La chlorophylle : l’or vert

Si les produits laitiers ne sont finalement pas nos amis pour la vie, nous avons vu dans de précédents articles que les légumes feuillus sont excellents dans le cadre d’une diète cétogène verte et pas seulement pour leur teneur en calcium. Les bienfaits de cette famille d’aliments sont en grande partie dus à leur teneur en chlorophylle, véritable or vert pour le corps.

    Qu’est-ce-que la chlorophylle ?

La chlorophylle est un pigment vert présent dans les plantes, c’est un élément essentiel de la photosynthèse. Elle permet la transformation de l’énergie lumineuse en énergie chimique. La structure moléculaire de la chlorophylle est similaire à celle de l’hémoglobine du sang humain. La seule différence est la présence d’un atome de fer dans l’hémoglobine et d’un atome de magnésium pour la chlorophylle.

    Valeurs nutritionnelles :

Les bienfaits de la chlorophylle pour la santé sont multiples. Les légumes verts apportent différents nutriments importants pour la santé. C’est une bonne source de vitamines comme la vitamine A, la vitamine C, la vitamine E, la vitamine K et le bêta-carotène, ils sont riches en antioxydants, en minéraux essentiels tels que le magnésium, le fer, le potassium, le calcium et les acides gras essentiels.

    Bienfaits sur la santé de la chlorophylle:

Effets contre le cancer :

La chlorophylline, un dérivé de la chlorophylle, est capable d’inhiber l’initiation et la progression du cancer en bloquant le métabolisme des cellules cancéreuses. Elle cible un phénomène déficient chez les cellules cancéreuses, mais aussi dans d’autres maladies comme la myofasciite à macrophage, l’apoptose. Une cellule malade est sensée mourir, c’est ce que l’on appelle l’apoptose mais les cellules cancéreuses comme les macrophages remplis d’aluminium dans la myofasciite échappent à ce processus.
Elle a été trouvée efficace dans la protection contre le cancer du colon.
La chlorophylle et son dérivé la chlorophylline inhibent le métabolisme de ces pro-carcinogènes qui peuvent altérer l’ADN et aussi conduire à un cancer du foie et l’hépatite.
La chlorine e6, autre constituant de la chlorophylle a montré les mêmes effets, l’arrêt de la prolifération des tumeurs, l’inhibition de la prolifération cellulaire et l’induction de l’apoptose.
(1-2-3-4-5)

Santé digestive :

La chlorophylle favorise une bonne digestion en entretenant la flore intestinale et en stimulant les mouvements de l’intestin. Elle participe naturellement dans le tractus intestinal au renouvellement des tissus blessés. Les régimes pauvres en légumes verts et notamment ceux riches en viande rouge posent un risque accru de troubles du côlon. Selon la recherche, la chlorophylle facilite le nettoyage du côlon par l’inhibition de la toxicité induite par l’hème (du sang de la viande) alimentaire et empêche l’hyper-prolifération des colonocytes.
Elle est efficace contre la constipation et soulage l’inconfort causé par les gaz.
(6-7)

Super anti-oxydant :

La chlorophylline montre aussi une protection cellulaire contre les dommages oxydatifs en neutralisant les radicaux libres excessifs.
La chlorophylle agit contre l’absorption gastro-intestinale des toxines nuisibles comme l’aflatoxine.
Elle est un excellent anti-oxydant.
(8)

Anti-inflammatoire et inactivation de micro-organismes (candida) :

Certaines études ont montrées les propriétés anti-inflammatoires de la chlorophylle. D’autres montrent que la chlorophylle et ses dérivés sont actifs pour inactiver des micro-organismes comme les bactéries à gram-positif et les champignons tels que le candida.
Cette nature protectrice de la chlorophylle en fait un élément actif contre toutes les maladies inflammatoires et douloureuses comme l’arthrite, la fibromyalgie etc
(9-10-11)

Super détoxifiant :

Les polluants environnementaux tels que les métaux toxiques peuvent détruire rapidement la santé. Comme avec certains cancérogènes, la chlorophylle a la capacité d’entraver l’absorption intestinale des métaux toxiques. La chlorophylle a des qualités purificatrices et aide à la désintoxication du corps. La chlorophylle forme des complexes avec les éléments mutagènes et a la capacité de se lier et de débusquer les produits chimiques toxiques et les métaux lourds tels que le mercure du corps.
Une étude faite avec du Conyza a trouvé une forte corrélation entre sa forte teneur en
chlorophylle et son pouvoir chélateur métallique.
(12-13-14)

Pour l’équilibre acide-base :

La consommation d’aliments riches en chlorophylle aide à maintenir l’équilibre acide-base du corps. Le magnésium présent dans la chlorophylle est un minéral alcalin essentiel. En maintenant l’alcalinité et des niveaux d’oxygène appropriés dans l’organisme, la chlorophylle empêche le développement d’un environnement prospère à la croissance des pathogènes. Le magnésium joue également un rôle essentiel dans le maintien de la santé cardiovasculaire, le fonctionnement des reins, les muscles, le foie et le cerveau. Manger vert assure un apport de magnésium bien plus intéressant que n’importe quel complément.

Pour une bonne immunité :

La nature alcaline de la chlorophylle aide au renforcement des parois cellulaires et au bon fonctionnement du système immunitaire. Les bactéries anaérobies qui favorisent le développement de maladies ne peuvent pas survivre dans l’environnement alcalin offert par la chlorophylle. Parallèlement à cela, la chlorophylle est un oxygénateur qui encourage la capacité du corps à lutter contre les maladies et augmente les niveaux d’énergie et accélère le processus de guérison.
La chlorophylle est aussi efficace dans le traitement des plaies et des brûlures.

Combattre l’insomnie :

La chlorophylle a un effet calmant et en agissant sur la mélatonine elle aide à combattre l’insomnie. Le magnésium est connu pour ses effets sur l’irritabilité et la fatigue corporelle ou mentale en faisant grimper le taux de sérotonine.

La coagulation du sang:

Excellente source naturelle de vitamine K, la chlorophylle peut être utilisée pour les problèmes de production de facteurs de coagulation ou des protéines nécessaires à la calcification normale des os. En chirurgie dentaire, les hématomes peuvent provoquer un gonflement avec cicatrisation lente. On peut prendre de la chlorophylle afin de prévenir cet effet secondaire indésirable de la chirurgie. En effet, dans toutes formes de chirurgie, il serait utile de prendre de la chlorophylle à la fois avant et après.

La vitamine K en tant que support de la prothrombine et de facteur d’intégrité capillaire est utile dans les problèmes cardio-vasculaires et les troubles circulatoires tels que les varices et la phlébite. Elle est utile dans toute forme d’hémorragie, saignements menstruels et saignements de nez.

Contre les calculs rénaux :

La chlorophylle aide à prévenir la formation de calculs rénaux. La vitamine K présente dans la chlorophylle forme des composés essentiels dans les urines qui réduit la croissance des cristaux d’oxalate de calcium.

Aide à contrôler la faim et les envies alimentaires:

Une étude publiée en septembre 2013 a déterminé que des composés contenant de la chlorophylle pourraient aider à supprimer la faim. D’autres études ont aussi montré que l’ajout de thylakoïdes, l’un des composés de la chlorophylle, à un repas à forte densité énergétique favorise les signaux de satiété et réduit la réponse à l’insuline.
(15-16-17)

Selon Bernard Jensen, « la chlorophylle peut être utilisé pour aider à améliorer presque toutes les maladies dans le corps humain. » Il énumère les effets correctifs de chlorophylle comme suit :

Produit un nombre élevé de cellules sanguines
Fournit du fer aux organes
Neutralise les toxines consommées
Améliore les conditions anémiques
Nettoie et désodorise les tissus de l’intestin
Aide à purifier le foie
Amélioration de l’hépatite
Nourrit les tissus cardiaques en fer
Régule les menstruations
Améliore l’état de l’hémophilie
Améliore les problèmes de sucre dans le sang (diabète)
Aide à l’amélioration de l’asthme
Augmente la teneur en fer du lait
Améliore la production de lait
Permet aux plaies de guérir plus vite
Élimine les odeurs corporelles
Anti-bactérien dans les plaies
Nettoie les structures dentaires et les gencives dans la pyorrhée.
Améliore le drainage nasal et ralentit l’écoulement nasal
Diminue le besoin de déodorant
Élimine la mauvaise haleine
Soulage les maux de gorge
Fait un excellent gargarisme après une chirurgie dentaire
Combat l’inflammation des amygdales
Apaise les tissus de l’ulcère
Apaise les hémorroïdes douloureuses
Revitalise le système vasculaire dans les jambes
Améliore les varices
Réduit la douleur causée par l’inflammation
(18)

Une limace de mer fabrique de la chlorophylle !

Si elle est verte, c’est parce que cette limace de mer contient de la chlorophylle… Grâce à elle, le mollusque tire de l’énergie du soleil et peut ne manger qu’une seule fois dans sa vie ! La limace a volé aux algues ce pigment de la photosynthèse mais on vient de découvrir qu’elle sait aussi la fabriquer. De quoi brouiller la frontière entre animal et végétal. Cette capacité proviendrait d’une longue co-évolution entre l’animal et sa proie, marquée par le vol de gènes.
(19)
Cela me fait penser aux respirianistes capables de vivre sans manger. Le film « Lumière » sur ce sujet est très intéressant.

En attendant de pouvoir vivre d’amour et d’eau fraîche, retenons que les bienfaits d’une diète cétogène verte sont multiples, elle a vraiment complètement changé le cours de ma vie.
Alors remplissons nos assiettes de verdure avant même d’y rajouter quoique ce soit.

1- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25650669 Chemopreventive potential of chlorophyllin: a review of the mechanisms of action and molecular targets.
2- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19585502 E2F4 and ribonucleotide reductase mediate S-phase arrest in colon cancer cells treated with chlorophyllin.
3- http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0278691507005066 Low-dose dietary chlorophyll inhibits multi-organ carcinogenesis in the rainbow trout
4- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19787225 Efficient preparation of highly pure chlorin e6 and its photodynamic anti-cancer activity in a rat tumor model.
5- http://jn.nutrition.org/content/135/8/1995.full Natural Chlorophyll but Not Chlorophyllin Prevents Heme-Induced Cytotoxic and Hyperproliferative Effects in Rat Colon
6- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19952359 Effects of chlorophyll and chlorophyllin on low-dose aflatoxin B(1) pharmacokinetics in human volunteers.
7- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17290047 Natural chlorophyll inhibits aflatoxin B1-induced multi-organ carcinogenesis in the rat.
8- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22943759 [The protective effect of chlorophyllin against oxidative damage and its mechanism].
9- http://link.springer.com/article/10.1007/s10753-011-9399-0?LI=true Chlorophyll Revisited: Anti-inflammatory Activities of Chlorophyll a and Inhibition of Expression of TNF-α Gene by the Same
10- https://www.researchgate.net/publication/43335937 Antimicrobial_activity_of_chlorophyll-based_solution_on_Candida_albicans_and_Enterococcus_faecalis
11- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24898703 Photobiological characteristics of chlorophyll a derivatives as microbial PDT agents.
12- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23781512 The Conyza triloba extracts with high chlorophyll content and free radical scavenging activity had anticancer activity in cell lines.
13- https://books.google.co.in/books?id=dpYlVB9TBTAC&pg=PA19&dq=chlorophyll+for+red+blood+cells&hl=en&sa=X&ei=5T2LUeGwKobwrQfDrYBw&ved=0CDoQ6AEwAg#v=onepage&q=chlorophyll for red blood cells&f=false
14- https://books.google.co.in/books?id=9_h08MyyjVMC&pg=PA96&dq=health+benefits+of+chlorophyll&hl=en&sa=X&ei=BcVDU6eSKNC_kgWEgoHgAg&ved=0CDcQ6AEwAg#v=onepage&q=health benefits of chlorophyll&f=false
15- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23632035 Supplementation by thylakoids to a high carbohydrate meal decreases feelings of hunger, elevates CCK levels and prevents postprandial hypoglycaemia in overweight women.
16- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19308799 Thylakoids promote release of the satiety hormone cholecystokinin while reducing insulin in healthy humans.
17- http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19548286 Thylakoids suppress appetite by increasing cholecystokinin resulting in lower food intake and body weight in high-fat fed mice.
18- http://www.rethinkingcancer.org/resources/magazine-articles/14_3-4/chlorophyll.php
19- http://www.futura-sciences.com/magazines/nature/infos/actu/d/zoologie-limace-mer-fabrique-chlorophylle-22216/

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.

Les légumes feuilles : l’atout santé

Dans le cadre d’une diète cétogène verte, les légumes feuilles prennent une place de premier choix.
Contrairement à l’idée commune que l’on s’en fait ces légumes représentent un grand intérêt nutritionnel.

Les feuillus sont très riches en :

– fibres
– acides aminés
– fer, calcium, potassium, magnésium, manganèse
– oméga 3
– vitamine C, vitamine K, vitamine E, acide folique et autres vitamines du groupe B
– phytonutriments tels que béta-carotène, luthéine, zéaxanthine, sulforaphane, bétaïne, quercétine
– chlorophylle

Tous ces éléments sont des atouts reconnus pour combattre les maladies et la dégénérescence.
Les feuillus ont l’avantage d’être peu caloriques mais ils apportent cependant de l’énergie grâce à leurs fibres que les bactéries amies du colon peuvent fermenter en acides gras à chaînes courtes comme expliqué dans l’article sur la diète cétogène verte.

Différentes familles chez les légumes feuilles :

Les salades: laitue, mâche, chicorée, scarole, frisée, sucrine, batavia, feuille de chêne, laitue romaine… etc
La famille des brassicacées anciennement appelée crucifères : choux, feuilles de navet, colza, feuilles de moutarde, raifort, cresson, roquette, kale, brocoli, fanes de radis
La famille des chénopiodacées avec les épinards, les bettes, les feuilles de betterave, le chénopode, l’arroche, la salicorne
Les feuilles aromatiques : persil, basilic, fenouil, thym, romarin, ciboulette, sauge, laurier, menthe, coriandre, aneth, estragon, cerfeuil, mélisse
Plusieurs plantes sauvages font parties des feuillus tels que l’ortie, le pissenlit, la chicorée sauvage, le plantain, l’amaranthe

La plupart peuvent être consommés crus ou cuits.

Toute assiette devrait contenir une majorité de la famille des salades. Les différents choux peuvent poser problème chez certaines personnes et notamment pour toutes celles qui souffrent de candidose. Ils devraient donc être consommés avec modération et en rotation.
Pour la rotation, si un aliment est au menu le lundi, il vaut mieux attendre 5 jours avant d’en manger à nouveau. Il est mieux alors d’éviter plusieurs familles d’aliments problématiques le même jour. Manger varié est souvent difficile lorsque l’on est un grand intolérant mais il est important d’y prêter attention afin de ne pas développer de nouvelles intolérances.

Les intolérances alimentaires correspondent à l’accumulation de certains éléments comme l’histamine, la tyramine, l’oxalate, le benzoate, le sulfite, le glutamate, les salicylates et autres

Les métaux lourds mais aussi certains aliments que nous consommons mais aussi le café, l’alcool la cigarette et autres drogues bloquent le fonctionnement des enzymes qui travaillent à éliminer de nos corps certains éléments toxiques. Notre corps ne réussit pas à éliminer assez vite ce que nous ingérons par défaut de fonctionnement des enzymes et pas seulement à cause de l’apport trop important.
Par exemple, si vous fumez, il est évident que votre corps subit une attaque de toxiques mais la double peine pour vous c’est que pour aggraver les choses cela bloque votre système de nettoyage des amines comme l’histamine ou la tyramine par exemple.

Pour les plus sensibles, les herbes aromatiques sont souvent source de réactions du système immunitaire et donc de symptômes. Pensant bien faire, on s’éprouve souvent soi-même en consommant des aliments qui ne nous conviennent pas. Ne vous étonnez pas par exemple d’avoir des maux de tête le jour où vous mangez du basilic. Les vertus médicinales sont reconnues pour les herbes aromatiques mais nous viendrait-il à l’idée de prendre des médicaments chaque jour sans nécessité. Vous vous dîtes que si on ne peut plus mettre de goût aux plats c’est la misère. Moins vous avez envie de supprimer un aliment de vos assiettes et plus il y a de chance que justement celui-ci soit un problème pour vous. Retrouver le goût réel de chaque aliment est très agréable.

Il faut devenir observateur et afin de gagner du temps, il est utile de tenir un journal de bord de ce que l’on mange et des symptômes.
Il va de soi que les légumes feuilles consommés sous forme de jus perdent l’intérêt des fibres qui pourtant aident à la bonne assimilation, apportent des acides gras à chaînes courtes et augmentent les risques d’ingérer de trop fortes quantités d’éléments toxiques.

Quelques exemples de menus :

Je continue de penser après 4 ans d’expérimentations, de discussions avec des malades, de recherches et de lectures qu’il n’y a sans doute pas une alimentation valable pour tous et à chaque instant de notre vie. Le mieux est d’écouter son corps et d’apprendre à se connaître. Je pense ceci dit qu’il y a des données utilisables par tous notamment lorsque l’on souffre de candidose.

On me demande régulièrement des exemples de menus, alors, bien que je pense que suivre à la lettre le menu de quelqu’un d’autre n’est pas la solution je mets ici une petite liste juste pour vous donner une idée. Il est évident qu’il n’est pas souhaitable de passer d’une alimentation conventionnelle à celle que je pratique la majorité de l’année. Et oui étant humaine je ne suis pas parfaite, pour l’instant (rires), et donc je fais certains écarts (que je paie bien-sûr) mais c’est plutôt rare et c’est ce qui me permet de fonctionner à peu près normalement. Certains écarts sont pour moi à bannir totalement comme le gluten, les produits laitiers de vache, les produits industriels et raffinés.

Puisque le mieux est de pratiquer la rotation, je trouve que le plus simple est de consommer les mêmes aliments sur une journée et d’éviter d’en consommer à nouveau les jours qui viennent. Bien-sûr, on peut aussi pratiquer la rotation sur du plus long terme. Une semaine acheter plutôt de la frisée et la semaine suivante de la scarole. Dans la vie, il y a souvent un petit décalage entre la théorie et la pratique. Si vous êtes malades, bien-sûr, afin de récupérer il faudra beaucoup de discipline surtout les premiers mois, mais ne vous enfermez pas non plus, ne vous flagellez pas parce que vous avez craqué. Avec le temps, les envies disparaissent et les habitudes changent. Pour des raisons d’espérance de vie de certaines cellules immunitaires un minimum de trois mois permet de faire un bon nettoyage avant de tenter des réintroductions. Tous les grands allergènes sont susceptibles d’être source de symptômes. Suivre les saisons permet aussi de ne pas consommer certains légumes pendant de longues périodes.

Jour 1 : Laitue qui remplit déjà beaucoup l’assiette avec 3 petites fleurs de brocoli cuit, des épinards cuits et crus, scarole cuite, 3 bonnes cuillerées de sarrasin entier.
Jour 2 : Mâche et feuille de chêne mélangés avec des légumes cuits, un morceau de courgette, un peu de poireau, fenouil. Accompagné de deux tranches de panisse réchauffées. Le panisse pour ceux qui ne connaissent pas c’est du pois chiche. Les légumineuses en petites quantités et en rotation.
Jour 3 : pourpier, choux de Bruxelle (pas beaucoup), avocat, persil. Soupe de poireaux, navet et un peu de chou-fleur
Jour 4 : frisée + endives, coeur de palmier, haricots verts et patate douce ou pomme de terre (petite quantité et au milieu du vert pour l’index glycémique)
Jour 5 : fenouil, épinards, frisée, une galette de sarrasin maison
Jour 6 : tarte aux bettes, la pâte peut être faîte avec un mélange de farine de riz complet et de pois chiche (index glycémique faible), feuille de chêne
Jour 7 : Dieu se reposa mais il n’a pas détruit tout ce qu’il venait de créer. Je suppose que vous voyez ce que je veux dire.

Je le répète ce ne sont que des indications.

Les légumes peuvent être arrosés d’huile bio à froid. Ici aussi vous pouvez varier. Le ratio oméga 3/6 est important. Un mélange moitié colza et moitié olive tient compte de ce ratio, ou 4 cuillerées d’huile de tournesol et une de lin. Ici encore, vous devez tester sur vous. Le choix d’huiles est vaste.

Il est possible d’introduire de temps en temps et en quantités modérées des fruits oléagineux mais attention nombreux sont ceux qui y sont intolérants car ces aliments contiennent entre autres beaucoup d’amines et de salicylates. Il est peut-être mieux pour vous de manger un peu de graines de tournesol ou de courges. Ces aliments sont riches en lipides mais aussi en glucides.

Personnellement, je supporte mal les protéines en générales et plus particulièrement animales, sans doute à cause de la glutamine mais vous pourriez peut-être en consommer en rotation et modérément. À tester !

Concernant les glucides en général, il vaut mieux les limiter le plus possible. La cuisson augmente l’index glycémique et il est évident qu’une carotte cuite mangée seule fera plus monter le taux de glucose dans le sang qu’une carotte consommée dans une soupe avec d’autres légumes verts ou mangée crue.

En résumé, un maximum de salades ou assimilés et le reste en rotation et en petites quantités vous permettra d’améliorer votre santé à coup sûr. Devenez acteur de votre santé, soyez observateur, ne vous mentez pas à vous même et persévérez. Si votre corps dit non, ne laissez pas votre mental trouver mille excuses pour que vous poursuiviez dans l’erreur.

Patience et longueur de temps valent mieux que force ni que rage!

Cultivez votre jardin intérieur pour faire fleurir votre être !

Gwénola Le Dref