peut y avoir dysfonctionnement de l’enzyme pour des raisons génétiques, à cause de la dysbiose intestinale ou parce que le corps est surchargé, parfois si attaqué de partout. Mais aussi, certaines boissons viennent inhiber son fonctionnement. Dans ce cas, le corps accumule de l’histamine toujours et sans cesse vous rendant inexorablement malade.

Les inhibiteurs de diamine Oxidase (DAO) :

– l’alcool
– le café
– le thé noir
– les boissons énergisantes
– le thé vert
– le thé Mate

La monoamine oxydase contribue aussi à métaboliser l’histamine, j’avais écrit tout un dossier sur le sujet.

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE

L’éviction des pires contrevenants

Face à ce qui est pour vous un poison, l’éviction sera la meilleure solution.
Les céréales à gluten et les produits laitiers parce qu’ils contiennent aussi d’autres éléments très délétères pour la santé sont à supprimer totalement.

Pour les plus malades, vous devriez aussi vraiment supprimer tous les aliments contenant les lectines fixant la chitine, étant vraiment similaireS structurellement aux lectines de blé. Ces aliments sont couramment consommés lors des régimes sans gluten ou même par les cœliaques alors on comprend pourquoi les résultats peuvent être décevants. Le gluten ne peut pas prendre toute la faute de nos problèmes.

Je me souviens d’un ami qui me racontait un jour qu’une micro-miette de pain était certainement tombée dans sa salade de tomates et qu’il avait été très mal. Je lui ai demandé pourquoi n’avait-il pas pensé que cela pouvait être la tomate.
Oui, la tomate fait partie de ces aliments fixant la chitine, comme la pomme de terre, l’orge, le seigle et le riz.

Même après traitement approprié par germination, fermentation ou cuisson, faite attention au soja et légumineuses d’autant que d’autres éléments de ces végétaux ne seront eux pas détruits par ces procédés.
Pythagore parlait des légumineuses comme d’un poison et effectivement 5 haricots rouges crus peuvent vous tuer.

La rotation

Le plus gros problème avec les lectines arrivent quand on mange toujours les mêmes aliments.

Choisir de préférence les aliments faibles en histamine ou en lectines est une chose mais pour ceux qui en contiennent des quantités non négligeables comme les pseudo-céréales la rotation est primordiale afin d’éviter l’inflammation récurrente.

Vous pouvez penser à une lectine comme une protéine contenant une clé qui correspond à un certain type de serrure. Les globules blancs se différencient suivant le verrou utilisé alors si vous ouvrez constamment la même serrure, vous faîtes proliférer une sorte de globules blancs et générer de l’inflammation.

La rotation s’effectue sur minimum 5 jours mais si vous avez déjà une inflammation due à un type d’aliment, il faut savoir que l’espérance de vie des globules blancs incriminés ici est de minimum 3 mois. Faites donc attention en supprimant le gluten à ne pas devenir intolérant au sarrasin ou autre pseudo-céréale par exemple. Ceci est vrai pour tous les aliments.

Jaugez votre sensibilité et réintroduisez

Pour ceux d’entre nous qui sont les plus sensibles aux lectines, des mesures drastiques peuvent être nécessaires. Cela signifie peut-être renoncer complètement aux solanacées, aux produits laitiers, aux légumineuses , aux fruits à coques et même aux œufs en plus de toutes les céréales et aliments transformés pendant plusieurs mois.

Quand vous souhaitez réintroduire vous devez vérifier vos symptômes et rechercher des changements dans l’énergie, l’appétit, la fonction intestinale, l’humeur, le sommeil, la peau, la digestion, des éruptions… enfin tout ce qui vous paraît suspect. Ne réintroduisez qu’une famille à la fois afin d’avoir des informations fiables pour vous.

Ne devenez pas crudivore exclusif

Oui, il y a des raisons légitimes pour profiter des végétaux sous leur forme brut mais de manière exclusive pourrait tout à fait vous empêcher d’aller mieux.
Certains nutriments sont améliorés par la chaleur. Certains anti-nutriments (comme les lectines) sont au moins partiellement « désarmées » par elle. Voilà peut-être l’une des raisons pour laquelle Hippocrate disait que le feu nous avait sauvé.

Certains légumes et fruits contiennent des quantités non négligeables de lectines alors pour les plus malades et comme je l’expliquais déjà dans cet article, la consommation de cru et de jus si prônée aujourd’hui en augmente leur ingestion et donc incidence. Pratiquez la rotation aussi avec les légumes et fruits et parfois de longues rotations.

Évitez les OGM, épluchez généreusement puisque la plus fortes quantités d’anti-nutriments de trouvent dans la peau ou juste en dessous, germez longuement jusqu’à obtenir des petites feuilles, cuisez correctement les légumineuses, jetez les feuilles extérieures des légumes, utilisez le blanchiment, mangez des bons gras…

EN CONCLUSION

Récupérer la santé ou la maintenir, c’est d’abord voir du côté de l’intestin. Dans notre vie moderne, l’agression envers notre système digestif est immense et nous arrive constamment de tous les côtés.

Limiter le stress et l’utilisation de médicaments comme les anti-inflammatoires, les antibiotiques, et tous les autres au strict nécessaire. Pensez aux pesticides et autres produits chimiques et aux antibiotiques que vous absorbez quand vous consommez des produits de l’industrie alimentaire.

Un intestin sain sera mieux équipé pour résister aux effets de l’inévitable, mais raisonnable apport de lectines.

Force est de constater que de tous les retours que je reçois de la part des malades, ceux qui obtiennent les meilleurs résultats pratiquent des régimes paléo voire cétogène plus rarement. Le régime cétogène, presque exclusivement basé sur les lipides a fait ses preuves depuis les années 1950 dans les cas d’épilepsie ou d’autres maladies dégénératives ou plus récemment pour soigner les cancers. Personnellement, ce n’est pas ce qui m’a permis de récupérer ou qui me maintient mais une diète cétogène verte. Il est bon ici de noter que le précurseur de l’histamine est l’histidine et que cet acide aminé se retrouve principalement dans les protéines notamment animales.

Je vous invite à faire vos propres expériences, vos tests et de persévérer tout en sachant ne pas être borné si vous sentez ne pas être sur le bon chemin.

Good luck et n’oubliez pas de cultiver votre jardin intérieur pour faire fleurir votre être !


Quelques sources

www.krispin.com/lectin.html#Become The lectin story
www.westonaprice.org/health-topics/plants-bite-back/ The Surprising, All-Natural Anti-Nutrients and Toxins in Plant Foods – See more at: http://www.westonaprice.org/health-topics/plants-bite-back/#sthash.8KfMDn7a.dpuf
www.marksdailyapple.com/lectins/#axzz4AXmHxD8w
www.drgundry.com/articles/Lectins/
www.robbwolf.com/2013/02/28/wheat-germ-agglutinin/
www.articles.mercola.com/sites/articles/archive/2011/07/05/other-nonwheat-grains-can-also-hurt-your-health.aspx
www.histamineintolerance.org.uk/about/the-food-diary/the-food-list/

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.