Protocole de détoxication du Dr Mercola

Voici le protocole révisé pour détoxifier votre corps de l’exposition au mercure du Dr Mercola que j’avais traduit il y a quelques années déjà. Il a mis en place ce protocole en accord avec les travaux du Dr Shade. Travaux accessibles dans la conférence de 3 heures que j’ai pris le temps de transcrire et traduire pour vous. Personnellement, j’ai fait le choix intuitif dès le début de ne prendre aucun complément mais je pratique la partie alimentaire de ce protocole, qui consiste surtout à réduire l’inflammation. Le Dr Boyd qui n’utilise plus depuis plusieurs années les chélateurs usuels (DMPS, DMSA, EDTA) les critiquant même, base toute sa démarche de détoxication des métaux lourds sur un produit « Oxydatif stress relieve » car effectivement et c’est bien ce que l’on lit ici et là dans de nombreux sites en anglais, c’est l’inflammation qui entraîne la rétention des toxiques. On comprend alors pourquoi ma démarche alimentaire hypotoxique peut avoir donné d’aussi bons résultats. Comme vous le verrez à la fin de cet article les bactéries bénéfiques ont la possibilité sans doute de chélater les métaux plutôt que de les retenir, et ma façon de faire est de justement les nourrir en mangeant beaucoup de verdure. Je ne conseille pas non plus les aliments lacto-fermentés contrairement à ce que propose le Dr Mercola comme beaucoup d’autres, ils sont remplis d’histamine et de plus nous sommes déjà sur-envahis dans la partie haute du système digestif. La chlorophylle étant l’élément vraiment parfait à tous niveaux. Je reste vraiment au plus proche des paroles d’Hippocrate « Que ton aliment soit ton médicament ».
Mais à la demande de certains je republie sur mon site ce protocole.

Votre corps est conçu pour désintoxiquer le mercure et les autres métaux lourds. Une altération du métabolisme peut conduire à la toxicité du mercure.
Vos deux principales sources d’exposition au mercure sont le mercure inorganique des amalgames dentaires et le méthylmercure par la consommation de produits de la mer, ces deux types de mercure diffèrent dans leur niveau de toxicité, leurs effets biologiques et leurs voies de détoxication.
Les tests traditionnels pour le mercure qui ne reposent que sur le sang, l’urine ou les cheveux sont truffés de problèmes, mais un nouveau test qui combine les trois méthodes est beaucoup plus précis. Le nouveau test utilise la spéciation du mercure (la séparation des différentes formes de mercure lors de l’analyse, qui vous indique par quels types de mercure vous êtes intoxiqués, à partir de quelles sources, et laquelle de vos voies de détoxication naturelles peuvent ne pas fonctionner correctement.

Le protocole révisé de détoxification du mercure du Dr Mercola est présenté en détail, ce protocole, intégrant les travaux du Dr. Chris Shade, prend en charge votre système glutathion et toutes les enzymes et les protéines de transport qui doivent fonctionner correctement pour que votre corps se purifie efficacement du mercure.

Par le Dr Mercola

Il est probable que vous accumuliez le mercure et les autres métaux lourds à un rythme inquiétant. Cela se produit à un moment où votre corps est déjà bombardé avec des attaques chimiques multiples, ce qui rend difficile le travail de votre système de désintoxication naturelle, l’empêchant de travailler efficacement et sans heurts.
Les deux principales sources d’exposition au mercure sont les amalgames dentaires à base de mercure (plombages) et la consommation de produits de la mer, suivie des vaccins contenant du thimérosal et la pollution au mercure provenant des centrales électriques au charbon.
D’autres importants contrevenants environnementaux sont les fabriques de chlore (qui fabriquent des produits comme le chlore l’eau de Javel et PVC), les incinérateurs à ordures, les fours à ciment et les mines or. Ces industries chargent notre environnement avec des formes inorganiques de mercure qui sont ensuite convertis dans le sol et l’eau à un type de mercure appelé méthylmercure (MeHg) – qui s’accumule alors dans le poisson que vous mangez.

Les amalgames dentaires sont composés de 50 % du mercure élémentaire. Cette forme de mercure s’évapore de la surface de l’amalgame et est inhalé, absorbé dans le sang, et ensuite converti en mercure inorganique, la forme la plus toxique pour les cellules de mercure. Le mercure inorganique s’accumule beaucoup plus dans vos organes d’élimination – c’est 100 fois plus élevé dans les reins et le foie que dans votre cerveau. Mais quand il se retrouve dans votre cerveau, il est beaucoup plus dommageable que toute autre forme.

Dr Christopher Shade, un expert du mercure et du glutathion, de l’Université de l’Illinois, explique ses travaux sur le système de détoxication naturelle des métaux lourds de votre corps. C’est une conférence longue – environ trois heures (en vous inscrivant à Pour que la roue tourne vous avez accès à cette conférence de 3 heures que j’ai pris le temps de transcrire et traduire pour vous).
Mais si vous voulez vraiment une compréhension en profondeur de ce sujet, il donne une excellente présentation des dernières données scientifiques sur la biochimie humaine du mercure. J’ai aussi déjà interrogé le Dr Ombre sur la désintoxication du mercure.
Le mercure entre dans votre corps et prend des prisonniers
La toxicité du mercure est due à une liaison inappropriée – le mercure n’est jamais un « Agent libre». Au lieu de cela, le mercure est toujours associé à un ligand, une molécule ou groupe de molécules qui se lie à d’autres molécules pour former un complexe plus vaste. Le ligand préféré du mercure est le soufre, en particulier une forme réduite appelé un thiol. Les thiols se trouvent partout dans votre corps, par exemple, la cystéine et le super-antioxydant, le glutathion. Les enzymes utilisent les métaux bénéfiques pour leur activité et maintiennent ces métaux en place avec des groupes thiol.

Mais le mercure a une affinité beaucoup plus élevée pour les thiols que n’ont les métaux bénéfiques tels que le zinc. À quel point?
Dans le cas du zinc, un milliard de fois! Cela signifie que le mercure s’accroche férocement sur ces groupes et refuse de lâcher prise, il vous prive des bons métaux et stoppe vos processus biologiques normaux dans leur élan. Le mercure va aussi s’accrocher aux membranes cellulaires, ce qui conduit à l’éclatement des membranes, à des fuites vasculaires, et ensuite au « rebouchage » des dégâts par le cholestérol.

Un dragon à deux têtes: la toxicité et l’inflammation

Il est intéressant de noter que certaines personnes atteintes par une forte exposition au mercure ne sont pas malades alors que d’autres avec une exposition relativement faible le sont. Pour quelles raisons? Pourquoi une personne devient vraiment malade de ses amalgames tandis que l’autre se sent parfaitement bien?
La différence réside dans votre capacité à vous détoxifier naturellement. Vous avez déjà un système en place pour éliminer le mercure et autres métaux lourds de votre corps. La demi-vie du mercure peut varier de 40 à 120 jours, et plus vite vous pouvez l’effacer, moins vous serez affecté.
Il est important de réaliser que les gens sont soit des « détoxifieurs » lents ou des rapides, et un petit sous-ensemble génétique sont super lents « détoxifieurs ». Si vous êtes dans le groupe super lent, votre système de désintoxication est considérablement réduit et le résultat peut être une surcharge de mercure. Combien de temps vous faut-il pour vous détoxifier ? Cela dépend de plusieurs facteurs, tels que le niveau d’exposition, la génétique, l’expression génétique et la santé globale. Par exemple, si vos niveaux de progestérone sont faibles, vous ne pouvez pas détoxifier aussi bien, et malheureusement, une diminution des niveaux de progestérone sont monnaie courante aujourd’hui.

En outre, les gens qui sont hypersensibles aux métaux subiront les effets toxiques à des niveaux bien inférieurs à ceux d’autres personnes. Quand il s’agit de l’accumulation de métaux lourds dans votre corps, les nouvelles sont toutes mauvaises. La toxicité des métaux lourds donne une vaste gamme d’effets biologiques indésirables.

Votre cerveau est une cible de choix pour les métaux lourds, ce qui entraîne de nombreux symptômes neurologiques, y compris la dépression et l’anxiété, l’irritabilité et la perte de mémoire. La surcharge de mercure peut même conduire à des troubles neurologiques majeurs tels que la maladie d’Alzheimer ou la maladie de Parkinson.

Les métaux lourds ciblent également vos reins, le foie, le cœur, l’hypophyse et la glande thyroïde et augmente votre risque de développer un diabète de type 2.
En effet, un protocole de désintoxication du mercure peut considérablement améliorer la sensibilité à l’insuline et le syndrome métabolique. Le mercure, en particulier des amalgames dentaires, peut s’accumuler fortement dans le tube digestif où il se fixe à votre épithélium intestinal.
Le mercure des amalgames baigne votre cerveau et votre tube digestif.

Outre la création d’un fardeau environnemental important, le dommage biologique des amalgames est double. La vapeur de mercure émise par les amalgames traverse aisément vos membranes cellulaires, l’ensemble de votre barrière hémato-encéphalique, et dans le système nerveux central où il provoque des problèmes immunologiques, neurologiques et psychologiques.
Dans le même temps, le mercure dans votre salive est avalé et se retrouve dans le tube digestif où il provoque une inflammation et endommage votre système immunitaire – parce que la première ligne de votre système immunitaire est dans votre intestin. Cela bloque l’une des voies principales de détoxication de l’organisme, lors du passage dans votre tube digestif.
En outre, le mercure stoppe la capacité de votre foie et de vos reins à déplacer le mercure vers vos intestins pour l’élimination. Donc, si vous avez des amalgames dans la bouche, vous baignez votre tube digestif et le cerveau en mercure tous les jours, empoisonnant votre cerveau tout en même temps, bloquant sa voie hors du corps … la recette parfaite pour un empoisonnement au mercure.

Comment savez-vous si la toxicité du mercure est un problème pour vous? Eh bien, si vous avez plusieurs amalgames et une longue liste de problèmes de santé, les chances sont grandes que le mercure soit un facteur. Selon le Dr Shade, il y a 2.000 fois plus de mercure à l’intérieur de la bouche (et donc l’ensemble du tube digestif) des personnes qui ont des amalgames que chez ceux qui n’en ont pas. La seule façon de savoir avec certitude si vous subissez l’accumulation de mercure est de faire des tests. Mais avant de faire cela, il y a quelques points importants que vous devez savoir.
Ce que vous devez savoir sur les tests pour le mercure
Les tests traditionnels pour le mercure consiste à tester soit vos cheveux, le sang, l’urine ou les selles. Les tests de provocation qui mettent en œuvre un produit chimique chélateur, comme DMPS ou DMSA, sont aussi couramment utilisés. Cependant, tous ces tests présentent des inconvénients. Ils mesurent principalement la charge totale de mercure – et pas précisément. Mais surtout, ils ne vous donnent pas d’informations sur les formes de mercure dans votre système ou l’efficacité avec laquelle vous vous débarrassez d’eux.
Les tests de mercure traditionnels ne répondent pas à des questions comme: quelle part de votre charge de mercure est des produits de la mer que vous mangez? Combien des amalgames? Quelle est la qualité de vos reins et de votre foie pour l’éliminer?

Les deux principales formes de mercure s’accumulent dans votre corps différemment, et sont éliminés par des voies différentes. Par exemple, les niveaux de mercure dans les cheveux ne reflètent que le mercure du poisson que vous mangez. Mais les niveaux de mercure dans l’urine reflètent le mercure provenant de vos plombages dentaires (plus une partie du méthylmercure venant du poisson qui a été décomposé en mercure inorganique). La seule façon de déterminer s’il y a un problème, c’est de comparer les niveaux de vos cheveux et d’urine avec des niveaux dans le sang. Donc, pour que le test de mercure soit valable, il faut mesurer à la fois ce qui suit :
Votre niveau d’exposition: niveau de mercure total pour chacune des deux principales formes de mercure (méthylmercure, lié à votre consommation de poissons / fruits de mer, et le mercure inorganique, lié à l’exposition d’amalgames dentaires)
Votre capacité d’excrétion: dans quelle mesure votre corps se débarrasse de chaque type de mercure, quel que soit votre niveau de mercure globale ?

Une méthode plus récente appelé test de «spéciation du mercure » fait cela – il mesure tous ces facteurs (hélas à ma connaissance ce test de spéciation n’existe pas en France). Ce test utilise le sang, l’urine et les cheveux pour vous donner une image plus complète de la façon dont votre corps élimine le mercure et où le processus peut être bloqué. Cette information peut être extrêmement utile dans la préparation d’un plan de désintoxication réussie. Pour plus d’informations sur les tests de spéciation du mercure, lire la conférence du Dr Shade.

Le système de désintoxication naturelle de votre organisme : la Machine glutathion

La toxicité est non seulement le niveau de toxines, c’est la réponse de votre corps à une toxine, qui dépend de la force de votre système de désintoxication naturelle. Beaucoup de gens ne comprennent pas que leur corps est livré avec son propre système de désintoxication intégré. C’est un mythe commun qu’une fois que vous avez ingéré du mercure, il reste dans votre corps pour toujours.
Votre corps a un système efficace pour éliminer le mercure et les autres métaux lourds, aussi longtemps que votre système de désintoxication fonctionne correctement. Le problème, c’est que beaucoup d’entre vous en avez un qui est cassé, et l’une des causes principales est l’inflammation. Votre patrimoine génétique est un autre facteur.

Comme le dit M. Shade:
« Vos gènes charge l’arme, et l’environnement appuie sur la gâchette. »

Le « supersystème » glutathion est le système principal de désintoxication de votre corps. Le glutathion se lie aux métaux lourds, mais il ne le fait pas seul, il faut l’aide d’enzymes, des antioxydants, et des protéines de transport.
La vieillesse, une altération génétique, une mauvaise alimentation, et les expositions toxiques de toutes sortes, l’aflatoxine, le chloroforme, le DDT, les nitrates organiques, les radiations, et d’autres, nuisent à votre système glutathion. Certaines personnes tentent de se compléter avec du glutathion ou ses précurseurs et s’attendent à ce que le système s’active, mais la plupart du temps cela ne fonctionne pas très bien car cela se fait habituellement par voie orale avec des formes liposomiques ou fait avec le glutathion IV, qui est très coûteux, incommode, et seulement marginalement plus efficace. Une stratégie beaucoup plus efficace consiste à réguler positivement l’expression des gènes qui produisent les enzymes et les protéines de transport qui facilitent le travail du glutathion.

La détoxification efficace dépend d’une série de réactions qui lient les toxines à des molécules navettes et les «escortent» à travers une série de portes. Plus précisément, pour que votre système glutathion de désintoxication fonctionne bien, il faut les trois éléments suivants. Si vous avez une pénurie de l’une quelconque de ces trois éléments clés, vos cellules perdent leur résistance au mercure, il peut s’accumuler et vous rendre malade.

Le glutathion dans les cellules: votre corps doit fabriquer la plupart de son propre glutathion (biosynthèse), donc il a besoin des blocs de construction adéquates.

Le glutathion S-transférase (GST): Une enzyme responsable du retrait du mercure des protéines cellulaires, puis de les lier au glutathion dans la cellule.
Les protéines de transport: une série de protéines de transport (des protéines multi-résistantes aux médicaments, ou MRP) sont responsables du transport du mercure lié à vos cellules dans le sang, ainsi que de votre sang dans le foie et l’intestin grêle, et dans d’autres endroits il peut donc être éliminé.

Avant toute chose, optimiser votre alimentation

Comme dans presque tous les défis de santé, votre régime alimentaire est un facteur essentiel dans le soutien du système de désintoxication de votre corps. En effet, considérons l’optimisation de l’alimentation la phase de « pretoxification », qui devrait durer de deux à six semaines avant de commencer la phase complète de désintoxication.
Votre but est d’enlever les aliments inflammatoires et allergisants tels que le sucre (surtout le fructose / SHTF), les aliments transformés et emballés, les fast-foods, la plupart des aliments avec amidon et des céréales. Votre alimentation doit être faible en glucides, modéré à faible teneur en protéines et riche en acides gras bénéfiques (aussi haut que 50-70 pour cent). Les protéines réparent les molécules de protéines mutilées et apportent du soufre et les graisses réparent vos membranes cellulaires. Ce type de régime, non seulement préparent votre corps pour la désintoxication, mais a également l’avantage supplémentaire d’améliorer la sensibilité à l’insuline et d’inverser le diabète de type 2.

ATTENTION globale

Il est important de réaliser que la désintoxication du mercure est un marathon, pas un sprint. Vous ne devez pas le faire rapidement. Même si vous croyez que vous êtes en bonne santé vous devez commencer ce processus LENTEMENT ou vous pourriez facilement causer des poussées sévères. Je suis l’une des personnes les plus saines que je connaisse et quand j’ai fait mon programme je l’ai fait plus de six mois. Certaines personnes peuvent avoir besoin de le faire beaucoup plus lentement et peut-être besoin de quelques années pour éliminer efficacement le mercure en toute sécurité.

Votre objectif le plus important: Retrait de la source de l’exposition

Maintenant que vous comprenez ce qui est nécessaire pour éliminer le mercure, nous pouvons commencer à discuter de la façon de soutenir et développer le dispositif naturel de désintoxication votre corps. « La désintoxication du mercure» est tout simplement aider votre propre système de désintoxication naturelle à mieux fonctionner. En d’autres termes, il faut « réguler à la hausse » ce système.
L’objectif premier est de boucher le trou qui fuit de votre « vaisseau ». Vous devez retirer votre source d’exposition au mercure, que ce soit principalement les produits de la mer que vous mangez ou les amalgames (ou les deux). Les tests spécifiques du mercure, comme décrit ci-dessus, peuvent vous aider à identifier la source qui est problématique. Il ne sert à rien de se lancer dans une mission de désintoxication majeur si vous continuez de vous exposer au contrevenant … c’est comme essayer d’écoper l’eau d’un bateau qui coule. Éviter la consommation de poissons et fruits de mer contaminés. La plupart des poissons et fruits de mer sont à présent contaminés, malheureusement, mais certains types sont pires que d’autres. Éviter les poissons est relativement facile, mais avoir à enlever ses amalgames est plus complexe et coûteux et doit être fait avec le plus grand soin. Vous devriez le faire UNIQUEMENT à l’aide d’un dentiste qualifié et biologique sous peine de tomber très malade si vos amalgames sont extraits de manière incorrecte.
Toutefois, si vous avez beaucoup d’amalgames, il n’est pas un mystère que vous avez une exposition qui doit idéalement être prise en compte. Il suffit de faire très attention pour ne pas « sauter de la poêle à frire dans le feu » et retirer vos amalgames dentaires au mercure par un dentiste non-biologique, comme je l’ai fait. Cette erreur a causé des dommages très sérieux à mes reins qui me trouble encore 20 ans plus tard. Vous pouvez trouver un dentiste formé et qualifié dans la liste suivante:
Académie internationale de médecine orale et de toxicologie (IAOMT)
Académie internationale de médecine dentaire et biologique (IABDM)
ToxicTeeth.org
Association dentaire holistique
Solutions dentaires d’amalgame de mercure (DAMS)
Huggins appliquée guérison

I. Stimuler votre production de glutathion

La première exigence pour la détoxification du mercure est d’efficacement stimuler vos niveaux de glutathion. La plupart des formes de glutathion par voie orale ne sont pas efficaces parce qu’ils sont détruits dans le processus digestif. Mais vous pouvez consommer des aliments qui contiennent des précurseurs de glutathion afin que votre corps puisse en fabriquer lui-même, des aliments riches en cystéine . La meilleure source absolue de protéines est le lactosérum de qualité. Ce petit lait doit provenir de lait de vache bio, et ne pas avoir été trop transformé, ce qui dénature les protéines fragiles.
Faites juste attention de ne pas consommer trop de lactosérum. Pour plus d’informations sur le petit-lait, s’il vous plaît se référer à mon entrevue avec Ori Hofmekler, un expert sur les bienfaits des protéines de lactosérum. La vidéo ci-dessous est plus ancienne que cet article, mais aujourd’hui j’aimerais que vous fassiez attention à votre consommation de protéines et limitiez le montant que vous utilisez.
En outre, vous pouvez essayer du glutathion liposomal. Le glutathion liposomal est une forme relativement nouvelle de glutathion par voie orale qui est en fait bien absorbé et élimine pratiquement tous les problèmes mentionnés précédemment avec le glutathion par voie orale. Il est encapsulé dans des particules phospholipides extrêmement petites, ce qui augmente sa biodisponibilité de 100 fois.

II. Stimuler vos enzymes et vos protéines de transport pour mobiliser le mercure

Maintenant que vos niveaux de glutathion sont en place, vous pouvez travailler sur le renforcement des autres parties de votre système glutathion – en particulier, les enzymes et les protéines de transport. Votre production naturelle de ces éléments peut être augmentée avec des super-aliments.
Les plantes contiennent des milliers de produits chimiques naturels (phytochimiques) qui aident votre corps à fonctionner correctement, y compris la production d’enzymes et d’antioxydants. Un groupe de composés phytochimiques est le groupe des polyphénols, qui aide réellement à promouvoir la santé des gènes. Les polyphénols sont abondants dans une large gamme de fruits et légumes.

Les phytonutriments à base de soufre sont particulièrement importants pour soutenir votre système glutathion, car le glutathion est une molécule à base de soufre. Par conséquent, vous devriez consommer des légumes de la famille des crucifères (le chou, l’ail, le brocoli, le chou-fleur, le chou frisé, chou, radis, wasabi, etc), qui sont riches en soufre. Fermenter ces légumes est la façon la plus nutritive de les consommer.

L’ail est particulièrement puissant, mais c’est l’huile de l’ail qui prend en charge la désintoxication, et non pas l’allicine (qui est le composé connu pour son effet anti-microbien). Et vous devriez utiliser l’ail odorant – l’ail désodorisé est inutile pour la désintoxication! Soit manger de l’ail cru (oui, vous avez à le mâcher), ou acheter un supplément d’huile de l’ail.

Parmi les autres composés recommandés par Dr. Shade on trouve :
L’Haritaki (chebula) : Un fruit ayurvédique largement utilisé dans la médecine tibétaine, surnommé le «Roi des herbes; » il a des effets puissants sur le système glutathion et sur l’expression intracellulaire d’autres antioxydants, tels que la superoxyde dismutase (SOD)

Le Sodium R-lipoïque Acide : La forme la plus biodisponible et active de l’acide alpha-lipoïque, aussi bien pour augmenter la sensibilité de l’insuline et traiter le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, les maladies du foie, et un dysfonctionnement mitochondrial.
Lumbrokinase7: une enzyme extraite de vers de terre
L’extrait d’écorce de pin: l’un des plus puissants antioxydants polyphénoliques, a été trouvé pour prolonger l’activité de la vitamine C dans votre corps, bien en complément de vitamines C, E et de l’ acide lipoïque.
Vous devriez augmenter progressivement les doses vers un niveau thérapeutique élevé, puis baisser à nouveau. Il est préférable de « pulser » les traitements parce que votre corps ne peut pas soutenir une régulation à la hausse pour très longtemps. Vous serez plus productif avec des périodes plus courtes à une dose thérapeutique appropriée. Cela implique de prendre les traitements pour quelques jours, suivis de quelques jours de repos. Le Dr Ombre suggère des roulements de vos traitements sur un calendrier de cinq jours de traitement puis deux jours de repos (pour commencer), puis jusqu’à 10 jours, quatre jours de repos. Il précise : « ne jamais faire plus de 10 jours de régulation à la hausse de votre système de désintoxication.
Idéalement, cela devrait être fait avec l’aide d’un professionnel de la santé formé à la désintoxication des métaux lourds qui peuvent vous aider à décider d’une dose optimale et un calendrier. Si vous commencez à vous sentir mal, vous augmentez sans doute les doses trop vite.

III. La capture et l’élimination du mercure avec les liants intestinaux

Vous ne voulez pas mobiliser le mercure sans vous assurer qu’il dispose d’une voie de sortie hors de votre corps!
Une fois que le mercure se retrouve dans l’intestin, il faut quelque chose pour l’attraper et le retirer de votre paroi intestinale, et pour cela, nous utilisons ce qu’on appelle un liant intestinale. Les liants intestinaux aident à transporter les toxines mobilisées et les empêchent de s’accumuler dans le sang où ils peuvent finir par vous rendre malade.
Les liants vous empêchent d’absorber ou de réabsorber l’agent toxique, mais ils aident aussi à prévenir l’inflammation intestinale. Si votre intestin est enflammé, la circulation s’arrête parce que les protéines de transport sont bloquées. Cela entraîne que les toxines remontent dans le foie, les reins et le sang. Éliminer le mercure de votre intestin va aussi aider à prévenir la dysbiose, qui est à l’origine d’un tableau hallucinant de problèmes de santé.

Les résines Thiols

Il existe plusieurs types de liants intestinaux, mais seulement deux d’entre eux fonctionnent bien pour saisir le mercure. Le liant préféré du Dr. Shade est la résine thiol, parce que c’est la plus spécifique aux métaux lourds (mercure, plomb et arsenic) et les taux d’excrétion sont élevés. Les groupes thiols ont un véritable attrait pour le mercure.

La chlorella

Un autre bon liant pour les métaux lourds est la chlorella. Le Dr Ombre suggère de prendre jusqu’à 50 à 70 comprimés par jour, ce qui est beaucoup de chlorella. S’il vous plaît, montez à ce niveau progressivement. D’autres liants dont vous entendez parler sont l’argile, les zéolites, et la pectine. Pour le mercure, ceux-ci se lient très faiblement, et vous devriez en prendre d’énormes quantités pendant de nombreuses années pour voir un avantage, donc je ne les recommande pas.
Si vous n’avez pas encore eu vos amalgames retiré, vous pouvez trouver un rinçage avec un liant utile. La chlorella, le charbon actif ou la N-acétyl-cystéine peut être préparé comme un rince-bouche car le mercure se lie à la couche de votre épithélium buccal. Les concentrations de mercure peuvent être très élevées dans ce rinçage – assurez-vous de ne pas l’avaler.

Les bactéries bénéfiques

Dre Natasha Campbell McBride croit que l’un des plus puissants détoxifiants de métaux lourds et de mercure sont les bactéries bénéfiques. Leurs membranes cellulaires tendent à se lier de façon très efficaces aux métaux et ils sont généralement excrétés dans les selles. Les légumes fermentés sont une des meilleures ressources de bactéries bénéfiques.
Autres facteurs à envisager d’ajouter à votre régime
En plus d’une alimentation saine comme indiqué plus haut, les suppléments suivants et d’autres mesures permettront d’améliorer et de soutenir la capacité de désintoxication de votre corps:
Une bonne multivitamines qui comprend le spectre complet de vitamines B.
Un bon supplément minéral (considérer Thorne Citramins II, minéraux citrate sans cuivre ou fer) Les aliments fermentés et les probiotiques
L’astaxanthine, pour protéger vos membranes cellulaires contre les dommages des radicaux libres. La coriandre,
La vitamine C qui est un puissant agent de désintoxication.
Beaucoup d’eau fraîche et pure
Des graines de lin pour garder les intestins en mouvement
L’exercice régulier
Le sauna infrarouge
Pour gérer vos problèmes émotionnels (je recommande l’EFT)
Régler vos malocclusions et traumatisme crânien

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Au-delà du gluten,votre pain quotidien vous rend t-il malade ?

Le pain d’aujourd’hui est devenu un monstre de technologie et les pains sans gluten sur lesquels se jettent de plus en plus de personnes n’échappent hélas pas à la règle.

Du côté des conservateurs

Les acides propioniques (sous les codes E280-283) sont utilisés pour prolonger la durée de vie des pains. Le plus usité étant le propionate de calcium (E282).(1) Cet élément se retrouve aussi dans les pains sans gluten.

Les effets des toxines étant cumulatif, on peut consommer du pain pendant des années et soudainement s’apercevoir que notre corps ne le supporte plus.
Les symptômes peuvent être en vérité multiples et variés et pas seulement digestifs. On peut souffrir de maux de tête, d’éruptions cutanées, de fatigue, de troubles de l’humeur ou du comportement, d’anxiété… la liste est longue.

Le propionate de calcium et les acides propioniques sont étroitement liés aux troubles du spectre autistique, au trouble du déficit de l’attention, et autres troubles de l’apprentissage. Plusieurs cas d’enfants ont vu une amélioration lorsqu’ils retirent de leur alimentation les additifs et conservateurs.

Les acides propioniques sont aussi des produits issus de la fermentation qui a lieu dans nos ventres, d’où l’intérêt de privilégier une alimentation peu sucrée, puisque les levures vont alors proliférer.
Les conservateurs ne sont qu’une partie du danger présenté par le pain quotidien, la bonne baguette bien fraîche.

Les exhausteurs

Les exhausteurs de farine ou de pâte vont accélérer le processus de fabrication. En effet, qui a le temps d’attendre que la pâte lève ? Ces éléments chimiques rendent la pâte blanche et moelleuse.

L’E472e est un ester d’acide diacétyltartrique de mono et diglycérides et activateur de pâte qui contribue à émulsionner les graisses, est souvent de source OGM.(2)
Les acides gras trans issus d’huiles partiellement hydrogénées ont des effets nocifs sérieux aujourd’hui admis comme le cancer du sein, l’hypercholestérolémie, l’athérosclérose, le diabète, les risques cardiovasculaires, le dysfonctionnement hépatique, la toxicité pour la reproduction ainsi que des conséquences psychiatriques prouvées ou soupçonnées.(3)

L’alloxane

Mais il y a encore plus effrayant ! La majorité de la farine industrielle utilisée partout dans le monde, y compris pour tout ce qui est fabriqué à base de pâte comme les pizzas, les biscuits, les gâteaux etc est blanchie soit par exposition au chlore, par addition d’oxydes d’azote, de nitrosyle et de peroxyde de benzoyle mélangés avec différents sels chimiques qui ne sont rien d’autres que de l‘aluminium. L’aluminium étant reconnu neurotoxique par l’académie de médecine.(4)
Le sous-produit de blanchiment s’appelle l’alloxane.

L’alloxane est un produit utilisé pour rendre des souris de laboratoires diabétiques à fin d’expériences. Et le diabète ne cesse de grimper en France à une vitesse vertigineuse.
L’alloxane est un analogue toxique du glucose qui détruit sélectivement les cellules bêta productrices d’insuline dans le pancréas des rats. Cela provoque un diabète insulino-dépendant.
Il est admis que chez l’humain ces cellules sont plus résistantes mais certaines études sont loin d’être rassurantes. Les études qui souhaitent rassurer sont effectuées sur des temps très courts et avec les mêmes dosages qui induisent le diabète chez le rat. Aucune étude à long terme n’a jamais été effectuée.
La consommation de pain étant quotidienne et la digestion autorisant la préparation à agir en nous pendant longtemps, pouvons-nous vraiment croire que c’est sans danger ?

Des taux élevés d’alloxane ont été retrouvés chez des enfants souffrant de diabète insulino-dépendant. Une autre étude suggère un blocage de la sécrétion en insuline. (5)

L’alloxane est un produit chimique extrêmement dangereux, qu’il puisse être autorisé même à petites doses dans un aliment quotidien n’est rien de moins qu’une tragédie.

Valeurs nutritives

La farine blanche peut contenir jusqu’à 60 produits chimiques différents, mais les produits raffinés sont aussi des calories vides d’intérêts nutritifs.

On observe :

– une perte de la quasi-totalité de la vitamine E et vitamine b
– une perte de plus des deux tiers du zinc, perte de fibres, de manganèse, de magnésium et de vitamine K
– perte de 70 % du phosphore
– perte de 80 % du fer
– 50 % du calcium

De plus l’amidon est un assemblage de sucres qui lorsqu’il est digéré agit comme du sucre et a un index glycémique élevé. De ce fait il agit obligatoirement sur le diabète.

Et bien-sûr, le pain qu’il soit blanc ou pas, contient du gluten qui agit dans les intestins comme une colle.
L’environnement pollué perturbant nos flores intestinales et l’intoxication aux métaux lourds agissant sur les enzymes qui permettent sa digestion, nous y sommes de plus en plus intolérants.

Vous êtes sans doute parmi la grande majorité de français attachés à votre pain quotidien.
Il est intéressant de savoir que le gluten présente aussi un fort côté addictif. Tout comme la caséine, protéine des produits laitiers et les aliments à fort index glycémique. Plus d’informations dans cet article.

Les pains sans gluten ne montrent pas plus d’intérêt, ni même moins de méfaits. Ils sont riches en amidon, faibles en protéines, à teneur élevées en matières grasses et avec un index glycémique élevé.(6)

Prenant tout cela en compte le pain blanc, est non seulement un aliment dépourvu de toute nutrition significative, il est aussi un poison potentiel.

Qu’il y ait des toxines dans les aliments est une honte. Que nous soyons encouragés à nourrir nos enfants avec ce genre de produits est franchement terrifiant.

Tout ce que nous pouvons faire est de nous protéger ainsi que nos enfants à travers les choix que nous faisons individuellement.

Personnellement, mes choix alimentaires m’ont permis de me sortir de l’enfer.

N’y expédions pas nos enfants.

Références

1- http://www.additifs-alimentaires.net/E282.php
2- http://www.additifs-alimentaires.net/E472e.php
3- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19916363 Consumption and health effects of trans fatty acids: a review.
4- http://www.academie-medecine.fr/wp-content/uploads/2013/10/adjuvants-vaccinaux-rapport-ANM1.pdf
5- http://toxnet.nlm.nih.gov/cgi-bin/sis/search2/r?dbs+hsdb:@term+@rn+50-71-5 ALLOXAN
6- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21769691 Chemical composition and starch digestibility of different gluten-free breads.

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.