La neuroscience des intestins

Cet été, alors que je rendais visite à ma belle famille norvégienne, j’ai entendu la tante de ma fille lui dire que le mieux c’était de suivre l’instinct provenant de ses tripes.

Oh que ça fait mal quand on est une passionnée du sujet !

Heureusement depuis 4 ans, j’ai appris à voir les choses avec un peu plus de légèreté et de détachement, même si je sais qu’elles sont d’une très grande importance. Mais l’on ne peut changer que soi-même. Je crois que le mieux que je puisse faire est continuer de montrer l’exemple et poursuivre mes recherches ainsi que mes partages.

Les gens peuvent vous conseiller d’écouter votre instinct mais la recherche suggère que votre intestin peut avoir plus d’impact sur vos pensées que vous ne l’avez jamais réalisé.
Des scientifiques de l’Institut Karolinska en Suède et de l’Institut du génome de Singapour dirigé par Sven Pettersson ont récemment rapporté dans les Actes de l’Académie nationale des sciences que la flore intestinale a un impact significatif sur le développement du cerveau et le comportement adulte.
Nous pensons être des individus conscients, hautement évolués, mais nous sommes tous beaucoup moins humain qu’on l’imagine. Les scientifiques ont depuis longtemps reconnu que les cellules bactériennes qui peuplent notre peau et l’intestin sont 10 fois plus nombreuses que les cellules humaines. En effet, la scientifique Bonnie Bassler de l’Université de Princeton a comparé les 30.000 gènes humains aux plus de 3 millions de gènes bactériens habitant en nous, concluant que nous sommes tout au plus 1 % humain. Nous commençons seulement à comprendre l’impact de nos passagers bactériens sur nos vies quotidiennes.

En outre, ces bactéries ont été impliquées dans le développement de troubles neurologiques et comportementaux. Par exemple, les bactéries intestinales peuvent avoir une influence sur l’utilisation par l’organisme de la vitamine B6, qui à son tour a de profonds effets sur la santé des cellules nerveuses et musculaires. Elles modulent la tolérance immunitaire et, de ce fait, elles peuvent avoir une influence sur les maladies auto-immunes, telle que la sclérose en plaques. Elles agissent sur les comportements anxieux, même s’il y a une controverse quant à savoir si les bactéries intestinales aggravent ou améliorent les réponses liées au stress. Des rapports montrent que dans l’autisme et autres troubles envahissants du développement, les espèces bactériennes spécifiques présentes dans l’intestin sont altérées et que les problèmes gastro-intestinaux exacerbent les symptômes comportementaux. Un test biochimique pour l’autisme nouvellement développé est basé, en partie, sur les produits finaux du métabolisme bactérien.

Cette nouvelle étude est la première à évaluer largement l’influence des bactéries intestinales sur la biochimie et le développement du cerveau. Les scientifiques ont élevé des souris dépourvues de flore intestinale normale, et ont comparé leur comportement, la chimie et le développement du cerveau à des souris ayant un microbiote habituel. Les animaux exempts de microbes étaient plus actifs et, dans les tests comportementaux spécifiques, étaient moins anxieux que les souris colonisées par les microbes. Dans un test de l’anxiété, les animaux ont eu le choix de rester dans la sécurité relative d’une boîte noire, ou de s’aventurer dans une boîte éclairée. Ceux qui étaient exempts de bactéries passaient beaucoup plus de temps dans la zone de lumière que leurs congénères colonisés. De même, dans un autre test, ils ont eu le choix de s’aventurer sur une barre élevée et non protégée pour explorer leur environnement, ou de rester dans la sécurité relative d’une barre similaire protégée par un mur de clôture. Une fois de plus, les animaux exempts de microbes se montrèrent plus audacieux que leurs parents colonisés.

L’équipe de Pettersson s’est ensuite demandée si l’influence des microbes intestinaux sur le cerveau était réversible. L’intestin étant colonisé par des microbes peu après la naissance, influencent-ils le développement du cerveau ? Ils ont constaté que coloniser un animal adulte sans germe avec des bactéries intestinales ordinaires n’a eu aucun effet sur leur comportement. Toutefois, si des souris sans germe étaient colonisées assez tôt dans la vie, ces effets pouvaient être inversées. Ceci suggère qu’il existe une période critique du développement du cerveau lorsque les bactéries sont influentes.

Mon expérience me montre que je reste une hypersensible. Pour fonctionner de façon « optimale » je dois m’en tenir à un maximum de légumes verts et minimum du reste et plus je m’écarte de cela plus la « machine » se détraque. Tout ceci agissant, tant physiquement, mentalement que spirituellement. On comprend aussi que les probiotiques ne peuvent être la solution.

Conformément aux résultats comportementaux, deux gènes impliqués dans l’anxiété – le clone A de facteur inductible de croissance nerveuse (NGF1-A) et le facteur neurotrophique dérivé du cerveau (BDNF) – ont été régulés à la baisse dans plusieurs régions du cerveau chez les animaux sans germe. Ces changements de comportement ont également été accompagnés de changements dans les niveaux de plusieurs neurotransmetteurs, produits chimiques responsables de la transmission de signaux entre les cellules nerveuses. La dopamine, la sérotonine et la noradrénaline ont été élevées dans une région spécifique du cerveau, le striatum, qui est associé à la planification et la coordination des mouvements et qui est activé par de nouveaux stimuli, alors qu’il n’y avait pas de tels effets sur les neurotransmetteurs dans d’autres régions du cerveau, telles que celles impliquées dans la mémoire (l’hippocampe) ou la fonction exécutive (le cortex frontal).

Par contre ma diète cétogène verte me permet aussi de récupérer la mémoire.

Lorsque l’équipe de Pettersson a effectué une analyse complète de l’expression du gène de cinq régions différentes du cerveau, ils ont trouvé près de 40 gènes qui ont été affectés par la présence des bactéries intestinales. Non seulement ces microbes primitifs étaient en mesure d’influencer la signalisation entre les cellules nerveuses même séquestrés loin dans l’intestin, mais ils ont eu l’étonnante capacité à influencer l’activation ou la désactivation de gènes spécifiques dans les cellules du cerveau.

Comment, alors, ces habitants intestinaux unicellulaires exercent leur influence sur un organe multicellulaire aussi complexe que le cerveau? La réponse n’est pas tout à fait claire, il y a plusieurs possibilités: le nerf vague, par exemple, relie l’intestin au cerveau, et il est connu que l’infection par la bactérie Salmonella stimule l’expression de certains gènes dans le cerveau, qui est bloqué lorsque la vague nerf est coupé. Ce nerf peut être stimulé par des microbes d’une flore intestinale normale, et servir de lien entre eux et le cerveau. Alternativement, ces microbes peuvent moduler la libération de signaux chimiques par l’intestin dans la circulation sanguine qui atteignent finalement le cerveau. Ces microbes intestinaux, par exemple, sont connus pour moduler les hormones de stress qui peuvent à leur tour influencer l’expression des gènes dans le cerveau.

Je pense en fait, que ces organismes vivants usent conjointement de toutes ces possibilités.

Indépendamment de la façon dont ces «invités» intestinaux exercent leur influence, ces études suggèrent que les comportements dirigés par le cerveau, qui influencent la manière dont les animaux interagissent avec le monde extérieur, peuvent être profondément influencés par la relation de cet animal avec les organismes microbiens vivants dans leur intestin.
Cette découverte montrent que les bactéries intestinales peut avoir des implications importantes pour les troubles du développement cérébral.

D’où l’immense pouvoir de l’alimentation sur notre santé, nos comportements, nos pensées…

Pour aller plus loin:

Troubles psychiques, neurotransmetteurs et microbiote

Addictions, troubles psychiques, maladies neurologiques, endocriniennes, des liens?

Source: http://www.scientificamerican.com/article/the-neuroscience-of-gut/

« L’amplification de la détoxication du mercure » Conférence du Dr Shade + résumé + newsletter


Votre adresse restera confidentielle et vous ne recevrez pas de spam.